Les recherches généalogiques

Participez avec nous à la reconstitution des familles de La Mothe et du Bassigny

Nous vous proposons de nous faire part de vos recherches.

Nous regarderons ensemble comment les faire progresser.

Elle a eu lieu le 21 août 2016



1 - Le plan du volume I, f° 63

Auteur : sans doute Fernando de Vitelli.

Format : aujourd’hui au format 73,5 x 35 cm après avoir été légèrement coupé à ses deux extrémités pour lui permettre d’intégrer le registre.

Date : printemps 1573, s’il est de la main de Fernando de Vitelli.

Mentions : « LA MOTTA », « scala del Profilo Piedi 50 » et « Scala della pianta Tese di x piedi l’una ».

 

La présence de Fernando de Vitelli est attestée à La Mothe et Nancy au printemps 1573. Il reçut un important mandatement du duc avant son retour en Italie et parait bien l’auteur de ce plan.

 

Ce plan est dessiné à la plume et colorié sur deux feuilles de papier collées l’une à l’autre, chacune portant un filigrane. Le trait est précis. Le plan porte au centre la mention « La MOTTA » et en bas à droite une échelle en toises. Est également représentée une section des murs avec une échelle en pieds. Il présente un état existant des fortifications, complété d’un projet d’agrandissement ou de transformation des bastions existants. Les parties projetées sont coloriées en jaune. Les bastions doivent être pour la plupart agrandis, et leurs flancs dotés de casemates. Une partie des courtines doit être reconstruite en retrait des précédentes, afin améliorer le flanquement par les nouveaux bastions. Pas de fossé autour de la place, mais un projet de chemin couvert. Au-delà, un glacis doit être aménagé dans la pente. La ville elle-même n’est pas représentée. Les remparts médiévaux n’y figurent pas, à l’exception de l’extrémité nord-ouest (à droite du plan), communément dénommée « le retranchement ». Cette partie de l’enceinte médiévale n’a pas en effet été intégrée à l’enceinte bastionnée. La modernisation englobe de manière cohérente la totalité de l’enceinte. Ce projet, dont le coût devait être exorbitant, et qui présentait l’inconvénient de laisser la place sans défense pendant la durée des travaux, ne fut pas réalisé.

 

Ce plan est reproduit dans « Les Cahiers de La Mothe » n°3. Il a fait l’objet d’une notice (n° 62 pp. 74-76) rédigée par Philippe Bragard dans le catalogue de l’exposition du 350ème anniversaire de la destruction de La Mothe (1996). Le plan illustrant cette notice est par contre celui du volume III, f° 76v-77.

 

L’Archivio di Stato de Turin, qui conserve ces plans, nous a aimablement autorisé à reproduire le lien menant à son site (reproduction hors copie privée interdite sans autorisation) : 

 http://archiviodistatotorino. beniculturali.it / travail / affiché. php? UAD = 189056

 

 

 





Les cahiers de la Mothe

Les Cahiers de La Mothe sont publiés chaque année par l'Association pour La Mothe

 

 

LES CAHIERS DE LA MOTHE n° 1 - 2009

  

Sommaire

 

 

  • En souvenir de Nicole Sebline-Villa

Christine & Alain Le Maréchal

 

  • Hommage à Nicole Sebline-Villa

            La sénéchaussée de La Mothe et Bourmont entre 1431 et 1439

            La ville matérielle à La Mothe

Nicole Sébline-Villa

 

  • Les plans du 3ème siège de la Mothe

Jean Charles

 

  • La topographie urbaine de La Mothe

Bernadette Bruyand et Jean Charles

 

  • Les signataires inconnus de la dernière délibération de La Mothe

Bernadette Bruyand

 

  • Bibliographie de la Mothe

Jean Charles

 

  • Chronique mothoise 2008

 

 

 

 

LES CAHIERS DE LA MOTHE n° 2 - 2010

  

Sommaire

 

 

  • La mémoire de La Mothe

Fabrice Fontaine

 

  • Le chêne des partisans : réalité ou légende ?

Jean Charles

 

  • La maison du Boys à La Mothe

Bernadette Bruyand

 

  • Antoine de Choiseul d’Iche, gouverneur et défenseur de La Mothe

Jean-François Michel

 

  • Nouveaux documents iconographiques concernant La Mothe

Jean Charles

 

  • Jean de Lavaulx, capitaine de La Mothe

Antoine de Lavaulx

 

  • Les portes de Soulaucourt à La Mothe

Jean Charles

 

  • Les coutumes du Bassigny

Jean Charles

 

Chronique mothoise 2009

 

 

 

 

LES CAHIERS DE LA MOTHE n° 3 - 2011

  

Sommaire

 

 

  • La Mothe en 1388 : les données de la fondation de la chapelle Saint Jean l’évangéliste

Fabrice Fontaine

 

  • Les ingénieurs et maîtres-maçons des fortifications de La Mothe

Jean Charles

 

  • Les Lavaulx et la Mothe (1586-1634)

Antoine de Lavaulx

 

  • L’inventaire après décès d’un anobli : Jean de Suriauville

Bernadette Bruyand

 

  • Les archives du chapitre de La Mothe & Bourmont

Jean Charles

 

  • Chronique mothoise 2010

 

 

 

 

LES CAHIERS DE LA MOTHE n° 4 - 2012

  

Sommaire

 

 

  •  « Il faut raser La Mothe » : la genèse de la décision

Jean Charles

 

  • Le dénombrement de Louis de Saint-Loup pour Outremécourt du 1er octobre 1574

Fabrice Fontaine

 

  • La construction de la boucherie de La Mothe et l’organisation de la profession

Bernadette Bruyand

 

  • Le bastion saint-Nicolas

Jean Charles

 

  • La Mothe en 3D

Dominique Maillot

 

  • Autour du siège de 1645 : Les Lavaulx et leur alliance Montarby

Antoine de Lavaulx

 

  • Elégie sur la ruine de La Mothe

Bernard Koch

 

  • Un curieux procès à La Mothe en 1606 : les filles « débordées »

Fabrice Fontaine

 

  • Chronique mothoise 2011

 

 

 

 

LES CAHIERS DE LA MOTHE n° 5 - 2013 

 

Sommaire

 

 

  • La Mothe et la France entre 1634 et 1645

Jean Charles

 

  • Une course des mothois aux environs de Bayon en 1644

Régis Croué

 

  • Le machiavélisme de Richelieu

Bernard Koch

 

  • Le château de La Mothe

Jean Charles

 

  • Hector II de l’Espine de Saint-Ouen, défenseur de La Mothe en 1634 et 1644-45

Antoine de Lavaulx

 

  • De La Mothe à La Marche : Itinéraire et carrière monastique

du Trinitaire Ignace Dilloud (1632-1723)          

Jean-François Michel

 

  • Un procès pour avortement en 1615

Fabrice Fontaine

 

  • Notes de lecture

 

  • Chronique mothoise 2012

 

 

 

 

LES CAHIERS DE LA MOTHE n° 6 - 2014

 

Sommaire

 

  • Un coup d’audace des mothois à Vézelise en avril 1644

Régis Croué

 

  • Le front Nord-Est de l’enceinte urbaine de la Mothe : du bastion Saint-Antoine au bastion de Vaudémont

Jean Charles

 

  • Les Sarazin de Germainvilliers et les sièges de la Mothe

A. de Lavaulx

 

  • Les bourgeois et habitants de La Mothe mentionnés dans les archives du Chapitre

Geneviève Truong

 

  • Les armes à feu à La Mothe

Jean Charles

 

 

 

 

LES CAHIERS DE LA MOTHE n° 7 - 2015

 

Sommaire

 

 

  • La visite de l’archiduc. Otto de Habsbourg-Lorraine à La Mothe le 11 mai 2001

François DÉPINAL

 

  • Les tableaux du 3ème siège de La Mothe

Antoine de LAVAULX & Jean CHARLES

 

  • Le château de Vrécourt, quartier général des troupes françaises sous La Mothe

Antoine de LAVAULX

 

  • Les moulins de La Mothe et ses meuniers

Jean CHARLES

 

  • Le monument funéraire de Nicolas du Boys de Riocour et l’intervention de Jean-Baptiste Bouchardon dans le chœur de l’église de Damblain

Jean CHARLES

 

  • L’anoblissement d’un marchand mothois : Nicolas Heraudel

Antony CHAMARANDE

 

  • Nos lecteurs nous écrivent :

 

  • Table des six premiers numéros des Cahiers

Fabrice FONTAINE

 

 

LES CAHIERS DE LA MOTHE n° 8 - 2016

 

Sommaire 

 

  • Le monument de la Mothe

Jean CHARLES

 

  • Les du Boys dits Mable, fondeurs de cloches du Bassigny

Dr Anthony CHAMARANDE

 

  • Hommage à Bernadette Dauvoin-Bruyand : la famille Dau(l)vin ou Dauvoin à La Mothe

Jean CHARLES

 

  • Les traits d'un héros : le portrait de Nicolas du Boys de Riocour

Antoine de LAVAULX

 

  • Reliques d'une forteresse lorraine : le retour à la Mothe de la croix reliquaire d'Antoine Sarazin

Jean CHARLES

 

  • Les armoiries et les étendards de La Mothe

Jean CHARLES

 

  • La maison seigneuriale de Vrécourt et son inventaire en 1663

Antoine de LAVAULX

 

  • La garnison de La Mothe au début du XVIIe siècle

Jean CHARLES

 

  • Nos lecteurs nous écrivent

Dr Anthony CHAMARANDE

 

  • Notes de lecture : un témoignage de la volonté du duc de Lorraine Antoine de renforcer les fortifications de La Mothe (1543)

Jean CHARLES

 

 

LES CAHIERS DE LA MOTHE n° 9 - 2017

 

 

Sommaire 

 

  • La Pierre hardie et la Croix de franchise de La Mothe                                                                             

       Jean MERVELET

 

  • La colline de Fréhaut                                                                                                                        

        Jean CHARLES

 

  • Les souvenirs de La Mothe au Musée lorrain 

       Pierre-Hippolyte PENET

 

  • Frère Eustache                                                                                                                                 

       Antoine de LAVAULX

 

  • L’église d’Outremécourt : symbolique et culte du souvenir                                                                       

       Jean CHARLES

 

  • Le pillage du grand étang de Bar par les soldats français en 1634                                                            

       Jean-François MICHEL

 

  • L’incendie de l’église de Saint-Ouen en 1642                                       

        Lucette HUSSON

 

  • L’environnement familial et la jeunesse du sculpteur Ignace Robert                                                          

        Lucette HUSSON et Jean CHARLES 

 

  • La famille Daudenet à Huilliècourt                                                                 

       Anthony CHAMARANDE

 

  • Une famille de taverniers et cabaretiers de La Mothe : les Bazard                                               

       Jean CHARLES

 

 

 

LES CAHIERS DE LA MOTHE n° 10 - 2018

 

Sommaire 

 

  • Trois localités disparues des environs de La Mothe : Boisdeville, Offrécourt  et Saint-Père

        Jean CHARLES                                                                                                                        

 

  • Le château de Sommerécourt                                                                                                 

       Antoine de LAVAULX

 

  • Protection et valorisation du site de La Mothe : l’action de l’État aux 19e & 20e siècles  

        Samuel MOURIN

 

  • La vierge de Gendreville                                                                                    

        Jean CHARLES

 

  • La famille Robert : nouveaux éléments                                                                   

        Lucette HUSSON

 

  • L’obituaire de La Mothe                                  

       Jean CHARLES

 

  • La famille Dubois à Huilliècourt                                                                          

        Anthony CHAMARANDE

 

  • Les anoblis en Bassigny du 15e au 18e siècle                                                         

        Jean CHARLES

 

 

 

LES CAHIERS DE LA MOTHE n° 11 - 2019

 

Sommaire

 

  • Les incursions anglaises en Bassigny barrois pendant la guerre de Cent Ans                               

Anthony CHAMARANDE

 

  • François, fils de Charles IV de Lorraine, ou posthume du prince de Cantecroix ?                                     

Christian JOUFFROY

 

  • Les églises de Bourmont                                                                                                         

Jean CHARLES

 

  • Le château de Pompierre                                                                                                          

Antoine de LAVAULX

 

  • Le sel à La Mothe et en Bassigny                                                                                            

Jean CHARLES

 

  • L’inventaire des biens du mineur Hubert Parisot                                                                      

Lucette HUSSON

 

  • Deux oeuvres de l’atelier de sculpture de Joinville-Vignory provenant de La Mothe                   

Julien MARASI

 

  • Une taque de cheminée aux armes de la famille Raulet                                                            

Jean CHARLES

 

  • Courrier des lecteurs et glanes diverses                                                                                          

 

  • Table des dix premiers numéros des Cahiers de La Mothe                                                        

Fabrice FONTAINE

 

 

Prix de chaque n° : 10 € (+ frais de port : 5,28 € pour chacun des 8 premiers numéros, 7,04 € pour les suivants ou pour plusieurs numéros)

à commander à Jean CHARLES, 3 rue Victor Hugo, 67204 ACHENHEIM

 

 

 

Les ouvrages

Accèder

 

Collection des « Itinéraires du Patrimoine »

 

La Mothe-en-Bassigny

Place-forte de la Lorraine face à la France

 

Publié par la Direction régionale des Affaires Culturelles de Champagne-Ardennes - Service régional de l’Inventaire - Service régional des monuments historiques.

 

Cet ouvrage de 64 pages, abondamment illustré, présente tout d’abord un historique de la ville, puis propose deux circuits de visite, le premier intra-muros, et le second faisant le tour de l’enceinte.

 

Textes : Jean CHARLES

Photographies : Jacques PHILIPPOT

 

Prix : 6,50 €

 

 

 

Jules Simonnet :

 

Relation des sièges et du blocus de La Mothe (1634-1642-1645)

 

 

suivie des relations officielles des trois sièges publiées dans le Mercure et la Gazette de France, édition entièrement revue sur les textes originaux et augmentée d’une introduction à l’histoire de La Mothe et de nombreux document inédits.

Chaumont, Charles Cavaniol, 1861, 468 pages. réédition par les éditions Dominique Gueniot, Langres, 2008. C’est l’édition de référence de la Relation des sièges de  Nicolas du Boys de Riocour.

 

S’y trouve par ailleurs une notice de 2 pages sur Etienne Courtet, puis son poème « Motha emota » (en latin, avec traduction française en regard). Un appendice contient enfin diverses pièces d’archives et des notices biographiques sur les défenseurs de la ville. Trois planches hors texte complètent l’ouvrage : un plan de la ville, une vue cavalière selon Beaulieu et une gravure copiée de Merian.

 

Nicolas du Boys de Riocour est né à La Mothe en 1610. En 1632, il est nommé lieutenant général au bailliage de Bassigny. C'est dans cette fonction qu'il participe aux trois sièges de la ville et en rédige la relation.

 

Ses talents de négociateur et sa fidélité sans épreuve à son duc sont vite remarqués. En 1633, il est nommé conseiller d'Etat. En 1645, il est mandaté pour aller plaider la cause de La Mothe à la Cour de France. En 1650, il est intendant général des armées de Lorraine et en 1651 conseiller en la cour souveraine de Lorraine et Barrois. En 1655, il est chargé de négocier, à la Cour d'Espagne, la libération du duc Charles IV, emprisonné à Tolède.

 

En 1670, lorsque la Lorraine est à nouveau envahie par les Français et la cour souveraine supprimée, il se retire dans sa seigneurie de Damblain où, écrit-il, « je me fis un plaisir de repasser plusieurs pièces que j'avais autrefois ébauchées, touchant l'histoire de notre nation, les ordonnances du pays et l'explication de quelques articles de la coutume du Bassigny ». Nous connaissons de sa main, outre quatre ouvrages, la très riche relation des trois sièges de La Mothe.

 

Editée partiellement une première fois en 1841, elle le fut à nouveau en 1861 par Jules Simonnet, dans une version considérée par les historiens comme la plus complète et la plus fidèle au texte original. Introuvable aujourd'hui dans son édition originale, la réédition de cet ouvrage ravira spécialistes et passionnés de La Mothe.

  

Prix : 40 €

 

 

 

Nicole Villa-Sébline :

 

La sénéchaussée de la Mothe et Bourmont

des origines à 1645

 

 

Editions Dominique Gueniot, éditeur à Langres, 2002

 

Nicole Villa-Sébline, historienne, diplômée de l'École des Chartes, fut successivement conservateur à la Bibliothèque Nationale et conservateur en chef, responsable des bibliothèques et archives des musées nationaux.

 

D'origine lorraine par son père et sa mère, elle a, depuis son enfance, passé presque toutes ses vacances à Illoud, au pied de Bourmont. Ses ancêtres viennent de La Mothe. On les retrouve aussi à Bazoilles, Gonaincourt et Saint-Thiébault. D'autres, parents et alliés, à Bourg-Sainte-Marie, Huilliécourt et... Bourmont.

 

L'étude de la région et des villages environnant La Mothe et Bourmont l'a toujours passionnée.

 

Cet ouvrage présente ici le résultat de ses recherches, qui devraient intéresser, entre autres les descendants des habitants de La Mothe et de l'importante circonscription administrative qu'était la sénéchaussée de La Mothe et Bourmont.

 

Ce travail donne de nombreux détails sur l'histoire de ces villages, en remontant à la Préhistoire et sur leur vie quotidienne du XIIIe au XVIIe siècle. Son intérêt dépasse les limites géographiques. En effet, région de passage entre le Barrois, la Lorraine, la Franche-Comté et le duché de Bourgogne et surtout entre la France et l'Empire, la sénéchaussée de La Mothe et Bourmont est présentée ici comme un miroir des temps passés.

 

Prix : 28 €

 

 

Alcide Marot :

Le chasseur de la Mothe

Chronique lorraine

 

 

Réédition publiée dans la Collection « Les Furtifs » par imagine-Networks éditions, Parc Valmy, 8F - Rue Jeanne Barret F - 21000 DIJON

 

Roman historique publié en 1892, le Chasseur de La Mothe relate les sièges de La Mothe par les armées françaises du cardinal de Richelieu et de Mazarin, notamment celui de 1645, qui se termina par la destruction totale de la ville. On y découvre les aventures de Sébastien de Maillefert, capitaine et major d'infanterie à La Mothe au temps de Charles IV, duc de Lorraine.

 

Alcide Marot, son auteur, est né en Lorraine, à Sauville, en 1862. Son enfance dans une famille distinguée et cultivée, fut calme et pieuse. Il étudia àNijon avec le curé du village, excellent latiniste et fin lettré, puis au petit séminaire de Langres.

 

Demeurant à Nijon, il en fut maire pendant quinze ans. Grand ami de Maurice Barrés  et de Charles Sadoul, président de la Société d’Archéologie lorraine, il nous a laissés plusieurs ouvrages contant la Lorraine et son Bassigny natal, notamment Le Chasseur de La Mothe etAlouettes et Alerions, poésies, ainsi que plusieurs articles publiés dans Le Pays lorrain.

 

Héritier par sa femme de l’historien du Bassigny Jules Marchal, il en reçut les notes manuscrites, qui lui permirent de rédiger un Essai d'histoire des villages du canton de Bourmont, publié en 1925, ainsi qu’une Histoire de La Mothe, restée manuscrite. Il est décédé en 1927. Une de ses dernières sorties le mena à La Mothe, où il guida le maréchal Lyautey.

 

Prix : 18,50 €

Accès Google

Adresses utiles et liens

 
 

Liste sélective d’adresses utiles

 

Archives et Bibliothèques :

 

AD Haute-Marne : haute-marne.fr/culture/archives-departementales/

AD Meurthe-&-Moselle : www.archives.meurthe-et-moselle.fr/

AD Meuse : archives.meuse.fr/

AD Moselle : www.archives57.com/

AD Vosges : archives.vosges.fr/

BnF : www.bnf.fr/

Gallica : http://gallica.bnf.fr/

Inventaire de Lorraine et Comité d’Histoire Régionale : http://histoirepatrimoines.lorraine.eu/

Archéologie : actualité de l'archéologie en Lorraine : http://arula.hypotheses.org/

Ministère de la Culture : base Architecture et Patrimoine :

http://www.culture.gouv.fr/culture/inventai/patrimoine/

Collections du patrimoine numérique : http://www.numerique.culture.fr/pub-fr/index.html

Dictionnaire topographique de la France : http://cths.fr/dico-topo/dictionnaires/cartes.php

Parc naturel régional des sources Saône-Meuse : http://projet-pnr-sources-saone-meuse.fr/

 

Sites spécialisés :

 

Campanologie (Société française de)  : http://campanologie.free.fr/index.html

Oratoires : http://www.oratoires.com/ - http://www.les-oratoires.asso.fr/

Patrimoine environnement : http://www.patrimoine-environnement.fr/

Petites cités de caractères : http://www.petitescitesdecaractere.com/

 

Sites lorrains :

 

Cartes postales anciennes de Lorraine : www.cartespostalesdelorraine.com/

La Lorraine se dévoile : http://la-lorraine-se-devoile.blogspot.fr/

Lorraine romane : https://sites.google.com/site/lorraineromane/

Patrimoine de Lorraine : patrimoine-de-lorraine.blogspot.com/

 

Sociétés Savantes :

 

Fédération des Sociétés savantes des Vosges : www.fssv.fr/

Société d'émulation du département des Vosges : http://emulation88.blogspot.fr/

Société d'Histoire et d'Archéologie de la Lorraine : www.societe-histoire-lorraine.com/

 

Associations locales :

 

Bleurville (Histoire et Patrimoine bleurvillois) : histoirepatrimoinebleurvillois.hautetfort.com/

Bleurville (abbaye saint-Maur) : https://www.facebook.com/abbayesaintmaur/

Bourmont (Société Historique et Archéologique du Pays de) : https://www.societehistoriquearcheologiquedebourmont.com/

Châtillon-sur-Saône : https://www.chatillon-sur-saone.com/

Contrexéville (Cercle d’études locales de) : celcontrex.over-blog.com/

Fontenoy : https://www.fontenoy-le-chateau.com/histoire-et-patrimoine/le-château/

Mirecourt (Les Amis du Vieux Mirecourt Regain) : http://avmregain.free.fr/index.html/

Morimond (Association des Amis de) : http://abbaye-morimond.org/

Lafauche (Château de) : www.chateau-lafauche.com

Robécourt (Fonderie de cloches) : http://www.clocherobecourt.com/Robecourt/AccueilRobecourt.php

Saône-Lorraine (association) : www.fssv.fr/association-saone-lorraine/

Toul (Cercle d'études locales du Toulois) : http://celt-toul.blogspot.fr/

Trois Provinces (Association pour le développement du Pays aux) : http://www.adp3p.com/

Vignory (Histoire et patrimoine de) : http://www.patrimoine-vignory.fr/

Le monument

Photo publiée par René GOUTHIERE dans « La Mothe et ses ruines », Mémoires de la Société des lettres de Saint-Dizier, XVI, 1924, 3e édition, page 25.

Auteur : « Valck, Nancy ».

Légende : « Là ont été réinhumés les restes des soldats français et lorrains, trouvés lors des premières fouilles - Erection en 1897, sous les auspices de la Société d'archéologie lorraine (Nancy), chargée, par arrêté du préfet de la Haute-Marne du 14 avril même année, de la direction des fouilles commencées à cette époque ».

 

 

 

 

 

 

 

             

 

Mission et projets

L’Association pour la Mothe s’est fixée pour buts :

 

  • de faire connaitre le site et l’histoire de la ville, de son enceinte fortifiée, de ses monuments, de ses familles, 
  • d’entretenir ses vestiges, 
  • d’animer le site.

 

Parmi ses activités et projets, relevons :

 

  • la mise en place sur le site d’une signalétique moderne, permettant des visites individuelles, 
  • l’animation du site au travers de visites guidées pour groupes, 
  • l’animation d’un chapiteau consacré à l’histoire de la ville et à la généalogie de ses familles lors de la fête de la Mothe le 3ème dimanche d’août,  
  • la publication d'une revue annuelle, les "Cahiers de La Mothe", pour faire connaitre les recherches de ses membres, 
  • l’amélioration permanente de son site internet, dont le forum se veut le lien entre les passionnés de l’ancienne forteresse

  • la participation à la restauration de :
    - la porte souterraine (deuxième tranche),
    - la porte « neuve » de Soulaucourt, également appelée « porte de France »,
    - l’entrée du château,
    - du monument commémoratif élevé au centre de la cour du château,
    - des vestiges du bastion Saint-Nicolas

 

 

 

La fondation de la ville

 

En 1238, le comte Henri II de Bar s’engage pour lui-même et ses descendants, envers Mathieu II, duc de Lorraine, à ne jamais construire de forteresse dans la région frontalière entre Neufchâteau et Lamarche. Mais en 1255, son fils Thiébaut II viole le traité. Après avoir acquis le domaine de Saint-Hilairemont (ancien nom de La Mothe), Thiébaut II commence la construction d’une ville neuve. En juillet 1258, il octroie une charte de franchise aux bourgeois.

 

Le duc de Lorraine Ferri III proteste. Un arbitrage est confié aux comtes de Champagne, de Nevers et de Bourgogne, qui donnent raison au comte de Bar. Mais le duc de Lorraine conteste la décision et la guerre éclate entre Lorraine et Barrois. L’arbitrage de Saint-Louis, roi de France, sera nécessaire. Il demande à Thiébaut II de prêter hommage pour La Mothe au comte de Champagne. L’hommage était, au moyen-âge, l’acte par lequel un vassal promettait fidélité à son seigneur.

 

Cet hommage dû par le comte de Bar au comte de Champagne porte en lui tous les germes du conflit qui va opposer, aux XVIe et XVIIe siècles, la Lorraine et la France. En 1284 en effet, le mariage de l’héritière de Champagne avec le futur roi Philippe le Bel, et donc le rattachement de la Champagne à la France, transfère l’hommage dû au roi de France. Après le rapprochement du Barrois et de la Lorraine, le duc de Lorraine devra donc l’hommage au roi de France.

 

 

La Lorraine entre France et Empire

 

Mais la rivalité entre ducs de Lorraine et comtes de Bar n’est qu’un banal épisode de la vie médiévale. Elle occulte une autre réalité : la position stratégique, mais ô combien difficile, occupée par la Lorraine entre France et Empire d’Allemagne.

 

Par la signature, en 935, de la paix de la Chiers, la Lotharingie était entrée dans le giron de l'Empire. Cette situation n’a cependant jamais été acceptée par les rois de France, qui n’eurent de cesse de conquérir la Lorraine afin de consolider leur frontière à l’est. Sagement, les ducs de Lorraine jouaient la neutralité entre leurs deux voisins.

 

Les relations entre le duché de Lorraine et la France sont cordiales jusqu'en 1541, année en laquelle François, héritier du duché, épouse Chrétienne de Danemark, nièce de Charles Quint. Le duc Antoine, son père, a souhaité rééquilibrer ses alliances. Mais il a aussi provoqué la colère royale. Le roi François Ier rechercha alors une assurance de neutralité du duché. Il l'obtiendra en 1542 par le traité de Nuremberg. Charles Quint y reconnaît le duché de Lorraine à jamais libre et non incorporable. Le lien de vassalité avec l’Empire est rompu au profit d’un statut de protectorat. Mais la Lorraine est condamnée à une stricte neutralité.

 

 

 

La régence de Chrétienne de Danemark

 

 

En 1544, le duc Antoine décède. Son fils François lui succède. Malade, il décède à son tour en 1545. Il laisse une veuve de 24 ans, Chrétienne de Danemark. Son fils, le futur Charles III, n’a que 3 ans. La noblesse lorraine propose la régence à Nicolas de Vaudémont, frère du duc défunt. Mais Chrétienne de Danemark intrigue et s’impose. Un compromis est finalement trouvé : ils sont nommés co-régents.

 

Belle, énergique, Chrétienne souhaite gouverner seule. Elle ne respecte pas le souhait de la noblesse lorraine de maintenir une stricte neutralité entre ses deux puissants voisins et incline vers l’Empire. Et c’est alors qu’elle décide de renforcer les fortifications de La Mothe. Elle fait appel à l’ingénieur italien Ambrogio Precipiano qui fortifiait la ville de Dole en Franche-Comté pour le compte de Charles-Quint. Precipiano dresse le plan d’une nouvelle enceinte bastionnée. Les travaux démarrent aussitôt.

 

Le roi de France Henri II est couronné en mars 1547. En février 1548 au plus tard, il apprend que Chrétienne de Danemark fait effectuer de grands travaux à La Mothe. Or il doute de la neutralité de la régente de Lorraine et craint que La Mothe puisse un jour être utilisée par Charles Quint comme tête de pont aux marches du royaume. Henri II demanda une entrevue à Chrétienne, qui eut lieu à Joinville en juin 1548. Le roi obtint d’elle une promesse d’arrêt des travaux pendant la minorité du futur duc Charles III. Mais le jour même de son départ de Nancy, le 12 juin à 5 heures du matin, elle avait fait venir un tabellion et quatre témoins et avait déclaré protester par avance contre toute concession qui lui serait arrachée. Que la promesse n’ait été pas tenue n’apparaît pas surprenant ! Les travaux seront poursuivis jusqu’en 1590, année qui verra l’achèvement de la première enceinte avec la construction de la porte de Soulaucourt. A compter de 1563 au moins, et jusqu’à son décès en 1595, les travaux sont dirigés par Florent De Belleau.

 

Vers 1620, on renforça cette première enceinte d’une seconde, faite de terre et de pierre, inspirée des préceptes de la fortification hollandaise. Elle protégeait un chemin couvert courant au pied de la muraille de la première enceinte. Cette seconde enceinte renforçait l’impression de hauteur et de puissance de la première. Elle rendait surtout plus difficile les travaux d’approche et de sape.

 

 

La guerre de trente ans (1618-1648)

 

La guerre de trente ans, qui ravagea une bonne partie de l’Europe et particulièrement la Lorraine, est une confrontation entre la France et l’Empire allié à l’Espagne. En Lorraine, les acteurs entrent en scène en 1624, année en laquelle, tant Richelieu pour la France que Charles IV pour la Lorraine, accèdent au pouvoir. Charles IV est un catholique déclaré. Il refuse la politique de stricte neutralité entre la France et l’Empire. Il refuse de prêter l’hommage dû pour le Barrois mouvant. Qui plus est, il ose accueillir à la cour de Nancy les opposants français à Richelieu et notamment Gaston d‘Orléans, frère du roi.

 

 

Les prémices du conflit entre France et Lorraine

 

En mai 1632, l’armée française envahit la Lorraine. Charles IV accepta de signer un traité à Liverdun le 26 juin 1632. Il s’y engagea notamment à prêter hommage pour le Barrois dans le délai d’un an. Mais le 30 juillet 1633, le Parlement de Paris décide la saisie du Barrois, au motif que l’hommage promis n’a pas été prêté. Les troupes royales pénètrent à nouveau en Lorraine et assiègent Nancy. La ville est rapidement prise. Le 20 septembre, Charles IV se voit imposer la signature, à Charmes, d’un nouveau traité.

 

Le 19 janvier 1634, Charles IV abdiqua et abandonna le trône ducal à son frère Nicolas-François, évêque de Toul. Le 18 février 1634, ce dernier épousa secrètement, après s’être donné les autorisations nécessaires, sa cousine Claude, héritière des duchés, empêchant ainsi une union arrangée par la France. Le mariage est immédiatement consommé. Hors de lui. Richelieu fait enfermer les deux époux au palais ducal de Nancy. Mais, le 1er avril, ils parviennent, déguisés, à s’échapper et à gagner Florence.

 

 

Le premier siège (8 mars-27 juillet 1634)

 

Dès le 8 mars, le marquis de La Force, à la tête des troupes françaises, encercla la ville et la bloqua complètement. Il fit venir, des places environnantes françaises, canons et mortiers. Il fit creuser des tranchées en direction des bastions Sainte-Barbe, Saint-Nicolas et de Danemark.

Dès le 9 juin, des batteries de mortiers purent être installées.

Le 17 juin, les français atteignaient le pied de la contrescarpe.

Ils entreprirent alors le creusement de mines en vue de renverser les bastions. A l’intérieur de la place, la situation devenait de plus en plus difficile. L’eau et les provisions manquaient. Le 21 juin, le gouverneur de Choiseul d’Isches fut tué par un éclat de boulet. Le 6 juillet, le fossé était atteint de tous côtés, grâce notamment au jeune vicomte de Turenne. Heureusement, des pluies battantes noyèrent les tranchées françaises, donnant un peu de répit aux assiégés. Le 26 juillet, les mines sous le bastion Saint-Nicolas explosèrent, ouvrant une large brèche. Dès le 27 juillet, la capitulation était signée.

 

La Lorraine était sous contrôle total de la France et dans un état lamentable. La peste exerçait partout ses ravages. Charles IV n’en poursuivait pas moins sa politique au service de l’Empire. Il dut accepter de se rendre à Paris pour négocier. Le 29 mars 1641, il signa, à Saint-Germain-en-Laye, la « petite paix » et prêta hommage pour le Barrois. Il avait certes été humilié mais il avait pu sauver son duché. Il n’avait cependant pas l’intention de respecter ses engagements. Dès avril 1641, les hostilités reprirent.

 

 

Le deuxième siège (juillet 1642 - mai 1643)

 

Le roi perdit à nouveau patience et envoya du Hallier investir La Mothe. Mais le 4 décembre 1642, Richelieu décédait. Louis XIII mourut le 14 mai 1643. Ce double décès sauvait provisoirement La Mothe. En mai 1643, le blocus fut levé. Mazarin parvient alors au pouvoir. A plusieurs reprises, il tenta de négocier avec Charles IV, mais en vain. Ne pouvant obtenir la ville, il en jura, dès juillet 1644, la perte.

 

 

Le troisième siège (déc. 1644-7 juillet 1645)

 

Magalotti fut mandaté pour investir la ville. Le 6 décembre, il était sur place. Dès janvier, les paysans des environs furent requis pour creuser autour de la place une circonvallation défendue par sept redoutes. Le gouverneur Clicquot organisa des sorties pour retarder les travaux, mais sans grand succès. Début mai, la circonvallation était achevée et tout secours exclu. Les Français entreprirent alors de creuser des tranchées vers la place

 

Mi-mai, ils atteignirent le milieu du glacis. Le 20 juin, Magalotti fut mortellement blessé.

 

Dans la nuit du 27 au 28 juin, les Français enlevèrent la contrescarpe. Après discussion, les modalités de la capitulation furent acceptées le 1er et ratifiées le 7 juillet.

 

Les honneurs de la guerre furent accordés aux défenseurs. Par ailleurs, l’article 15 de la capitulation prévoyait « qu’il seroit libre aux bourgeois de demeurer a La Mothe ou ailleurs ou bon leur semblera et qu’ils seroient conservés dans leurs biens et libertés dans quelques pays qu’ils fussent ».

 

 

La destruction

 

Le 15 juillet 1645, la communauté fut avisée de la décision de Mazarin de procéder à la destruction totale de la ville. Elle dépêcha alors Nicolas Dubois de Riocour à la cour de France, pour obtenir le respect des conditions de la capitulation. Hélas en vain ! Dès le 20 juillet, les démolitions commencèrent, alors que du Boys de Riocour n’était pas encore revenu de sa mission à la cour de France.

 

Poue s'assurer que la ville ne serait jamais reconstruite, les français firent venir de Langres, le 11 août, quatre livres de mercure pour empoisonner les deux puits.

 

Fin septembre, la ville n’était plus qu’un amas de ruines.

 

 

8-19 – Plans du 3ème siège de la Bibliothèque de la Marine du SHD

Les archives de la marine royale française, déposées au Service Historique de la Défense (SHD) à Vincennes, conservent 71 recueils de cartes et plans en provenance du Service Hydrographique de la Marine. Le recueil 16, consacré aux villes de l’Est de la France, conserve 11 documents (10 plans et la légende d’un des plans) relatifs au 3ème siège de La Mothe.

N° 108 : « Estat de l’armée du Roy au siège de La Motte ». Deux pages manuscrites à l’encre, faisant la liste des troupes réparties par quartiers.

 

N° 109 : signé « Dutens » et daté 1645. Plan manuscrit à l’encre, orienté au Nord-Ouest, représentant la campagne et les défenses de la ville, ainsi que le camp des assiégeants. Une mention précise que « les distances naturelles du païs sont 22930 fois plus grandes que celles qui sont sur ce papier ». La légende des numéros portés sur la carte manque.

 

N° 110 : « Estat de la tranchée le 29e may a unne heurre apry midy ». Schéma manuscrit à l’encre sans orientation ni échelle, d’une portion de l’enceinte et de la tranchée creusée vers les bastions. Un long commentaire accompagne le dessin.

 

N° 111 : Carte manuscrite à l’encre sans orientation, représentant les environs de la ville. Echelle de 500 toises.

 

N° 112 : « Paisage de La Mothe ». Carte manuscrite en couleurs orientée au Nord-Ouest et représentant la campagne autour de la ville. Des mentions manuscrites sans doute légèrement postérieures à la carte signalent, sur celle-ci, l’emplacement des troupes au cours du siège. Echelle de 900 toises.

 

N° 113 : Carte cavalière manuscrite à l’encre, légendée et représentant le relief et les routes autour de la ville. Pas d’échelle ni d’orientation.

 

N° 114 : Très beau plan manuscrit cavalier à l’encre, représentant les quartiers, les tranchées, les batteries, les tirs des troupes françaises contre une portion des remparts de la ville. Pas d’orientation, échelle de 200 toises.

 

N° 115 : Plan manuscrit à l’encre, sans orientation ni échelle, représentant les tranchées prévues ou réalisées pour bombarder et atteindre les bastions saint-Georges et de Vaudémont.

 

N° 116 : Plan cavalier manuscrit à l’encre, représentant les tranchées, les remparts et le feu des batteries contre le front sud de l’enceinte. Pas d’orientation ni d’échelle.

 

N° 117 : Schéma manuscrit cavalier à l’encre, sans orientation ni échelle. L’enceinte représentée ne semble cependant pas être celle de La Mothe.

 

N° 118 : Plan des fortifications de La Mothe. Schéma manuscrit à l’encre, sans orientation ni échelle, représentant uniquement les remparts de la ville.

 

Tous droits de reproduction du SHD réservés.

 

Ces plans ont fait l’objet d’une étude et sont reproduits dans le n° 1 des Cahiers de La Mothe.

Enrichissez la généalogie

Vous avez pu constater que notre site est déjà riche d'informations de nature à aider le généalogiste à la recherche de ses racines mothoises.

 

Aidez-nous à l'enrichir!

 

Envoyez-nous vos reconstitutions de famille, vos relevés, vos références de documents d'archives...  bref, tous les documents de nature à aider les autres généalogistes à progresser encore dans leurs recherches.

 

Par avance, merci.

L’association étant habilitée par l’Administration fiscale, toute adhésion ou tout don effectué à l’Association sont déductibles :

 

  • de l’impôt sur le revenu des personnes physiques (IRPP) à hauteur de 66 % du don, dans la limite de 20% du revenu imposable. Ainsi, une cotisation de membre bienfaiteur de 100 € ne vous revient qu’à 33,33 €.

 

  • de l’impôt sur les sociétés, à hauteur de 60 % du don, dans la limite de 5 ‰ du chiffre d’affaires,

 

  • ou de l’impôt sur la fortune à hauteur de 75 % du don (dans la limite de 50000 €).

 

Conformément à la loi informatique et libertés n° 7 8-17 du 6 janvier 1978 relative aux fichiers, à l’informatique et aux libertés, vous disposez d’un droit d’accès et de rectification des informations vous concernant dont nous sommes seuls destinataires.

 

Télécharger le bulletin d'inscription

 



Elle a eu lieu le dimanche 23 août 2015

 

 

Découvrez le compte-rendu de la manifestation :

 

l-article-du-journal-de-la ... jpg



 

 

 

 

Pour visiter le site, rendez-vous dans un des Offices de Tourisme de la région pour obtenir un dépliant de visite, ou téléchargez le :

 

document entier (recto-verso) :

 

document page par page :

 

depliant-page-par-page_177 ... pdf

 

 





Adresse postale

Hôtel de ville

16, rue du Général Leclerc  

52150 BOURMONT

Si vous souhaitez entrer en contact avec l'association,écrivez à :

la.mothe.bassigny@gmail.com

 

 

 

 

Mentions Légales

Association pour La Mothe

Association régie par la loi du 1er juillet 1901.

Récépissé de déclaration en préfecture de Haute-Marne n°0521002630 du 20 mai 2005

N° de l'association : W521001375

Identifiant SIRET : 507 473 973 00018

Siège : Hôtel de ville, 16 rue du général Leclerc 52150 BOURMONT

La Mothe, une forteresse lorraine face au royaume de France

La Mothe en 1643 (gravure de Merian)
En 1546, Chrétienne de Danemark, nièce de l’empereur Charles-Quint, régente de Lorraine, décida la construction d’une enceinte bastionnée, selon les nouveaux préceptes venus d’Italie. Cette enceinte fera de La Mothe la seconde place forte de Lorraine après Nancy. Les rois de France n’ont jamais toléré cette inacceptable provocation à leur frontière. Le sort de la ville était dès lors scellé. Après avoir subi trois sièges, en 1634, 1642-43 et 1644-45, elle fut totalement rasée en 1645 et sa population dispersée, au mépris des articles de la capitulation signée.
L’Association pour La Mothe s’est fixée comme but de faire connaitre l’histoire de la ville, d’en restaurer les vestiges, et d’animer ce site hors du commun.

 

 

 

 

 

Les Cahiers de La Mothe n° 11

Les Cahiers de La Mothe n° 11 pour 2019 sont parus.

 

Sommaire 

 

Les incursions anglaises en Bassigny barrois pendant la guerre de Cent Ans                               

Anthony CHAMARANDE

 

François, fils de Charles IV de Lorraine, ou posthume du prince de Cantecroix ?                                     

Christian JOUFFROY

 

Les églises de Bourmont                                                                                                       

Jean CHARLES

 

Le château de Pompierre                                                                                                

Antoine de LAVAULX

 

Le sel à La Mothe et en Bassigny          

Jean CHARLES

 

L’inventaire des biens du mineur Hubert Parisot                                              

Lucette HUSSON

 

Deux oeuvres de l’atelier de sculpture de Joinville-Vignory provenant de La Mothe                    

Julien MARASI

 

Une taque de cheminée aux armes de la famille Raulet                                                           

Jean CHARLES

 

Courrier des lecteurs et glanes diverses                                                                                     

Table des dix premiers numéros des Cahiers de La Mothe                                                    

Fabrice FONTAINE

 

Les dépôts en librairies seront précisés au fur et à mesure de leur livraison.

Prix du n°: 10 € 

 

Par correspondance : prix de chaque n° : 10 € + frais de port : 5,28 € pour chacun des 8 premiers numéros, 7,04 € pour les suivants ou pour plusieurs numéros)

 

à commander à Jean CHARLES,

3 rue Victor Hugo, 67204 ACHENHEIM

 

 

 



42 - Plan de la ville et forteresse de La Mothe en Lorraine (1861)

Format : 11,9 x 18,8 cm.

Date : 1861.

Extrait de : Jules Simonnet, Relation des sièges et du blocus de La Mothe (1634 –1642- 1645) par du Boys de Riocour, Chaumont, Charles Cavaniol, 1861.

Mention : "Plan de la ville et forteresse de La Mothe en Lorraine assiégée par les Français en 1634 et 1645 et rasée après le dernier siège".

Les autres registres paroissiaux

Il est également intéressant de consulter les registres existants des paroisses environnantes, dans lesquelles nombre de mothois ont été parrains et marraines, se sont mariés, ou ont été témoins.

 

Philippe GEORGE a bien voulu autoriser l'Association pour La Mothe à mettre en ligne les transcriptions des registres des paroisses de Crainvilliers, Médonville, Morizécourt, Parey, Robécourt, Saint-Ouen, Sauville et Vrécourt, qu'il a réalisées avec plusieurs autres passionnés.



Les baptêmes de Crainvilliers

Les mariages de Crainvilliers

Les décès de Crainvilliers

Les baptêmes de Médonville

Les mariages de Médonville

Les décès de Médonville

Les baptêmes de Morizécourt

Les mariages de Morizécourt

Les décès de Morizécourt

Les baptêmes de Parey

Les mariages de Parey

Les décès de Parey

Les baptêmes de Robécourt

Les mariages de Robécourt

les décès de Robécourt

Les baptêmes de Saint-Ouen

Les mariages de Saint-Ouen

Les décès de Saint-Ouen

Les baptêmes de Sauville

Les mariages de Sauville

Les décès de Sauville

Les baptêmes de Vrécourt

Les mariages de Vrécourt

Les décès de Vrécourt

L'église d'Outremécourt


Elle a été bâtie de 1698 à 1700, sur un plan hexagonal, par le curé Nicolas de Landrian, avec des pierres provenant de la collégiale de la ville.

 

 Selon la tradition, ce plan reproduit le plan de La Mothe avec ses six bastions, l’église symbolisant la première enceinte et le mur du cimetière la seconde.

 

Devant l’église, dans une niche de pierre, se trouve une statue de Saint-Nicolas, hélas mutilée. Au dessus, le socle et le fût d’une croix du XVIe siècle.

 

Le portail de l’église est orné de deux pilastres composés d’éléments arrachés à des édifices de La Mothe. Y sont alternés des tambours semi-circulaires et des éléments de pilastres rectangulaires au décor vermiculé, tels qu’on les appréciait au début du XVIIe siècle. Contrairement à une légende savamment entretenue, les tambours semi-circulaires ne proviennent pas de la porte de Soulaucourt, encore appelée porte de France. Leurs diamètres sont en effet différents.

 

L’entablement au dessus du portail est un empilement de pierres tombales, provenant de l’ancienne église. Le clocher évoque une échauguette.

 

A l’intérieur, le curé Nicolas de Landrian a réuni les joyaux de l’ancienne collégiale : à gauche du chœur, Notre-Dame du cloître, une jolie vierge à l’enfant du XVIIe siècle ; dans la chapelle latérale gauche, un bas-relief composé d’une vision de saint Hubert (milieu XVIe siècle), qui fut surmontée en 1710 par deux statues du XVIIIe siècle représentant saint Mansuy et saint Nicolas. La chapelle est consacrée à la mémoire des Landrian, dont les épitaphes ornent les murs. Dans une niche à droite de l’abside, protégé par une grille, un reliquaire contient trois fragments de la couronne du Christ retrouvés en 1672, dans les ruines de la collégiale.

 

Le sol de la collégiale est composé de dalles funéraires provenant de la collégiale détruite. Les visiteurs intéressés à connaitre l'inventaire et l'emplacement des pierres tombales du sol de l'église consulteront avec profit l'article de Pierre Simonin dans Le Pays lorrain n°4, 1985, pages 202-224.

 

Au-dessus de la porte de la sacristie, deux vers :

 

MOTHA MEOS TULERAT LAPIDES, SED ET ILLA SEPULCRO

MOTHA REMOTA SUO, NUNC IBI TOTA JACET

 

que l’on peut traduire ainsi :

 

La Mothe a porté mes pierres et, disparue en son tombeau,

La voici maintenant, devant vous, toute entière

 

rappellent la symbolique qui a présidé à la construction de l’église.

 

 

 

 

 



 

Télécharger l'affiche de la fête 1922 : affiche-fete-1922_46.pdf

 

 

Créée en 1922, la fête de La Mothe est devenue, au fil des ans, une institution.

 

Elle a traditionnellement lieu, sur le site de l’ancienne cité, le troisième dimanche du mois d’août.

 

Le programme en sera le suivant :
 

  • en matinée :  

visites guidées du site,

exposition historique et généalogique,

échanges sur les familles de la Mothe et du Bassigny,

animations diverses 

 

  • à midi : 

repas lorrain sous chapiteau

  

  • l’après-midi : 

spectacle et animation

 

  • en soirée :      

petite restauration,  feux d’artifice

 

Toute la journée : bar et brasserie

 

Parking sur le site 

 

 



Les Coutumes du Bassigny

 

L’historien du Bassigny ou le généalogiste intéressé à l’histoire de ses familles ne peut méconnaître la coutume du Bassigny. Elle a régenté, depuis des temps immémoriaux et jusqu’à la Révolution française, la société bassignote au travers de ses classes sociales, de ses contrats, des successions, de la gestion des terres… bref, de tous les événements de la vie.

 

Dès le XVe siècle, le besoin de mettre par écrit des règles qui étaient jusqu’alors transmises verbalement de génération en génération se fit jour. En 1454, le roi de France Charles VII prescrivit, par l'ordonnance de Montil-lez-Tours, la rédaction de toutes les coutumes du royaume. Les autres puissances européennes, l’Empire d’Allemagne et la Bourgogne notamment, adoptèrent la même politique.

 

La Lorraine ne pouvait rester à l’écart du mouvement, d’autant qu’elle était sujette aux empiètements français sur sa frontière occidentale. Le Barrois mouvant relevait en effet en appel du bailliage de Sens, et ses juges tentaient d’en appliquer la coutume. Sous l’impulsion du duc René II, dès le début du XVIe siècle, la rédaction systématique des coutumes du Barrois fut entreprise.

 

 

La rédaction des coutumes en 1507

 

La première rédaction de la coutume du Bassigny fut entreprise en 1507[1]. Par mandement du duc René II, daté du 30 janvier 1507[2], Jehan de Sérocourt, bailli du Bassigny, et Didier Beget, sénéchal de la Mothe et Bourmont, et lieutenant général au bailliage, firent donc, en février 1507, « assembler les gens des trois estatz, c'est assavoir : les gens d'eglise, nobles et commis dudit bailliaige ».

 

Cette rédaction s’avérait nécessaire. Les Coutumes de Sens venait d’être publiées en octobre 1506. Du 28 septembre au 3 octobre 1506, était rédigé la Coutume de Bar, et celle de Saint-Mihiel en février 1507. La rédaction des coutumes du Bassigny fut réalisée du 23 au 26 février 1507, à Lamarche et à La Mothe[3]. Le procès-verbal en est conservé[4].

 

Douze ecclésiastiques, quatorze nobles ou officiers, treize représentants du Tiers, praticiens, gens de justice et bourgeois y participèrent. Ce furent :

 

« Reverend père en Dieu, frere Anthoine Micquel, abbé de Flabemont, aaigé de LXV ans ou environ.

Religieuse personne frere Demenge Malferel, ministre de l'eglise de la Trinité de la Marche, aaigé de LX ans ou environ.

Frère Jehan Chappus, religieux de ladite Trinité, aaigé de XL ans ou environ.

Messire Pierre Pironel, prebtre, chanoine de la Mothe, aagé de LX ans ou environ.

Messire Nicole de Conay, prebtre, doyen de la chretienté de Bourmont, aagé de LXVII ans ou environ.

Messire Bertrand Daucy, escuier, chanoine de ladite Mothe, aagé de XLVI ans ou environ.

Messire Guillaume de Prouvenchières, prebtre, escuier, chanoine de ladite Mothe, aagé de XLVIII ans ou environ.

Maistre Thierry Rolin, prebtre, chanoine de ladite Mothe, aagé de XLIIII ans ou environ.

Messire Ogier Masson, prebtre, chanoine de ladite Mothe, aagé de LV ans ou environ.

Maistre Nicole Huot, prebtre, chanoine de ladite Mothe, aagé de XXXVI ans ou environ.

Messire Nicole Humbert, prebtre, chanoine de ladite Mothe, aagé de XXXVI ans ou environ.

Messire Anthoine du Boys, prebtre, chanoine de ladite Mothe, aagé de XXXVI ans ou environ.

Noble seigneur Bertrand de Jalin, escuier, seigneur usufruictier de la prevosté de Chastillon, aagé de LVI ans ou environ.

Pierre de Monstreul, escuier, seigneur dudit lieu, aagé de LXVI ans ou environ.

Pierre de Bignecourt, escuier, seigneur de Verrecourt en partie, aagé de LX ans ou environ.

Guillaume de Seurey, escuier, seigneur de Verrecourt en partie, aagé de XL ans.

Didier de Mandres, escuier, seigneur de Chaulmont la Ville en partie, aagé de XLVI ans.

Robert de Noirbeuille, escuier, seigneur de Senaides en partie. etc., aagé de XLVIII ans ou environ.

Guillaume de Bouzey, escuier, aagé de LXXV ans ou environ.

Pierre de Sainctouayn, escuier, aagé de LIIII ans ou environ.

Nous Jehans de Seroncourt, bailly dessus nommé, aagé de LX ans ou environ.

Nous Didier Beget, seneschal de la Mothe dessusdit, aagé de L ans ou environ.

Jehan Daucy, escuier, seigneur de Charmes en l'Angle, gruier du Bassigny, aagé de L ans ou environ.

Noble homme Drouot la Guerre, prevost de la Marche, aagé de LXIIII ans.

Noble homme Claude Vivien, clerc juré de la Marche, aagé de LIIII ans.

Thomas Guillot, substitud du procureur à la Marche, aagé de L ans.

Guillaume Bertrand, bourgeois, praticien demeurans à ladite Marche, aagé de LIll ans ou environ.

Mougot Paris, praticien, demeurans à ladite Marche, aagé de XLIII ans ou environ.

Jehan Boullenger, demeurans à Bourmont, substitud du procureur en la seneschaussee dudit Bourmont, aagé de LIlI ans ou environ.

Jehan Mourot, demeurans audit Bourmont, lieutenant local de nous bailly, aagé de L ans.

Jehan Hongre, demeurans audit Bourmont, lieutenant du gruier de Bassigny, aagé de XXXVI ans.

Demengot Vilain, demeurans à la Mothe, sergent oudit bailliaige, aagé de LX ans ou environ.

Pierre Thiebault, demeurans à ladite Mothe, substitud du procureur en la seneschaussee de ladite Mothe, aagé de XLVIII ans ou environ.

Berthelemin grant Girard, praticien de ladite Mothe, aagé de LX ans ou environ.

Jehan Merel dudit lieu, aagé de LVIII ans ou environ.

Joffroy Mourot, bourgeois de ladite Mothe, aagé de LXX ans ou environ.

Jehan Romer, mayeur à ladite Mothe, aagé de XXX ans ou environ.

Mengin de Jonnelle, eschevin dudit mayeur, aagé de LV ans.

Jehan Symon, eschevin dudit mayeur, aagé de XXXVI ans ou environ. » .

 

 

La tentative de réformation de 1571

 

Les coutumes rédigées en 1507 apparurent rapidement insuffisantes. Incomplètes et imprécises, elles ne traitaient que des fiefs, du régime conjugal des biens et des successions. Elles étaient muettes, par exemple, sur les donations ou la vaine pâture.

 

A partir de 1559, date de la majorité du duc Charles III, la situation s’améliora. Elevé à la cour de France, Charles III sut normaliser ses relations avec le royaume, et signa, le 25 janvier 1571, le concordat de Boulogne-sur-Seine. L'autorité ducale n’est plus alors contestée dans le Barrois mouvant. Le duc peut enfin s'atteler à la rédaction d’un texte plus précis[5].

 

En août 1571, Philibert du Châtelet, bailli du Bassigny, reçut l'ordre de convoquer à Bourmont les trois Estats du bailliage en vue d’entreprendre une nouvelle rédaction de la coutume du Bassigny[6]. Mais la réformation préparée par les Etats fut rejetée par le duc Charles III comme contraire à la coutume rédigée en 1507. Le duc tenta vainement de modifier le projet élaboré par les Etats. La réformation ne put aboutir[7].

 

 

 

La réformation des coutumes en 1580

 

Charles III laissa passer quelques années, puis entreprit une nouvelle tentative, qui fut plus habilement préparée.

 

Par lettres du 1er octobre 1580, il demanda que les états du Bassigny soient convoqués, mais à La Mothe cette fois. Philibert du Chastellet, bailli du Bassigny, reçut les lettres le 8 octobre, et envoya les convocations le 12 octobre, pour le 7 novembre suivant. Le jour dit, quelques 350 délégués se pressèrent dans la grande salle de l’hôtel de Sandrecourt. Les présences et défaillances furent enregistrées, ainsi que quelques protestations. Puis les travaux commencèrent.

 

Les participants furent divisés en deux groupes : ceux appartenant aux sénéchaussées de La Mothe et Bourmont « en ce qui ressortit à la cour souveraine des Grands Jours de Sainct-Mihiel », et ceux relevant des prévôtés de la Marche, Gondrecourt, Châtillon, Conflans et Saint-Thiébault qui relèvaient du « ressort du Parlement de Paris ».

 

Les participants disposaient du « vieil cayer » approuvé en 1507, du texte proposé par les Etats et du projet élaboré par les conseillers ducaux en 1571, enfin du projet que venait de préparer le procureur général. Liberté leur a été donnée par le duc de compléter ou d’amender l’ancienne rédaction. L’assemblée rédige donc ses « très humbles remonstrances » au duc, qui accorde ou infirme les propositions. Etant trop nombreuse, elle s’en remet, le 10 novembre, à une commission de 15 délégués pour la rédaction.

 

Le 19 novembre, la commission rend sa copie. Le texte propose 195 articles, contre 36 en 1507. Le duc le valide après quelques modifications. L'homologation a lieu le 21 novembre.

 

Ce texte est un nécessaire compromis entre les droits ducaux et ceux de ses sujets. Si les demandes et contributions du clergé apparaissent marginales, le débat fut animé par la noblesse, qui souhaitait graver dans le marbre ses privilèges, mais aussi par la roture, nombreuse et bien représentée par des professionnels : magistrats, gruyers, prévôts, avocats, procureurs, praticiens, greffiers, gardes des sceaux et sergents.

 

Les « humbles remonstrances » de la noblesse furent essentiellement de deux ordres : en matière de justice seigneuriale d’abord, mais surtout de droit des fiefs. Initialement, dans le monde médiéval, les fiefs sont réputés « fiefs de danger ». Le prince peut les reprendre si bon lui semble et contrôler leur cession. La coutume de 1507 était claire sur ce point : « tous les fiedz tenus du duc de Bar, en sondit bailliaige du Bassigny sont fiedz de dangier, rendables a luy a grande et petite force sur peine de commise[8] ». Mais en Lorraine, la noblesse s'est peu à peu affranchie du contrôle ducal sur le transfert des fiefs. Or les ducs sont d'autant plus attachés à cette prérogative qu'elle leur permet de surveiller les mutations féodales dans les régions particulièrement exposées, notamment dans les terres proches du royaume, où l'on peut craindre l'implantation de vassaux favorables au roi de France.

 

Les représentants de la noblesse font valoir l'usage contraire qu’ils ont peu à peu conquis. Le duc tient par principe à rappeler la règle, mais l’affaiblit en même temps en demandant que son autorisation soit simplement sollicitée en cas de mutation, et que l’hommage du nouveau vassal soit prêté. A défaut, il y aura « commise » du fief. Mais le danger de « commise » cessera dès l’acte d’allégeance accompli, même avec retard.

 

Les préoccupations des roturiers sont plus terre à terre, mais pleines de bon sens. C’est pourquoi le duc cède sans difficulté sur nombre de revendications, mais qui sont, somme toute, marginales. il reste par contre intraitable sur les droits de fortmariage ou de forfuyance[9], tout en admettant, ici ou là, les coutumes locales contraires pour autant qu’elles soient justifiées.

 

 

La publication des coutumes

 

Les coutumes du Bassigny furent homologuées par le duc Charles III le 21 novembre 1580. Rapidement cependant, on constata la nécessité de les compléter d’un code de procédure, compte tenu des pratiques différentes dans les divers sièges du bailliage[10].

 

En 1604, fut donc rédigé le « stile commun et forme de proceder en justice au bailliage du Bassigny », tant pour la partie du Bassigny du ressort de la cour des grands jours de Saint-Mihiel que pour la mouvance. Les deux « cayers » furent homologués par le duc le 5 août 1606.

 

Les coutumes, le style, les lettres du duc, tant de convocation que d’homologation, la liste des participants et des commissions de rédaction…, firent l’objet, en 1607, d’une publication soignée par les soins de Melchior Bernard, imprimeur à Pont-à-Mousson[11]. Mammès Collin en fut le maitre d’œuvre : il collationna et vérifia l’édition, en rédigea l’épître, adressée au duc Charles III, qui introduit l’ouvrage. Il semble cependant qu’il n’en vit pas la publication. Il est en effet décédé le 7 mai 1607[12].

Nous en donnons, dans le fichier en annexe, la transcription. Nous avons donc pris le parti d’une réécriture limitée : l’orthographe, la ponctuation et les accents ont été respectés, mais les abréviations ont été remplacées par les mots écrits en entier, et des espaces entre les mots ont été ajoutés là où ils faisaient défaut. Enfin, les lettres v et u, i et j ou s et f ont été rétablies telles que nous les écrivons aujourd’hui, ce qui permet de distinguer rapidement « fera » de « sera », ou de faciliter la lecture de certains mots : à titre d’exemple, nous avons écrit « vesves » ou lieu de « vefues » pour qualifier des veuves, ou « saisine » pour « faifine ».

 

Jean CHARLES



[1] Voir Pierre Boyé, Les anciennes coutumes inédites du Bassigny barrois, publiés dans le Bulletin historique du comité des travaux scientifiques, 1901.

[2] Janvier 1506 (ancien style) ou janvier 1507 (nouveau style).

[3] A Lamarche pour le Bassigny mouvant, à La Mothe pour le Bassigny non mouvant.

[4]ADMM B 758.

[5] Pierre Boyé, Les anciennes coutumes inédites du Bassigny barrois, ouvrage cité, page 210 : « Par ailleurs et surtout, le bailliage de Bassigny que, sous le nom de Bassigny barrois ou lorrain, on doit distinguer du Bassigny français, dont le chef-lieu était Chaumont, comprenait, au XVIe siècle, la double sénéchaussée de La Mothe et Bourmont, ressortissant à la Cour des Grands Jours de Saint-Mihiel, et, terres de mouvance, les prévôtés de Conflans, de Châtillon-sur-Saône, de La Marche, de Gondrecourt et de Saint-Thiébault. C'est pour celles-ci et le bailliage de Bar qu'en novembre 1555, lors de sa réformation des Coutumes de Sens, Charles III fut invité à se faire représenter à l'assemblée des trois ordres. Malgré l'opposition de son procureur, Philippe Merlin, qui déclara « n'entendre comparoitre pour le fait de la rédaction », on décida que le prince et ses sujets seraient régis par les articles à l'examen, sans préjudice, cependant, des Coutumes locales qui pourraient être proposées au cours de la session et que les commissaires vérifieraient. Mais Merlin se retira sans produire aucun cahier. On le condamna par défaut. Le Bassigny mouvant fut donc considéré comme soumis aux Coutumes générales de Sens, jusqu'au concordat conclu, le 25 janvier 1571, entre Charles IX et le duc. En conséquence de ce dernier arrangement, les États de Bassigny furent réunis, au mois d'août suivant, dans la ville de Bourmont, pour remanier des Coutumes désormais applicables sans conteste à la totalité du ressort. ».

[6] Voir Jean Coudert, Le duc Charles III et la réformation des coutumes du Bassigny lorrain (1571-1580), Annales de l’Est, n°1, 1991, Presses universitaires de Nancy.

[7] ADMM B 758 n° 37.

[8] Saisie.

[9] Voir le glossaire à la fin de l’article.

[10] Lettres d’homologation du « stile » par le duc Charles III le 5 août 1616 : « à cause de la diversité des sieges, il n’y avait aucun stile arresté, ainsi qu’il est de besoing, afin de relever les partie de frais, que souvent il convenait faire pour la verification d’iceluy, nous aurions des lors commandé que les praticiens fussent assemblés pour s’en accorder, et reduire en un cahier ».

[11] Une seule réédition fut réalisée, par l‘éditeur Thomas à Nancy, en 1761.

[12] ADMM Ms SAL 486/1 : « fondation de 20 messes…. le 7 mai pour Noble Mammès Collin décédé a tel jour en 1607 ». La lettre d’anoblissement de Jean Baptiste Collin en 1629 précise par ailleurs : « suite feu Mammès son pere appelé par feu notre très honoré seig(neu)r et aieul le duc Charles en la charge de conseiller en son conseil commis du procureur general et en la susdite de lieutenant général en lesquel autre service il aurait été employé a rédiger les coutumes générales du bailliage dont il se serait acquitté avec telle peine et succès que plusieurs savent les avantages qu’il s’en pouvait promettre et notamment de l’annoblissement de sa maison qui lui était assuré si son décès n’eut prévenu cette reconnaissance de feu SA…. ». voir aussi ADHM B Bourmont 89.

 

 

 

Télécharger les Coutumes : coustumes-generales-du-bai ... pdf



20 – Plan de l’atlas 100 de la Bibliothèque du Génie du SHD

Ce plan colorié représente le 3ème siège de La Mothe, avec les campements des différents régiments.

Tous droits de reproduction du SHD réservés.

 

Ces plans ont fait l’objet d’une étude et sont reproduits dans le n° 1 des Cahiers de La Mothe.

Des pistes pour vos recherches...

 La paroisse de La Mothe n’a conservé qu’un seul registre de baptêmes. Il couvre la période du 23 mars 1641 au 19 juillet 1645. Nous publions ci-après les baptêmes du 1er janvier au 22 mars 1641. Les recherches généalogiques ne peuvent donc être menées plus avant qu’en explorant les riches archives du Bassigny.

 

Cette étude n’a pas pour ambition de dresser les généalogies des familles de La Mothe. Elle se limite à proposer aux chercheurs des pistes de recherche.

 

 

Les sources et les instruments de recherche

 

1 - Le cadre juridique

 

Il est difficile d’approcher les documents anciens que constituent les successions, tutelles, curatelles, … sans connaître le cadre juridique dans lequel elles s’exerçaient. Le chercheur trouvera donc intérêt à consulter :

 

- La coutume du Bassigny

 

Rédigée en 1506 mais de manière insuffisamment précise, elle fut totalement réécrite en 1580 et imprimée en 1607. Nous en donnons la copie ci-après.

 

Sont particulièrement intéressants les titres :

V : de l’estat et conditions des personnes,

VI : des droicts appartenans à gens mariez, & autres communautez, & societez,

VII : des tutelles et curatelles,

XI : de retraict lignager,

XIII : des successions & testaments,

XIIII : des donations.

 

Orientation bibliographique :

 

CHARLES Jean. « Les coutumes du Bassigny ». Les Cahiers de La Mothe n° 2, 2010, pages 77-92. L’article  donne le texte intégral de la coutume de 1580.

PURNOT Paul. La tutelle, la garde noble et bourgeoise dans les coutumes de la Lorraine et du Barrois. Thèse pour le doctorat en droit, Imprimeries Réunies de Nancy, 1907, 201 pages.

 

 

- La charte d’affranchissement de La Mothe et la forfuyance

 

La charte d’affranchissement de La Mothe, donnée par le comte de Bar Thiébaut II en juillet 1258, précise que tout bourgeois de la ville peut librement aller s’installer ailleurs, mais, s’il n’a pas vendu ou donné ses biens immobiliers à un autre bourgeois dans le délai d’un an, ces biens sont confisqués au profit du Seigneur.

Il en est de même pour les héritages de biens situés à La Mothe. Seuls peuvent hériter les parents demeurant à la Mothe.

 

Orientation bibliographique :

 

GIRARDOT Alain. « La fondation d’une ville au XIIIe siècle : La Mothe en Bassigny » dans Les Cahiers haut-         marnais n° 191, 4e trimestre 1992, pp. 56-85.

SIMONNET Jules. Relation des sièges et du blocus de La Mothe (1634-1642-1645), Chaumont, Charles Cavaniol, 1861, 468 pages. Jules Simonnet, dans son introduction, cite cette charte en pages 9 et 10, puis la charte de confirmation, qui est beaucoup plus explicite, donnée par le duc Charles III le 9  avril 1576. Le droit de forfuyance est exposé pages 24 et 25.

 

 

2 - Le cadre institutionnel

 

L’essentiel des sources d’archives est à rechercher dans les registres du bailliage et de la sénéchaussée, et dans les délibérations de la communauté de la ville. Il est donc intéressant de connaitre les missions de ces différentes institutions et le personnel qui les sert.

 

- Le bailliage, son personnel, et les gens de justice

 

Le bailliage de Bassigny était une des trois subdivisions du comté, devenu ensuite duché de Bar. A sa tête, se trouvait le bailli, nommé par le comte, puis le duc, de qui il recevait directement ses ordres et dont il était le représentant. A ce titre, il avait la haute main sur la justice et la défense, qu’il déléguait à un capitaine. Son rôle judiciaire peut être comparé à celui dévolu de nos jours aux tribunaux de grande instance.

Il était notamment assisté d’un lieutenant, qui le remplaçait souvent dans les séances de justice, d’un procureur général au bailliage assisté d’un substitut, de plusieurs greffiers dont un en chef, et d’un gruier. Nombre d’avocats assuraient la défense des plaignants.

Parmi les attributions du bailli, c’est la fonction judiciaire qui nous intéresse plus particulièrement. Car outre les procès criminels et civils, il avait la haute main sur les tutelles, curatelles et successions, qui sont les meilleures alliées des généalogistes.

 

Sources : ADHM B Bourmont : l’ensemble des registres du bailliage.

 

- La sénéchaussée et son personnel

 

La sénéchaussée, subdivision du bailliage, est l’équivalent d’une prévôté. Le sénéchal y exerce notamment des fonctions judiciaires, mais aussi celle d’un percepteur et d’un comptable public.

Ses fonctions judiciaires peuvent être comparées à celles de nos anciens tribunaux d’instance. En sa qualité de percepteur, le sénéchal perçoit les redevances dues au comte, puis duc de Bar, ainsi que les amendes. Ses recettes et dépenses sont comptabilisées année après année dans des registres de comptes, qui sont vérifiés par la cour souveraine du Barrois siègeant à Saint-Mihiel, ce qui explique que ses registres soient aujourd’hui conservés à Bar-le-Duc.

Le sénéchal était assisté d’un ou de plusieurs lieutenants, de clercs-jurés, qui sont les secrétaires du sénéchal (ils sont à la fois greffiers lors des audiences de la sénéchaussée, rédacteurs du registre de comptes, certificateurs des actes notariés en imposant le sceau de la sénéchaussée, voire rédacteurs des actes, cette dernière fonction étant cependant peu à peu dévolue aux seuls tabellions-jurés), de sergents qui assurent également des fonctions d’huissiers lors des séances de justice.

En 1532, le bailli du Bassigny quitte Bourmont pour venir résider à La Mothe. Certaines fonctions, telles les greffiers et les sergents se rappriochent peu à peu, pour devenir communes au bailliage et à la sénéchaussée.

 

Sources : AD Meuse B 2321 à 2395. Certains registres sont « non communicables » en raison de leur mauvais état de conservation.

 

Orientation bibliographique :

 

VILLA-SÉBLINE Nicole. La sénéchaussée de La Mothe et Bourmont des origines à 1645. Langres, Dominique  GUENIOT, 2002, pages 107-124. La liste des sénéchaux est donnée pages 235-236, celle de leurs  lieutenants pages 236-237.

 

- Le gouvernement militaire et ses auxiliaires

 

A compter du XIVe siècle, époque de troubles, un capitaine est nommé par le bailli pour commander la place. Cette situation perdure jusqu’en 1598. Mais l’importance croissante prise par le capitaine a rendu incontournable la rivalité entre les deux hommes. Le capitaine Richard de Sérocourt est alors en conflit avec son cousin Daniel de Gournay, bailli du Bassigny. A la sortie de la messe, à Bourmont, il le provoque en duel sur le Côna. Blessé, Daniel de Gournay décédera peu après. Le duc de Lorraine en tirera les conséquences, et fusionnera les deux postes en un seul : le gouverneur de la place.

Le capitaine, puis le gouverneur, est assisté d’un lieutenant, d’enseignes, de sergents. Le château et ses prisons sont gardés par un « tourier ». A compter de 1587, un « concierge » a la haute main sur la direction et l’approvisionnement de l’arsenal.

 

Orientation bibliographique :

 

VILLA-SÉBLINE Nicole. La sénéchaussée de La Mothe et Bourmont des origines à 1645. Langres, Dominique    Gueniot, 2002, pages 133-140. La liste des capitaines, des gouverneurs et de leurs lieutenants est donnée pages 237-238.

 

- La « communauté » et ses représentants

 

La charte d’affranchissement de La Mothe, donnée par le comte de Bar Thiébaut II en juillet 1258, prévoyait l’élection à la Pentecôte pour une année, d’un maire, ou « mayeur », et de quatre échevins, pour représenter la communauté. Ils étaient élus par la communauté des habitants bénéficiant du droit de bourgeoisie. Le maire était assisté d’un lieutenant, de sergents, de deux syndics et d’un procureur de ville. Tous prêtent serment.

 

Sources : ADHM E dépôt 3054, chemise 25 : registre des délibérations de la communauté (1642-1645)

 

Orientation bibliographique :

 

VILLA-SÉBLINE Nicole. La sénéchaussée de La Mothe et Bourmont des origines à 1645. Langres, Dominique  GUENIOT, 2002, pages 125-131. La liste des maires de La Mothe est    donnée pages 238 à 241.

 

 

3 - Les sources d’archives

 

Les Archives intéressant La Mothe peuvent être essentiellement consultées dans les dépôts suivants :

 

  • Les Archives Départementales de Haute-Marne (ADHM) à Chaumont
  • Les Archives Départementales de Meurthe-et-Moselle (ADMM) à Nancy
  • Les Archives Départementales de la Meuse (ADM) à Bar-le-Duc
  • Les Archives Départementales de la Moselle (ADMo) à Metz
  • Les Archives Départementales des Vosges (ADV) à Epinal
  • Les Archives Nationales (AN) à Paris
  • Les Archives du Ministère des Affaires étrangères (MAE) à La Courneuve
  • La Bibliothèque nationale  de France (BnF) à Paris
  • Le Service Historique de la Défense (SHD) à Vincennes
  • Les bibliothèques municipales de Nancy et Epinal, et la bibliothèque diocésaine de Langres

  

Orientation bibliographique :

 

  • Les guides publiés par les divers dépôts d’archives

  • Les inventaires sommaires des Archives départementales

 

 

4 - Les sources imprimées et numériques

 

    • Les généalogies imprimées

 

Certaines familles ont fait l’objet de généalogies imprimées. Elles sont listées ci-après.

 

    • Les tableaux généalogiques

 

Certaines familles ont fait l’objet de tableaux d’ascendance ou de descendance. Elles sont listées ci-après.

 

    • Les revues des cercles généalogiques

 

Le chercheur consultera les bases généalogiques, se tournera tout naturellement vers les cercles généalogiques lorrains (UCGL) et haut-marnais (CG 52), leurs riches bibliothèques et leurs revues trimestrielles Généalogie lorraine et Racines Haut-marnaises.

 

    • Les publications des Sociétés savantes

 

Les Bulletins, les Mémoires et le Journal de la Société d’Archéologie lorraine ont publié, entre 1849 et 1930, nombre d’études sur les familles de La Mothe et du Bassigny.


Deux tables collationnent ces publications :

 

    • Table alphabétique générale des publications de la Société d’Archéologie lorraine (1849-1900), rédigée par Charles Sadoul, Nancy, 1903,

 

    • Table alphabétique générale des publications de la Société d’Archéologie lorraine (1901-1930), rédigée par Charles Sadoul et Pierre Marot, Nancy, 1934.

 

    • Les autres publications

 

D'autres revues héraldiques ou généalogiques ont consacré des articles ou mentions relatives à des familles de La Mothe. Il n'esy=t pas possible de les citer toutes ici.

 

    • Les bases généalogiques

L'entraide généalogique et les bases des sites tels Geneanet ou Notre famille sont enfin d'excellents moyens de progresser dans sagénéalogie.

 

Article 1 :

 

Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi  du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901 ayant pour titre "Association pour la Mothe".

 

Article 2 :

 

Cette association a pour objet la mise en valeur et la sauvegarde des monuments et ruines existants sur le site de la Mothe et alentours.

 

Article 3 :

 

Le siège social est fixé en mairie de Bourmont. II pourra être transféré par simple décision du Conseil d'Administration : le changement sera ratifié par Assemblée Générale Extraordinaire. 

 

Article 4 :

 

L'association se compose de :

 

      • Collectivités territoriales,
      • Membres d'honneur,
      • Membres individuels actifs. 

 

Article 5 : admissions

 

Pour faire partie de l'association, il faut être agréé par le Bureau qui statue, lors de chacune des réunions, sur les demandes d'admission présentées.

 

Article 6 : Les membres

 

Sont membres les collectivités territoriales qui versent leur cotisation annuelle:

    •  Le nombre de voix qui est attribué aux communes ou aux autres associations  est égal au montant de leur cotisation exprimée en Euros divisée par tranche de 20 Euros et arrondi au plus proche.
    • Le nombre de voix des communautés de communes est régi par la même règle, mais chaque Maire ou mandaté présent à l'assemblée sera détenteur d'une voix, le reste des voix de la collectivité étant détenue par son représentant.

Sont membres d'honneur, ceux qui ont rendu des services signalés à l'association : ils sont dispensés de cotisation.

 Sont membres individuels actifs, ceux qui ont pris l'engagement de verser annuellement une somme de 20 Euros. Pour les jeunes et étudiants, cette somme est ramenée à un Euro.

 

Article 7 : Radiations

 

La qualité de membre se perd :

    • Par démission,

    • Par décès,

    • Par radiation prononcée par le Conseil d'Administration pour non-paiement de la cotisation ou pour motif grave, l'intéressé ayant été invité par lettre recommandée à se présenter devant le bureau pour explications.
  •  

Article 8 : Les ressources de l'association comprennent:

 

  • Le montant des droits d'entrée et des cotisations,
     
  • Les subventions des collectivités, de l'Etat, de l'Europe, des particuliers, des dons et legs,
     
  •  Autres ressources (produits de manifestation, etc ...).

 

Article 9 : Conseil d'Administration

 

L'association est dirigée par un Conseil d'Administration d'un maximum de 15 membres élus pour deux années par l'Assemblée Générale Ordinaire. Les membres  sont rééligibles.

Le Conseil d'Administration choisit parmi ses membres, au bulletin secret, un bureau composé de :

  • Un président,

  • Trois vice-présidents,

  • Un trésorier,

  • Un trésorier-adjoint,

  • Un secrétaire,

  • Un secrétaire-adjoint,

le Conseil étant renouvelé tous les deux ans, par 1/3 .Les membres sortants sont désignés par le sort au premier et au second renouvellement. En cas de vacance, le Conseil pourvoit provisoirement au remplacement de ses membres. Il est procédé à leur remplacement définitif par la prochaine Assemblée Générale Ordinaire. Les pouvoirs des membres ainsi élus prennent fin à l'époque oùdevrait normalement expirer le mandat des membres remplacés.

 

Article 10 : Réunion du Conseil d'Administration

 

Le Conseil d'Administration se réunit une fois au moins tous les six mois sur convocation du Président ou sur demande du quart de ses membres.

Les décisions sont prises à la majorité des voix : en cas de partage, la voix du président est prépondérante.

Tout membre du Conseil qui, sans excuses, n'aura pas assisté à trois réunions  consécutives, pourra être considéré comme démissionnaire.

Nul ne peut faire partie du Conseil d'Administration s'il n'est pas majeur.

 

Article 11 : Assemblée générale ordinaire

 

L'Assemblée Générale Ordinaire comprend tous les membres de l'association à quelque titre qu'ils soient affiliés. L'Assemblée Générale Ordinaire se réunit chaque année.

Quinze jours au moins avant la date fixée, les membres de l'association sont convoqués par les soins du secrétaire. L'ordre du jour est indiqué sur les convocations.

Toute requête présentée par au moins dix pour cent des membres de l'association devra, sur demande auprès du président, être inscrite à l'ordre du jour.

Le président, assisté des membres du bureau, préside l'Assemblée et expose la situation morale de l'association.

Le trésorier rend compte de sa gestion et soumet le bilan à l'approbation de l’assemblée.

Il est procédé, après épuisement de l'ordre du jour, au remplacement, au scrutin à bulletin secret, des membres du Conseil.

Ne devront être traitées lors de l'Assemblée Générale Ordinaire, que les questions  soumises à l'ordre du jour et dont la compétence ne relève pas d'une Assemblée Générale Extraordinaire.

Pour siéger valablement, le quorum requis en première convocation est fixé à la moitié des membres de l'association : les décisions étant prises à la majorité des membres présents.

A défaut de réunir le quorum de la moitié des membres, il est procédé, dans l'heure qui suit, à une deuxième réunion portant sur le même ordre du jour (la deuxième convocation étant jointe à la convocation initiale), l'Assemblée délibérant valablement à la majorité des membres présents, quelque soit leur nombre.

 

Article 12 : Assemblée Générale Extraordinaire 

 

Si besoin est, ou sur demande de la moitié plus un des membres inscrits, le président peut convoquer une Assemblée Générale Extraordinaire, suivant les modalités prévues par l'article 11, et qui a seule pouvoir de modifier la teneur des statuts et éventuellement de procéder à la dissolution de l'association. Pour siéger valablement, le quorum requis en première convocation est fixé aux deux-tiers des membres inscrits, les décisions étant prises à la majorité absolue des membres présents. A défaut de réunir le quorum des deux-tiers, il est procédé, dans les quinze jours suivants, à une deuxième convocation portant sur le même ordre du jour : l'assemblée délibérant valablement à la majorité absolue des membres présents, quelque soit leur nombre.

 

Article 13: Règlement intérieur

 

Un règlement intérieur peut être établi par le Conseil d'Administration qui le fait approuver par l'Assemblée Générale Ordinaire.

Ce règlement éventuel est destiné à fixer les divers points non prévus par les statuts, notamment ceux qui ont trait à l'administration interne de l'association.

 

Article 14: Dissolution

 

En cas de dissolution prononcée par les deux-tiers au moins des membres présents, réunis en Assemblée Générale Extraordinaire, un ou plusieurs liquidateurs sont nommés par celle-ci et l'actif de l'association est dévolu conformément aux  dispositions de l'article 9 de la loi du 1er juillet 1901 et du décret du 16 août 1901.

 

Fait en autant d'exemplaires que de parties intéressées.

 

A Soulaucourt le 23 avril 2005

 

 

Téléchargez les statuts : statuts-de-l-apm_41.pdf



Les statuts de l'APM

Depuis le 3 mars 2018, le Conseil d’Administration de l’Association pour La Mothe est composé de :

 

Président :                 François DEPINAL

 

1er Vice-Président :  Jean-Marie SALZARD

 

2e Vice-Président :    André DEGUIS

 

Trésorier :                  Pierre AMOURIQ

 

Secrétaire :                Jean CHARLES

 

Secrétaire-adjoint :    Geneviève TRUONG

 

Membres :                    

   Robert CHEVALLIER

   Fabrice FONTAINE

   Micheline LAURENT

   Marcel PETIT

   François QUENTIN

Liste des familles de la Mothe

 

Le présent fichier a été composé à partir du registre des baptêmes de La Mothe, du catalogue des confrères et consoeurs de l’immaculée Conception et des listes de bourgeois mentionnés dans les délibérations de la communauté. Les familles bourgeoises sont mentionnées en caractères gras.


A

AYMONT (AULMONT)

ANDRÉ

AU(L)BRY

AU(L)DRY ?

APVRILLOT

AUBERTIN

ALIX

ARY

ANT(H)OINE

 

B

BAILLY

BARRET

BAILLIET

BANSFROY

BARBIER

BARLO

BARRET

BASSET

BAZARD

BAZIN (BASIN)

B(E)AUDOUIN

B(E)AULIEU

BEDENY

BEGIN

BELOT

BERGET

BERNARD

BESANCON

BEURTIN

BICHET

BIDAULT

BOIRIN

BONHOMME

BOUGELOT

BOULANG(I)ER

BOURGUIGNON

BOUR(R)ELIER

BLANCHARD

BRACHET

BRANVIER

BRENEL

BRETON

BRIARD

BRI(C)QUOTTE

BRIOT

BROCHAR(D)

 

C

CABLAN

CACHET

CAILLET

CALBAT (CALBOY)

CAL(L)OT

CARTELET

CHAMONT

CHAMPAIGNE

CHAPU

CHAR(R)EY

CHARLE(S)

CHASNOYE

CHASTROU(X) (CHANTROU)

CHEVILLON

CHOEL(LE), CHOUEL

CLAIR

CLAUDE

CLAUDY

CLAUSSE

CLEMONT

CO(C)QUOTTE

COILLEZ

CO(L)LAS

COLLAY

COLLIGNON

COLLIN (COLIN)

CORDIER

COURBOIN

COURTOIS

CREC

CROISETTE (CROISOTTE)

COLLENEL

COLLIN (COLIN)

COMTE (CONTE)

C(H)RETIEN

CUNY

 

D

DARDENNE (DARDENE)

DARGENT

DAUDENET

DAU(L)V(O)IN

DAUMAL(LE) (DOMAL)

 

DE BELLEAU

DE BELLEV(E)AUX)

DEGOY (DE GOYT) Voir DUGOY

DELACOUR ?

DE LAVAL

DE LA PAIX

DE LORME

DEMONGEOT

DES NOYERS (NOIERS)

DESPINAL?

DIDELOT

DIDIER

DILLOUD

DORLIN

DOYE

DRIAN

DROUOT

DUBOIS (DUBOYS)

DU CHE(S)NE

DU FEBVRE

DUGOY (DUGOIS) Voir DEGOY

DUPONSTEL

DUPRE(Y) (DUPRÉS)

DURU (DURUP, DURUT)

DURANT (DURENT)

 

E

EDME

 

F

(DE LA) FONTAINE

FACQUON

FAUBERT

FAYET

FEBVRE

FERON

FERRY

FLAGEOLLET

FOUREL

FOURNIER

FRITENE

FROMONT

 

G

GABEL

GAILLOT

GALETEY(GALTIER)

GAND

GARIL(L)ON (GARILLET ?)

GARDE(T)

GARNIER

GAUDÉ (GAUDET)

GAULARD

GAULON

GAUTEROT

GAU(L)TIER Voir GALTIER

GAYOT(E)

GÉNIN

GEORGE

GÉRARD

GILLET (GILLOT, GILOT)

GIMA ? – voir SIMA

GIRARD

GODET

GONCOURT

GOUJON

GOYER

GRANDCLERC

GRANGET

GRANDJEHAN

GRAVIER

GRETOT

GROSJEAN

GUENON (GEUGNON)

GUERRE

GUICHARD

GUILLOT (GUIOT, GUYOT)

GUINOT

GUYON

 

H

HABER

HÉMONNOT

HENRIOT ?

HÉRAUDEL

HERBEL

HUGON

HUGUÉ (HUGUET)

HUMBERT

HUMBLOT (HUMBELOT)

HUSSON

HUTINET

HUYN

 

J

JACQUES

JACQUIN

JACQUOT

JANNOT (JANOT)

JOLY

JOLYJEHAN (JOLYJEAN)

JOSEPH

JUBLIN (JULBIN)

JUL(L)IEN

JUSSENOT

 

L

LABARRE (LA BARRE)

LACOURRIERE

LADMIRAL

LADURE

LALLEMENT

LALLOUETTE

LAMOTHE

LAMOUREUX

de LANDRIAN

LAPORTE

LAROCHE

LAURENC(I)EAU

LAURENT

de LAVAULX

LEFIFRE

LE MONTEUX

LE RUT

LESNEL

de LESPINE

LESOYEUR

LIEGEOIS

(de) LOCHON (LONCHON)

LOFF(R)ART (LOFFRA, LOFRAY)

LONGNON ?

LOYS

LUNDY

 

M

MAGNIEN

MAITRY

MALZIEUX

MANOT

MARCHAL(LLE) (MARESCHAL)

MARC (MARCE)

MARCHAND

MARGOT(T)IN

MARSAL

MARTIN

MASSON

MATHIEU

MATRO (MATROT, MAISTROT)

MATTIOT

MAULBON

MAULD’HUY (MALDUY)

MAY

MAZELIN

MENGIN

MERCIER

MEXENT

MICHAUD

MICHE (MICH)

MICHEL (MICHIEL)

MIDOUX

MILLOT

MINARD

MINEL (MINET)

MIRBEL (MIRBEZ)

de MIRY

MOREL(LE)

MORIZOT

MOUGEOT

MOUGIN

MOUROT

MO(U)RQUIN

MO(U)ZON

de MUSSEY

 

 

N

NOEL

NO(T)TASAGNE ?

 

O

OUDIN

OZIAS

 

P

PAPIGNY

PARADIS

PARISOT

PASQUIER

PEL(LE)TIER (PELETIER)

PELLIN

PERNET (PERNOT)

PERRIN

PÉTELOT

PETIT

PETITJEAN

PHILIBERT

PIC(C)ARD

PIERQUIN

PIERRE

PIERROT

PION

PIRO

PLUMERET (PLUMEREL)

POIRSON (PIERSON, POIRESSON)

POTIER

POULAIN

PRENET

PRÉVOST

PRIEUR

PROCUREUR

 

Q

QUENAUT

QUILLY ?

 

R

RACINOTTE (RASSINOTTE)

RADIER

RAGONDE

RANETTE

RAOUL ?

RAUSIGNOLLE

RÉGNAULD (RÉGNAULX)

RÉGNAULT

RÉGNIER (RENIER)

RENAUD (RENAULT)

RICHARD

RINSON

ROBERT

ROBINET

ROL(L)ET (ROLLOT)

ROLLIN

de RONCOURT

ROUGEUX

ROUSSELOT

RO(U)YER

 

S

de SANDAUCOURT

SAR(R)AZIN (de S. DE GERMANVILLIERS )

SÉBILLOTTE

SÉNAULT

SIMA ? – voir GIMA

SOM(M)IER

SONRIER

 

T

T(H)ABOURET

TASSART

THIEBAULT

THIERRY (TIERIE)

THOMAS

THOROT

T(H)OUVENEL (THÉVENEL)

THOUVENIN (THÉVENIN)

TICHANT (TICHAN)

TISSERAND

TOUREILLE

TUPAIN

 

U

URGUET(TE), HURGUET

 

V

VADIER

VAILLANT

VERNERAUX

VERNISSON

VERRET

VIARD

VIGNERON

VILLOTTE

VINCENT

VINSAU

VOGIN

VOILLEQUIN (VOU(I)LLEQUIN)

VOUILLEMOT

VOUILLEMY

VOIRIN (VOYRIN

 

 

(à complèter)

Les recherches historiques

Participez à la découverte de l'histoire de La Mothe.

Faites-nous part de l'objet de vos recherches. Nous vous guiderons éventuellement au travers des sources d'archives.

Et publiez le résultat de votre quête dans Les Cahiers de La Mothe.

 

 

Les publications relatant l'histoire de LA MOTHE sont nombreuses, mais d'inégale valeur. Nombre d'auteurs se sont limités à des compilations ou synthèses, sans apport historique ou archéologique nouveau. Les ouvrages de référence sont proposés en caractères gras.

 

 CAGNAT Amédée – « Le premier siège de La Mothe (1634) » in Mémoires de la Société d’Archéologie Lorraine, 1914-1919, pp. 5-120.

 

Catalogue de l’exposition organisée à l’occasion du 350ème anniversaire de la destruction de LA MOTHE par les ADHM, les ADV, le musée de CHAUMONT et le musée historique lorrain de NANCY (ouvrage collectif).

 

CHAPELLIER Jean-Charles, archiviste : – « Les défenseurs de La Mothe – Notices historiques et biographiques » in Annales de la Société d’Emulation des Vosges, XI, 1862 et Auguste AUBRY, PARIS, 1863.

 

CHARLES Jean - voir « Itinéraire du patrimoine » : La Mothe-en-Bassigny, place forte de la Lorraine face à la France ».

 

« Coutumes générales du Bailliage de Bassigny redigées par les trois estats d’iceluy convoquez a cet effet par ordonnance de Sérenissime Prince Charles… et homologuées par S.A. au mois de novembre 1580 », imp. in 8° (ADM 4395).

 

CUNY Jean-Marie – « La reddition de La Mothe » in La Revue Populaire Lorraine,  n°102, NANCY, 1991.

 

Découverte de la HAUTE-MARNE : « La Mothe » guide historique et touristique, 16 pages, éd. Dominique GUENIOT, LANGRES, 1990 ?

 

DIDRIT (abbé) – « Les épines de la Sainte Couronne apportées en Lorraine », 1896.

 

DU BOYS DE RIOCOUR Nicolas – « Histoire de la ville et des deux sièges de La Mothe (1634 et 1645) » NEUFCHATEAU, Victor DE MONGEOT, et BOURMONT, DE MONGEOT jeune, 1841 ?

 

DU BOYS DE RIOCOUR Nicolas – « Relation des sièges et du blocus de La Mothe (1634-1642-1645), suivie des relations officielles des trois sièges publiées dans le Mercure et la Gazette de France, augmentée d’une introduction à l’histoire de La Mothe et de nombreux document inédits » par J. SIMONNETCharles CAVANIOL, CHAUMONT, 1861 ?

 

Manuscrit anonyme relatant les trois sièges d’après DU BOYS DE RIOCOUR, XVIIIème siècle, B.M. EPINAL ms 190.

 

EYDOUX Henri-Paul – « Cités mortes et lieux maudits de France » Librairie Académique PERRIN, PARIS, 1969 (3ème édition).

 

FONTENEAU Claude – « Xème-XVIIème  LA MOTTE – son histoire, ses fouilles » Brochure ronéotypée, 13 p., 1970 (1ère éd.), St-LOUIS-LES-BITCHE, 25 p.,1972 (2ème éd.).

 

GAUTHIER R. – « La Mothe et ses ruines » BRUILLARD, SAINT-DIZIER, 1922.

 

GERMAIN Léon:  « M. Jules Marchal, nécrologie », in Journal de la Société d’Archéologie Lorraine, janvier 1896, pp 22-24.

 

GIRARDOT Alain – « La fondation d’une ville au XIIIe siècle : La Mothe en Bassigny » in Cahiers haut-marnais n° 191, 4e trimestre 1992, pp. 56-85.

 

GOUTHIERE René – « La Mothe et ses ruines » in Mémoires de la Société des Lettres de Saint-Dizier, 3e éd, SAINT-DIZIER, 1924 (2ème éd. 1922).

 

GUYOT Charles – « Une excursion à La Mothe », in Journal de la Société d’Archéologie Lorraine,  mai 1894.

 

HERAUDEL Jean, conseiller d’Etat : « Elégie sur les malheurs de La Mothe » en latin et en français, typographie Prosper TRENEL, SAINT-NICOLAS-DE-PORT, 1839, ou CAYON-LIEBAUT, NANCY, 1863 (d’après l’exemplaire de l’édition originale donné par Heraudel à la maison de Landrian).

 

Itinéraire du patrimoine – « La Mothe-en-Bassigny  place forte de la Lorraine face à la France »,  texte de Jean CHARLES, édité par la Direction Régionale des Affaires Culturelles de Champagne-Ardennes chez Dominique Guéniot à LANGRES, 2002.

 

JACQUOT André – « La Mothe, ville forte du duché de Lorraine » Imprimerie de l’Est, CHAUMONT, 1928.

 

JOLY Louis - « Rivalités entre la ville de Bourmont et Outremécourt », 1981.

 

JOLY Louis - « Le chapitre de La Mothe », chez l’auteur à BOURMONT, 1985.

 

JOLY Louis - « La Mothe: de ses origines à nos jours » Société Historique & Archéologique de LA MOTHE, 1985.

 

KLEIN (Sœur Marie-Agnès) – « La Congrégation de Notre-Dame à La Mothe » in Le Pays Lorrain, 1985, pp. 231-235.

 

LA FORCE (maréchal de) – « Mémoires », publiées par le marquis de La Grange, suivies d’une série de lettres et documents.

 

LAROSE (Alfred - capitaine) – « La Mothe et son registre paroissial » Imprimerie de l’Express de l’Est,  EPINAL, 1928.

 

LALEVEE Victor – « La Mothe,  ville martyre » chez l’auteur.

 

LAPORTE Gilles – « Les dernières violettes de La Mothe » éditions ESKA, PARIS, 1997 (roman historique).

 

LE GUILLOIS – « Le chêne des partisans – Episodes de la conquête de la Lorraine par la France – Les deux sièges de La Mothe » Imprimerie et Librairie de KIENNé, NEUFCHATEAU, 1886 (roman historique).

 

LEPAGE Henri – « Inventaire des titres enlevés de la Mothe » in Recueil de documents sur l’histoire de Lorraine, tome III, NANCY, Société d’Archéologie Lorraine, 1857.

 

LIEBAUT (abbé, curé d’OUTREMECOURT) – « Outremécourt ou l’héritage de La Mothe. Simple notice », FIRMIN-DANGIEN, LANGRES, 1883.

 

LIEBAUT (abbé Achille Pierre) – « La Mothe, Ses sièges, sa destruction » NANCY, 1896 (1ère éd.), A. CREPIN-LEBLOND, éditeur, 21 rue St-Dizier, NANCY (2ème éd.) 1904.

 

LIEBAUT A. – « Origine en Lorraine des épines de la sainte couronne de Notre Seigneur », 1898.

 

LIEBAUT (abbé) – « Fortifications de la Mothe – Fouilles » in Bulletin de la Société Historique et Archéologique de Langres, 1911, p. 8.

 

LIEBAUT A. – « Les notables, habitants et défenseurs de La Mothe » CREPIN-LEBLOND, NANCY, 1912.

 

MACHERET Clément – « Mémoires de ce qui s’est passé de mémorable au pays langrois dès 1628 jusqu’en 1658 » manuscrit ( Bibliothèque de la Société Historique et Archéologique de Langres, LANGRES) et publié avec notice par le Docteur F. BONGARD,  Jules DALLET, LANGRES, 1880.

 

MALTHUS François – « Pratique de la guerre », 1ère édition : 1646, I. GUILLEMOT, PARIS, in 4°, 288 pages,. 2ème édition : 1650, Gervais CLOUSIER, PARIS, in 4°, 288 pages, 3ème édition : 1668, Gervais CLOUSIER, PARIS, in 12°, 251 pages, 4ème édition : 1672, Gervais CLOUSIER, PARIS, in 12°, 251 pages, 5ème édition : 1681, chez la veuve CLOUSIER, PARIS, in 12°, 251 pages.

 

MARCHAL Jules – « Etat-civil de La Mothe » in Bulletin de la Société Historique et Archéologique de Langres, t II (1880-1886), pp. 139-145.

 

MARCHAL Jules – « Description de la ville et forteresse de La Mothe : 1634, 1745, 1884 » in Revue de Champagne et de Brie, 1885-1886, tome XX, pp. 124-136, tome XXI, pp. 418-433, tome XXI, pp. 26-31.

 

MARCHAL Jules – « Un monument gaulois à La Mothe », in Bulletin de la Société Historique et Archéologique de Langres, 1889.

 

MARCHAL Jules – « Souvenirs du Bassigny  - Fragments détachés de l’histoire de La Mothe » RALLET-BIDEAUD, LANGRES, 1889.

 

MARCHAL Jules – « Souvenirs du Bassigny. Quelques monuments funéraires de l’église de La Mothe » in Bulletin de la Société Historique et Archéologique de Langres, 1892.

 

MARCHAL Jules – « La dernière délibération de la communauté de La Mothe » in Mémoires de la Société d’Archéologie Lorraine, tome XLIV1894, pp. 175-210.

 

MARCHAL Jules – « Notes manuscrites sur Bourmont ». Six tomes de notes manuscrites, conservées aux ADHM sous MF 414 I à VI. Ces recueils contiennent les notes de lecture de Jules MARCHAL sur l’ensemble des archives des bailliage et sénéchaussée de LA MOTHE et BOURMONT conservées aux ADHM en série B BOURMONT.

 

MAROT Alcide – « Histoire et description de la ville de La Mothe » Vers 1921, manuscrit. (AD VOSGES, ms. 108).

 

MAROT Alcide – « Essai d’histoire du territoire et des villages du canton de Bourmont » NEUFCHATEAU, 1925.

 

MAROT Alcide – « Le chasseur de La Mothe » Imprimerie coopérative Saint-Michel, EPINAL, 1927 (roman historique).

 

MAROT Pierre – « Les promenades de Maurice Barrès en Bassigny, à propos de sa correspondance avec Alcide Marot »  in Le Pays Lorrain, n° 3, 1973, pp.123-144.

 

MAROT Pierre – « Le monument de La Mothe. Souvenir offert aux souscripteurs » NANCY, 1897.

 

METZ-NOBLAT (de) – « La Mothe » in Bulletin de la section vosgienne du Club Alpin Français, BERGER-LEVRAULT, NANCY, avril 1894.

 

METZ-NOBLAT (de) – « Une forteresse lorraine : La Mothe », J. DUMOULIN,  PARIS, 1910.

 

PALQUOIS (curé d’OUTREMECOURT) – « Récit des sièges de La Mothe », Cahier ms., 1739, ADMM ms Société d’Archéologie Lorraine n° 332.

 

PALQUOIS Charles-Joseph ? – « Relation des trois sièges de la ville et forteresse de La Mothe, ez années 1634, 1643 et 1645, par un officier de la garnison de cette Place » in La Chronique de Champagne,  REIMS, 1837, t. II, pp. 173-190 et 237-245.

 

PALQUOIS Charles-Joseph ? – « Histoire de la fondation et des trois sièges de La Mothe (1634, 1643 et 1645), par un officier supérieur qui avait assisté aux trois sièges, avec un beau plan de la ville et forteresse de La Mothe »  SOULAUCOURT, Jean-Baptiste NIVERT, 1841.

 

SALMON (abbé Jean) – « La Mothe, dernier bastion de Lorraine » Dominique GUENIOT, LANGRES, 1988.

 

SCHMITT J. – « Catalogue descriptif des estampes relatives à la guerre de trente ans en Lorraine » in Mémoires de la Société d’Archéologie Lorraine, 1868.

 

SCHMITT J : diverses plaquettes publiées à PARIS pendant le siège de 1634, réunies par J.SCHMITT et publiées par la Société d’Archéologie Lorraine in « Recueil de documents sur l’histoire de Lorraine », NANCY, tomes XI à XIII, 1866 à 1868. Elles reprennent, plus ou moins fidèlement, des articles publiés dans le MERCURE FRANÇAIS et la GAZETTE DE FRANCE.

 

« L’ordre du siège et investiture de l’importante Place et Chasteau de la Motte, en Lorraine, Par l’Armée du Roy, Commandée par Monsieur le Maréchal de La  Force » 15 pages, 16,8 x 10,5 cm, PARIS, 2 mars 1634.

 

« Les grandes divisions et meurtres arrivez entre les habitans et la garnison de la ville et chasteau de La Motte le samedy 29 avril 1634 », 15 pages, env.16,8 x 10,5 cm, PARIS, 1634. (la population refuse de livrer des provisions à la garnison et se révolte. Aucun nom cité).

 

« Les grandes et furieuses batteries contre la ville de la Motte… » et « Les grandes ruynes et brulement de la plus grande partie de la ville et du chasteau de la Motte, par la foudroyante tempeste des canons et feux d’artifice de l’armée du Roy, avec la dernière sommation fondé par Mr le Mareschal de la Force général de l’armée de sa Majesté » 13 pages, env.16,8 x 10,5 cm, Paris, 1634.

 

«  Lettre du gouverneur de la ville de la Motte à Mr le duc de Lorraine et l’estat d’oppression du siège de la ditte ville par l’armée du Roy soubs la conduite de Mr le Marechal de la Force écrite le 21 juin 1634 » 13 pages, env.16,8 x 10,5 cm, PARIS, 1634.

 

« La grande désolation des habitans de la ville de La Motte pour les grandes ruines meurtres et brullements arrivez en la dite ville le lundy 24 juillet 1634 »  16 pages, env.16,8 x 10,5 cm, PARIS, 1634.

 

« La prise et reduction de la ville de la Motte en l’obéissance du roy par l’armée de sa majesté, sous la conduite de Mr le Maréchal de la Force avec la déclaration des habitans de ladite ville le vendredy 28 juillet 1634 » 14 pages, env.16,8 x 10,5 cm, PARIS, 1634.

 

« Articles accordez par Mr le Marechal de la Force general de l’armée du Roy pour la réduction de la ville de La Motte en l’obéissance de sa Majesté, avec Messieurs Destrainville de Saint Ouyn et de Pueney, députés de ladite ville fait au camp devant la Motte le 26 juillet 1634 » 8 pages, env.16,8 x 10,5 cm, PARIS, 1634.

 

SIMONNET J. -– « Relation des sièges et du blocus de La Mothe (1634-1642-1645), suivie des relations officielles des trois sièges publiées dans le Mercure et la Gazette de France, augmentée d’une introduction à l’histoire de La Mothe et de nombreux document inédits » de Nicolas DU BOYS DE RIOCOUR, Charles CAVANIOL, CHAUMONT, 1861.

 

SIMONIN Pierre – « L’église d’Outremécourt et son épigraphie » in Le Pays Lorrain, 1985, pp. 202-224.

 

SIMONIN Pierre – « Un petit monument provenant de La Mothe dans l’église Saint-Rémy de Nijon » in Cahiers haut-marnais n° 200-201, 1-2° trimestres 1995, pp. 23-32.

 

VILLA-SEBLINE Nicole – « La sénéchaussée de La Mothe et Bourmont de 1301 à 1538 » in Cahiers haut-marnais n° 191, 4° trimestre 1992, pp. 86-96.

 

VILLA-SEBLINE Nicole –  « La sénéchaussée de La Mothe et Bourmont des origines à 1645 », Dominique Guéniot à LANGRES, 2002, 269 pages.

 

VOIRIN (abbé Constantin) – « Le chapitre de La Mothe-Bourmont » Fin XIXème siècle, ms. (Bibliothèque diocésaine de LANGRES, 11 Z 73).

 

 

Jean CHARLES

 

Téléchargez la bibliographie : bibliographie-de-la-mothe_ ... pdf

 



   

AYMÉ (François AYMÉ x Anne TRANCHOT) : ~1615 - 1890

 

BONHOMME (Claude BONHOMME x Marie Anne VOILLEMONT) : ~1600 - 1867

 

COLLIN (Pierre « l'ancien ») : ~1490 - 1795

             (à Aingeville : J. Baptiste COLLIN x Marie PETELOT) : ~1627 - 1890

             (à Gendreville : François COLLIN  x Didière PIERROT) : ~1625 - 1879

 

DAU(L)VIN/DAUVOIN (Jean DAU(L)VIN) : ~1480 - 1890

 

DEGOY (Michel DEGOY  x Jeanne ROUGEUX) : ~1610 - 1797

 

DEVILLARD (Jean Joseph DEVILLARD x Claire BONHOMME) : 1797 - 1890

 

Du BOYS de RIAUCOURT (Régnier Du BOYS  x Gertrude DEBESCOT) : 1313 - 1890

 

FROMENT (Marc FROMENT dit « La Caze » x Nicolle MARESCHAL) : ~1600 -1761

           

HERAUDEL (Jean HERAUDEL x Jeanne MERCIER) : ~1500 - 1682

 

LAMY (Antoine LAMY x Claire CHAUMON) : 1670 - 1890

 

DELAPAIX (Jean DELAPAIX x Jeanne PULTIER) : ~1600 < 1890

 

De LAVAULX (Husson de LA VAULX) : 1368 - 1890

(Claude Louis de la VAULX) : 1640 - 1890

(Erard III de la VAULX) : 1622 - 1890

 

De L'ISLE (Jean de L'ISLE  x Bénigne HEYMARD) : 1495 < 1827

 

De LANDRIAN (Jean de LANDRIAN x J. Françoise d'URVILLE) : ~1515 - 1890

 

MAROT (Hilaire MAROT x Anne DIE) : ~1630 - 1890

 

MOLARD (Perin MOLARD, meunier La Mothe X Eugénie) : 1550 - 1798

            (Pierre MOLARD x Barbe DUMONT) : ~1670 - 1890

 

PETELOT (Pierre dit « la Perle » PETELOT x Nicolle TICHANT) : 1610 - 1890

 

PIERROT (Joseph PIERROT x Barbe GUILLERI) : ~1654 - 1890

 

PLUMERET(L) : 1440 - 1655

 

QUENTIN (Claude QUENTIN x Françoise GARNIER) : 1625 - 1854

 

De RONCOURT (Etienne Menu de RONCOURT  

          x CatherineTHOUVENEL) : 1550 - 1768

 

De SARRAZIN de GERMAINVILLERS : ~1580 - 1795

 

THOUVENEL (JeanTHOUVENEL (boucher à La Mothe) : 1480 - 1890

 

Les personnes intéressées par l'un de ces tableaux peuvent les commander par l'intermédiaire du forum (inscription gratuite) en précisant s'ils disposent d"une logiciel de généalogie et lequel.

Pour un envoi "papier", un devis de photocopies vous sera préalablement adressé en fonction de l'importance du fichier. 

Les lieux de refuge des mothois en 1645

  

Après la destruction de la ville en 1645, les bourgeois de La Mothe eurent le triste privilège d’hériter de l’actif et du passif de la Communauté. L’actif se réduisait à eu de choses : quelques dettes et arriérés d’impôts, sur des débiteurs parfois décédés ou insolvables. Les créanciers de la communauté recherchèrent par contre les bourgeois, qui offraient l’avantage d’être solidaires entre eux des dettes de la communauté.

Ces assignations nous permettent de connaitre les nouveaux lieux de résidence des bourgeois.

 

Noms et prénoms                   Résidence en avril 1646

 

PETELOT Pierre                                 Aingeville

 

GARNIER Antoine                              Bourmont

REGNAULD Philippe, avocat

 

DAULVIN Claude                                Bulgnéville

DEGOY Antoine 

GUENON Nicolas

LHOSTE Jean

PICARD Nicolas

POIRESSON Claude

ROLLET Guillaume

URGUETTE Nicolas

TASSART Claude

THOUVENEL Simon l’aisné

THOUVENEL Simon le jeune

THOUVENEL Demenge

THOUVENIN Jean

 

DAUVIN Jean                                         Damblain

MAZELIN Estienne

THOUVENEL Jean

 

COLLIN Nicolas, cordonnier                   Germainvilliers

MICHEL Laurent

 

CHARREY Bernard, notaire                    Harréville

PAYEN Nicolas

LALLEMENT Claude

 

François GUILLOT, avocat                      Huilliécourt

HUTINET Claude

 

COILLET Antoine                                     lloud

 

COLLIN Nicolas, procureur postulant       Liffol-le-Grand

 

COLLIN Jean, avocat                               Mirecourt

 

 

COLLIN Jean Baptiste l’ainé,avocat        Neufchâteau

COLLIN Jean Baptiste le jeune

DEGOY Adam

DEGOY Michel

GARNIER Estienne

GONCOURT Toussaint

MARGOTTIN Demenge

PROCUREUR Nicolas

THOUVENEL Joseph

 

GARNIER Jean                                        Nijon 

LAURENTIAUX Laurent 

MICHEL Demenge

PARNOT Jean

 

BEAULIEU Nicolas                                   Outremécourt

CABLANC Nicolas

GERARD Jean

GILLOT François

GILLOT Nicolas

PELLETIER René

PICARD Claude

PICARD Jean

 

 

GAULARD Jean                                       Sommerécourt

MOUGIN Urbain

PELTIER Philippe

PIERROT Claude dit ROUGEUX

TOURAILLE Urbain

VIGNERON Jean

 

 

BERNARD Jean                                        Soulaucourt

CHASTROUX Simon

HUSSON Antoine

LORIOT Vincent

THOUVENEL Claude

 

 

Autres bourgeois dont la résidence n’est pas précisée :

 

Me BAILLY Jean

BAUDOUIN Pierre

BON Claude

BONNET Jean dit de Metz

BRABANT Nicolas

BROCHARD Nicolas

COQUOTTE Claude

DE LA PAIX Thobie, fondeur

DUPREY Henri

GARILLON Jean

GERARD Pierre

GONCOURT René

HUGUET Jean

JACQUIN Mougin dit Lafost

JOLLY Michel

Me MARTIN Dominique

MAUDHUY Pierre

MAULBON Jean Baptiste

MIDOUX François

MORQUIN Mougin

MOZON François

PIERROT Jean dit la Touche

PLUMEREL Joseph

PLUMEREL Nicolas

PRIEUR Antoine

REGNAULD Antoine, fondeur

ROUYER Pierre

THEVENIN Jean dit Mignier

 

 

Habitants demeurant à Outremécourt avant la destruction de La Mothe,et faisant partie de la Communauté :

 

CAMUS Jean dit la Mare

CLAUSSE Jean

GAUTHIER Claude

PAPIGNY Jean

PHILBERT Anthoine

REGNAULD Claude

 

François BERGER nous a quittés

Nous avons le regret de vous informer du décès de François BERGER, membre de l’Association pour La Mothe depuis plus de vingt ans, survenu le dimanche six octobre, en son domicile de Pompierre.

Depuis plusieurs années, François était atteint d’une maladie dégénérescente qui l'avait obligé à quitter, bien malgré lui, l’Association. Il était notamment le créateur de son site internet, et exerçait l’activité de webmaster.

François DEPINAL a représenté l’Association lors de ses obsèques célébrées à Pompierre.

Nous garderons de lui le souvenir d’un homme de grande culture, courtois et efficace.

Pour accèder à La Mothe depuis Nancy ou Dijon, l’accès le plus commode est l’autoroute A31.

 

Elle coupe la route Neufchâteau-Lamarche au niveau de l’échangeur 8.1.

 

Prendre alors la direction de Neufchâteau, jusqu’au village de Soulaucourt.

 

La route qui monte à La Mothe part du centre du village.

 

 

 

Pour agrandir ou télécharger le plan d'accès :



Le chêne des partisans

Dans la forêt de Saint-Ouen-lès-Parey, se trouve la base d'un chêne gigantesque.

Une jolie légende voudrait que les partisans lorrains, pendant la guerre de Trente ans, se réunissaient à son pied.

 

L'histoire du chêne et la construction de sa légende sont exposés dans les Cahiers de La Mothe n°2, 2010, page 23-30.

La coline de Fréhaut

Les vestiges du retranchement creusé par les Français en 1645 sont encore bien visibles. Le fossé est, par temps humide, partiellement inondé.

 

Télécharger une notice pour visiter-frehaut_82.pdf

 



Le calvaire de Germainvilliers

Le calvaire, qui porte la date de 1629, aurait, selon une tradition vivace, été rapporté de La Mothe, après sa destruction, par Antoine de Sarazin, seigneur du village.

Cette légende ne repose cependant sur aucun fondement.

En l'église de Nijon


L’église conserve le monument funéraire de Jean Plumeret, chanoine de la Mothe, décédé en 1551.

De pur style renaissance, ce monument ne manque pas de grandeur. En dessous, un cartouche relate les conditions de son transfert à Nijon, par son arrière petit neveu, curé du lieu

 

 

 

Au musée départemental à Epinal

Le musée conserve la superbe pierre tombale de Jean Chintrel, sénéchal de La Mothe et Bourmont décédé en 1402, autrefois déposée à l’église d’Outremécourt.

 

 

 

Au musée lorrain à Nancy

Le musée lorrain conserve une peinture de la fin du XVIIe siècle, inspirée d’un gravure de Beaulieu, représentant La Mothe pilonnée par des bombes au cours du siège de 1645, ainsi que des gravures, portraits et souvenirs des sièges et des défenseurs de la ville, enfin quelques objets trouvés sur le site.

 

 

 

7 - Gravure sur cuivre, dite de Merian

6 – Gravure sur cuivre, dite de Merian

Format : 22 x 34,4 cm.

Auteur : ? (J.Peeters ?)

Date : avant 1643.

Extraite de la : « Topographia Sveviae » publiée en 1643 à Franfort-sur-le-Main, et rééditée en 1645 dans le supplément au volume « Palatinus Rheni » sous « La Motte de Saint Hilaire ».

Mentions : « LA MOTTE » et une légende en allemand, de A à Q. Existe également une édition latine, fort rare.

L’ensemble de la composition est inspirée de la gravure d’Abraham Bosse (n°4).

6 – Gravure sur cuivre, dite de Tassin


Format : 10,4 x 15,1 cm.

Date : vers 1636-1638.

Extraite de : « Plans et profils de toutes les principales villes et lieux considérables de France… » par Nicolas Tassin, « géographe ordinaire de Sa majesté », 2ème édition, 1638. Cette gravure ne se trouve pas dans la 1ère édition, datée de 1634.

Mentions : uniquement « LAMOTTE ».

Se trouve à la suite une carte du « GOVVERNEMENT DE La motte », de même format.

4 - Gravure sur cuivre, dite d'Abraham Bosse

4 – Gravure sur cuivre, dite d’Abraham Bosse

Format : 18,8 x 41,7 cm.

Date : 1634 ou 1635.

Mentions : en haut au centre dans un cartouche : « LE SIEGE DE LA MOTTE », complété d’une légende allant de A à R pour les lieux mentionnés, et de 1 à 7 pour les positions des troupes royales.

en bas au centre : « A. Boudan excud. Avec Privilège. », en bas à droite : « A. Bosse sculp. ».

La plus esthétique et la plus élaborée des vues cavalières consacrée à La Mothe. Elle a servi de modèle à Merian (n° 6), à Valdor (n°23).

21 – Gravure de l’ouvrage de Malthus « Pratique de la guerre », page 118.

Dans son ouvrage « Pratique de la guerre » publié à Paris en 1646, Francis Malthus, « Gentilhomme Anglois, Commissaire general des Feux & Artifices de l’Artillerie de France, Capitaine general des Sappes & Mines d’icelle, & Ingenieur és armées du Roy » nous offre deux illustrations du 3ème siège de La Mothe auquel il a participé. Il écrit en effet : « et depuis ce temps là (le siège de La Rochelle) jusqu’au siège de La Mothe en Lorraine, on n’a pas parlé de tirer des bombes ; et c’est à ce siège de La Mothe où j’ai tiré les premières qui ont paru en France, et en grande quantité… ».



Format : 15,1 x 18,6 cm.

Date : 1645 ou 1646.

Extraite de : « Pratique de la guerre », Paris, 1646, page 118.

La gravure illustre le chapitre VIII intitulé « La description d’un autre mortier, & son affust ».

22 – Gravure de « Pratique de la guerre », page 135

Format : 15,1 x 18,9 cm.

Date : 1645 ou 1646.

Extraite de : « Pratique de la guerre », Paris, 1646, page 135.

La gravure présente le front sud de l’enceinte pendant le 3ème siège.

23 – Gravure sur cuivre de Georges Fournier

Format : 8,7 x 5 cm.

Date : 1648.

Extraite de : Georges Fournier, « Traicté des fortifications : ov Architectvre militaire, tiré des places les plus estimées de ce temps, pour leurs fortifications : divisé en devx parties. La premiere vous met en main les plans, coupes, & eleuations de quantité de places fort estimées, & tenués pour tres-bien fortifiées. La seconde vous fournit des pratiques faciles pour en faire de semblables ».

La gravure (planche hors-texte 8) comporte un plan peut-être copié sur celui de Tassin (n°6), et une vue profil totalement fantaisiste, attestant que le graveur n’est jamais allé à La Mothe.

24 – Gravure sur cuivre de Jean Valdor

Format : 28,7 x 42 cm.

Date : avant 1649.

Extraite de : « La vie triomphante de Louis le Juste » par René Bary, « conseiller du roy et historiographe de France », illustrée par Jean Valdor et publiée par Antoine Etienne en 1649. Planche HT sur deux pages au verso des pages de texte 77 (« PRISE DE LA MOTHE EN LORRAINE PAR LE MARESCHAL DE LA FORCE 1634 ») et 78 (« MOTHENSE IN LOTHARINGIA OPPIDUM A POLEMARCHO Forcaeo expugnatum. 1634 »).

Copie sommaire de la gravure d’Abraham Bosse (n°4), dépouillée de tout l’appareil militaire décoratif, mais conservant les travaux d’approche du siège de 1634. L’intérieur de la ville est vide. La légende a disparu.

25 – Vue profil « La MOTHE en Lorraine » par Beaulieu

Format : 21,5 x 61 cm (cuvette). Cette gravure se trouve encadrée avec différents types de bordures.

Date : après 1645, avant 1676.

Mentions : en haut, au centre : « La MOTHE en Lorraine », en bas à gauche : « N. COCHIN fe(cit) », en bas au centre, dans un cartouche : « Par le Sr de BEAULIEU Ingénieur et Géographe ord. du Roy avec Privil. De Sa ma.té 1645 ». Sans légende.

26 – Vue profil du site : « La MOTHE en Lorraine » extraite de l’ouvrage dit « le g ...

Format : 45 x 55,8 cm (cuvette), en 3 planches (partie supérieure, partie inférieure et bordure). Il existe plusieurs présentations et plusieurs types de bordures.

Date : avant 1676.

Extraite de : « Les glorieuses conquêtes de Louis le Grand, où sont représentés les cartes, profils, places, plans des villes avec leurs attaques… », par Sébastien de Pontault, seigneur de Beaulieu, Paris, 1676-1694, 2 ou 3 volumes (ouvrage appelé « le grand Beaulieu »).

Mentions : « LA MOTHE » sur un ruban décoratif. Une légende de A à N décrit le site.

Il s’agit de la même vue profil que ci-dessus, mais enrichie d’un grand ciel nuageux et d’une légende.

27 – « Plan de la Ville de La Mothe en Lorraine assiégée le 4° Novembre par l’arm� ...

Format : 45,7 x 54,6 cm (cuvette).

Date : après 1645, avant 1676.

Extraite de : l’ouvrage appelé « le grand Beaulieu » (voir n° 26).

Mentions : en bas à gauche : « Plan des mines faites aux attaques de La Mothe en Lorraine en l’an 1645 » et au dessus, dans un cartouche : « LA CONTRESCARPE DE LA MOTHE ne doit point estre considerée comme une contrescarpe mais come une des meilleure faulsebraye qui se puisse faire qui a 40 pieds de haulteur fraizée par tout et d’aussi difficille accès q’un bastion pour de fossé il n’y en a point autour de ladite place », en bas au centre : « N. COCHIN fe(cit) », en bas à droite : « A Paris, Chez l’Autheur, rue St André des Arts, Porte de Bucy ».

Plan de la ville et des environs montrant la circonvallation construite autour de la ville pendant le siège de 1645. Un cartouche en bas à gauche montre les travaux d’approche du bastion Ste-Barbe et de la pointe d’Isches.

28 – « Plan de la ville de la Motte », extrait de l’ouvrage dit « le petit Beaulieu ...

Format : 11,1 x 15,6 cm.

Date : deuxième moitié du XVIIe siècle.

Mentions : en bas à gauche, dans un cartouche : « Plan de la Ville de la Motte Eschelle de 150 thoises », en haut à droite, une table allant de A à O, en bas à droite, dans un cartouche : « La place estoit revestue de briques et de pierres les remparts estoient bien terrassez. Il n’y avoit point de fossé mais bien une Contrescarpe fraizée tout a lentour revestue de pierre dont le glacis avoit 45 pieds de haut et de tres difficile acces apres sa prise le Roy la fit demolir en lannée 1645 ».

Extraite de : Plans et profils des principales villes du Duché de Lorraine et Barrois…Dessinés sur les lieux et présentés au Roy par le sieur de Beaulieu…

Extrait de la partie centrale du plan du « grand Beaulieu » n° 27.

29 – Gravure sur cuivre, dite de Gualdo Priorato

Format : 34,2 x 47,3 cm.

Date : avant 1674.

Extraite de : Historia di Léopoldo cesare, par Galeazzo Gualdo Priorato, imprimée à Venise (1670-1674).

Mentions : « DISEGNO DELLA Mota in Lorena, assediata e presa da Francesi ».

Il s’agit d’une copie italienne du plan de Beaulieu (n°27). Le cartouche représentant le plan des mines a disparu, mais le texte en a été traduit.

30 – Gravure sur cuivre, dite de Lapointe

Format : 17,8 x 10,5 cm.

Date : entre 1666 et 1698.

Mentions : en bas à gauche : « F. de La pointe fecit ».

Copie simplifiée de la gravure de Tassin (n°6), avec quelques modifications : le château a disparu, la collégiale apparaît.

31- Les huiles sur toile représentant le 3ème siège

Quatre huiles sur toile (au moins) représentant le 3ème siège le La Mothe sont conservées. Elles sont inspirées de la gravure de Beaulieu (n°25). Une étude comparative est en cours.

32 - La gravure de Christoph Riegel

Format : 11,1 x 5,9 cm..

Date : vers 1690.


Cette petite gravure sur cuivre est une pâle copie de celle de Merian (n°7). Elle a été publiée dans « Ausfuehrliche und grundrichtige Beschreibung der Herzogthüemer Lottringen und Savojen, dess Obern und Untern Elsasses »par Christoph Riegel, éditeur allemand installé à Nuremberg entre 1678 à 1714.

Deux éditions furent imprimées. La première, sans les gravures, est datée 1690. La seconde, comportant les gravures, n’est pas datée mais est sans doute contemporaine de la première. Toutes les gravures ont toutes été copiées sur celles publiées par Merian entre 1640 et 1660 et gravées par Andreas Knorzen, ainsi que précisé sur la page de titre de l’ouvrage. Les notices de Riegel sont par contre plus complètes que celles de Merian.

 

 

 

 

 

 

33 – Copie du plan du 3ème siège de « Beaulieu »


Format : 11,1 x 15,6 cm.

Extraite de : Dom CALMET, Notice de la Lorraine, Nancy, 1756, tome I, septième planche ainsi commentée : « Le trentième (sujet) représente la Ville de la Mothe, aussi avec les fortifications, le tout démoli en 1646, par ordre de Louis XIII ».

Il s'agit d'une copie du plan de Beaulieu n° 28, dit "le petit Beaulieu"..

La table est identique dans son contenu avec celle de la gravure du « petit Beaulieu ». Le cartouche « Plan de la ville de la Motte » a été redessiné en style « rocaille » et porté en haut à gauche. Le cartouche descriptif de la ville et du siège, en bas à droite, a disparu. La colline de Fréhaut apparaît plus complètement.

ll est à noter qu'il s'agit de la seule reproduction de la ville datant du XVIIIe siècle. Hormis pour les populations des environs, la ville était tombée dans l'oubli. Seul un historien, tel Dom Calmet, pouvait s'y intéresser.

5 - La gravure de Chatillon

Format : 12,8 x 19,5 cm.

Date : entre 1634 et 1641.

Extraite de : « Topographie françoise, ou representations de plusieurs villes, bourgs, chasteaux, plans, forteresses, vestiges d’antiquité, maisons modernes et autres du royaume de France. La pluspart sur les desseings de deffunct Claude Chastillon, Ingenieur du roy ».

 Claude (de) Chastillon, né en 1559, était l’un des ingénieurs royaux chargés des fortifications situées aux frontières du royaume de France. Il fut tout d’abord affecté à sa région natale, la Champagne, dont il grava nombre de places et de châteaux. A compter de 1605, il accomplit des missions dans différentes provinces françaises, jusqu’à son décès survenu en 1616.

 

Son œuvre magistrale, la « Topographie françoise » ne fut éditée qu’en 1641. Elle comporte plus de 550 gravures. Mais la plupart ne portent aucune indication de nature à les dater, ou même à les attribuer à la main de Chastillon. C’est le cas notamment de la gravure représentant La Mothe. La forteresse est représentée avec sa seconde enceinte terminée, ce qui implique un dessin postérieur au décès de Claude Chastillon. Par ailleurs, La Mothe étant occupée par les français à compter de 1634, une réalisation du dessin à compter de cette date apparait plus vraisemblable.

 

La gravure de La Motte se trouve au folio 258, sous un plan de Nancy. Elle esr reproduite dans Les Cahiers de La Mothe n° 5, page 90.

2 - Le plan du volume III, f° 76v-77

Auteur : Florent De Belleau.

Format : aujourd’hui au format 74 x 35 cm après avoir été découpé des quatre côtés pour lui permettre d’intégrer le registre.

Date : vers 1575-1580.

Mentions : au centre, la mention : « LAmotte en lorene » et au verso : « Florent de Belleau ».

 

Florent De Belleau fut « maitre-maçon » des fortifications de La Mothe de 1563 à son décès, en 1595.

 

Ce plan est dessiné à la plume sur parchemin et colorié. Ici encore, il s’agit d’un projet de modernisation, mais plus limité dans son ambition. Elle concerne le front Est de l’enceinte, du bastion Saint-Antoine au bastion de Danemark, ainsi que « la pointe d’Isches ». Les ouvrages existants sont coloriés en rouge violacé, ceux projetés en jaune. Au centre du plan est précisé : « ii Etant ce qui est marqé de jaullne costé quest a reffectionner ». Ce plan comprend par ailleurs nombre de précisions complémentaires. Y est détaillé le château médiéval et chacun des bastions. Ce projet, qui offrait l’avantage d’une amélioration progressive de la place, fut, pour l’essentiel, exécuté.

 

Ce plan est reproduit dans le catalogue de l’exposition du 350ème anniversaire de la destruction de La Mothe (1996), en page 75, et dans les « Les Cahiers de La Mothe » n°3.

 

L’Archivio di Stato de Turin, qui conserve ces plans, nous a aimablement autorisé à reproduire le lien menant à son site (reproduction hors copie privée interdite sans autorisation) :

http://archiviodistatotorino. beniculturali.it / travail / affiché. php? UAD = 189194

3 - Le plan du volume V

Ce plan reprend, en réduction, la composition du plan du volume I f°63, et n’apporte aucune précision complémentaire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Description de l'ouvrage

L’Architettura Militare est un recueil de plans et de vues manuscrits, exécutés aux XVIe et XVIIe siècles et conservés dans les Archives d’Etat de Turin (Archivio di Stato). Les cartes et plans, établis par les ingénieurs militaires italiens qui se louaient à travers toute l’Europe, furent réunis sur ordre de Emanuele Filiberto, duc de 1553 à 1580, et de Carlo Emanuele I, duc de 1580 à 1630. Ils sont regroupés en cinq volumes.

 

 Il s’agit bien d’un recueil, au sens littéral du terme. Les vues et plans (près de 400) ne répondent à aucune normalisation quant à leurs dimensions (certains ont été coupés sur le côté car trop grands pour intégrer le volume…), quant à leur support (papier, parchemin), échelles (toises, verges, pieds…, sans qu’il soit généralement précisé de quelle région). Certains, très élaborés, sont de véritables œuvres d’art. D’autres sont de simples esquisses. Le classement n’est ni alphabétique, ni régional, ni chronologique. La documentation recueillie couvre non seulement l’Italie et la France, mais aussi la Belgique et les Pays-Bas actuels, la côte dalmate, la Terre Sainte, Tunis…, tous lieux où les architectes italiens eurent l’occasion d’exercer leurs talents. Certains plans représentent des constructions encore médiévales, sans doute supports pour une étude de modernisation, d’autres des projets dont on ne sait, non seulement s’ils furent réalisés, mais encore s’ils furent réalisés comme tels. Nombre de documents ne précisent même pas le nom de la place forte ou du château concerné. Très peu font mention de leur auteur. Vingt-huit documents au moins sont datés, la plupart dessinés dans la seconde moitié du XVIe siècle. Certains portent des mentions au verso, non entièrement collé sur le volume support : c’est le cas du plan de La Mothe conservé au volume III.

 

Trois plans de l’Architettura Militare concernent La Mothe.

Le chêne des partisans 16

Le chêne des partisans 15

39 - Plan de la ville et forteresse de La Mothe... (1841)

Format : 35,5 x 47,9 cm.

Date : 1841 ou années antérieures.

Extrait de : « Histoire de la fondation et des trois sièges de La Mothe (1634, 1643 et 1645) par un officier supérieur qui avait assisté aux trois sièges, avec un beau plan de la ville et forteresse de La Mothe », publié par Jean-Baptiste NIVERT à SOULAUCOURT, 1841.

Mentions : « Neufchäteau, Lith. DE L. Paton C.E.GALAND Lith, 1841 »

En bas à droite : « Se vend à Soulaucourt, par Bourmont, Hte marne, chez nivert, Libr. ».

Ce plan était considéré par Jules MARCHAL comme le véritable plan de la ville, « copié sur un dessin géométrique qui datait de l’existence même de la ville ». Il ne donne hélas aucune information sur sa provenance.

Ce plan a été copié à de très nombreuses reprises, tant au XIXème qu’au XXème siècle, généralement sous le titre « Plan de la ville et forteresse de La Mothe en Lorraine fondée en 1258, assiégée par les Français en 1634, 1642 et 1645 ». On le trouve tant en format portrait qu’en format paysage, souvent complété d’une légende (en 20 ou 24 rubriques), parfois agrémenté dans l’angle en haut à droite d’une carte de la région. Il était généralement annexé à un ouvrage ; l’éditeur mettait alors le plan à sa marque.

Ce plan existe également sous forme de feuilles « libres », au format paysage 36,5 x 47,6 cm. Elles étaient sans doute destinées à la promotion du site ou à ses visiteurs. Elles portent les mentions suivantes :

 - en bas à gauche : « Imp. Lit. J.Royer, à Nancy ».

 - en bas à droite :« AUTOG.Albert Barbier, 4, q. Choiseul,Nancy ».

Elles datent des dernières années du XIXème siècle.

Il est enfin annexé aux deux éditions de l’ouvrage de l’abbé LIEBAUT : « LA MOTHE  Ses sièges - Sa destruction » publiées en 1896 et 1904 par CREPIN-LEBLOND à NANCY.

Le plan est alors au format 37,2 x 48,8 cm, complété de la carte de la région dans l’angle en haut à droite. Il possède une échelle en 24 rubriques. En bas à gauche : IMP. CREPIN-LEBLOND NANCY

L’édition de 1904 semble la plus élaborée et la dernière d’une longue série, avant les multiples reprises plus ou moins serviles du XXème siècle.

 

 

 

 

 

 

Le chêne des partisans 11

Le chêne des partisans 14

Le pont Saint Part

Mentions : Le pont Saint Part, sous La Mothe, en 1894.

en haut : souvenirs du Bassigny

en bas : Photo J.Royer, Nancy

Extrait de Souvenirs du Bassigny – La dernière délibération de la communauté de La Mothe, Nancy, Crépin-Leblond, 1894, par Jules Marchal (HT page 37)

Une carte postale a été éditée à partie de ce cliché, mais il a été inversé.

40 - Plan de la ville et forteresse de La Mothe en Lorraine (1841)

Format : 33,2 x 45,9 cm.

Date : 1841 ou années antérieures.

Extrait de : « Histoire de la ville et des deux sièges de La Mothe 1634 et 1645) », NEUFCHATEAU, Victor DEMONGEOT, 1841.

Mentions : en bas à gauche : « Lithog.de V(ict)or De Mongeot à Neufchâteau », en bas à droite « propriété de l’éditeur ».

Une édition postérieure a été publiée dans un encadrement légèrement différent :

Format : 32,8 x 44,8 cm.

Mentions : en bas à gauche : « A. B » et « Lith. J. Royer, Nancy. », en bas à droite : « Autog. Albert Barbier, Nancy. ».

Lithographie d’après la gravure de N. COCHIN publiée dans le « grand BEAULIEU » (n° 27), représentant la ville assiégée et entourée par la circonvallation.

 

Le chêne des partisans 13

37 - Plan de la Ville de la Mothe (1837)

Dimensions : 19,3 x 16,5 cm (titre et légende compris).

Origine : « Relation des trois sièges de le ville et forteresse de La Mothe ez annèes 1634, 1643 et 1645 », dans « La chronique de Champagne », 1837, tome II, page 236.

Mentions : titre : « Plan de la Ville de La Mothe ».

Echelle en Toises.

Lith. Pellée et Cie et Colbert, à Reims.

En bas : une légende de A à O (à noter que la porte de Soulaucourt est ici appelée porte de Nancy).

Lithographie copiée sur le plan n°36.

 

Cette lithographie se trouve en début de deuxième partie d’un article intitulé « Relation des trois sièges de la ville et forteresse de La ¨Mothe ez années 1634, 1643 et 1645 par un officier de la garnison de cette place ». Pages 173 et 174, le préambule de l’article précise : « Son auteur ne fut pas un officier obscur. Cette relation, au témoignage de dom Calmet, qui la cite souvent dans son histoire de la Lorraine, est de M. Duboys de Riaucourt, conseiller-d'état du duc Charles, et lieutenant-général de la province de Bassigny. Ce magistrat prit une part active à tous les événements qu'il raconte, et fut l'un des plus énergiques défenseurs de La Mothe. Son travail, inédit jusqu'à ce jour, occupera, dans la Chronique de Champagne, la section Paléographie, des livraisons de septembre et d'octobre. A cette dernièresera joint un plan de la ville de La Mothe, arec l'indication des attaques de 1645. Nous devons ce précieux et presqu’indispensable éclaircissement à l'obligeance de M. Vieux, commandant du génie, membre du comité des fortifications au ministère de la guerre ».

 

 

 

 

 

41 - Plan de délimitation du plateau de La Mothe (1853)

Format ; 48 x 65 cm.

Localisation : AD Haute-Marne, E dépôt 5515.

Auteur : Pelthier.

Ce plan manuscrit et colorié a été dressé pour accompagner le procès-verbal de délimitation du plateau de La Mothe du 1er mai 1853.

Il est reproduit dans le catalogue de l'exposition La Mothe de 1996.

 

Inauguration du monument de La Mothe

Inauguration du monument de La Mothe le 7 juin 1897.

Mentions : Société d’Archéologie lorraine
Monument de La Mothe

Photo publiée dans : le monument de La Mothe – Souvenir offert aux souscripteurs, Nancy, imprimerie Crépin-Leblond, 1897.

Le chêne des partisans 12

Le chalet

Le chalet

le chêne des partisans 1

Le bastion saint-Nicolas

à complèter

Vue générale

Gravure de Ch. Demay

Gravure de Ch. Demay

Gravure de Ch. Demay

Vue de Beaulieu

La porte souterraine

Porte souterraine

la porte souterraine

La porte souterraine

Objets de fouille

Le bastion Saint-Nicolas

Le bastion Saint-Nicolas

Le bastion Saint-Nicolas

Le bastion saint-Nicolas

Une citerne

La porte d'Allemagne

La porte d'Allemagne

Le monument

Le monument

L'église d'Outremécourt

Le monument

L'église d'Outremécourt

Le monument et la porte souterraine

le monument

Le reboisement

Le reboisement

Le reboisement

le chêne des partisans 2

le chêne des partisans 3

Le chêne des partisans 4

Le chêne des partisans 5

Le chêne des partisans 6

Le chêne des partisans 7

Le chêne des partisans 8

Le chênre des partisans 9

Le chêne des partisans 10

Eglise d'Outremécourt

Extrait de : Outremécourt ou l’héritage de La Mothe, simple notice, par l’abbé Liébaut, Langres, Firmin-Dangien, 1889.

le monument

Le monument et la dernière délibération

L'église d'Outremécourt

L'église d'Outremécourt

34 - Lithographie de Thériat (1824)

Format : 33 x 50 cm hors marge.

Date : 1824 selon Emile Jolibois, La Haute-Marne ancienne et moderne, Chaumont, 1858.

Mentions : en bas à gauche : « lith. Thériat à Chaumont », en bas au centre : « VUE DE L’ANCIENNE FORTERESSE DE LAMOTHE (HTE MARNE) au siège de laquelle le fameux Turenne fit ses premières armes sous le maréchal de La Force et qui fut rasée, en 1646, sur les ordres du Cardinal Mazarin », en bas à droite : « dessiné d’après un plan dressé en 1645 que possède M Lemolt à Chaumont ».

Reprise de la gravure dite de Merian (n° 7), incluant une légende des lieux référencée de A à Q.

Cortège historique

Soulaucourt et ses environs

Le monument

L'église d'Outremécourt

Le monument

Le reboisement

Le bastion Saint-Nicolas

Photo publiée par René GOUTHIERE dans « La Mothe et ses ruines », Mémoires de la Société des lettres de Saint-Dizier, XVI, 1924, 3e édition, page 23.

Auteur : « Valck, Nancy ».

Légende : « Souterrain et galerie d’écoute du bastion Saint-Nicolas ».

 

 

Intérieur du passage souterrain du bastion Saint-Nicolas

Photo publiée par René GOUTHIERE dans « La Mothe et ses ruines », Mémoires de la Société des lettres de Saint-Dizier, XVI, 1924, 3e édition, page 17.

Photo : Valck, Nancy

Légende : « Intérieur du passage souterrain du bastion Saint-Nicolas, qui fut, avec le bastion Sainte-Barbe, au cours des différents sièges, l'objectif principal des assauts français ».

Passage souterrain

Photo publiée par René GOUTHIERE dans « La Mothe et ses ruines », Mémoires de la Société des lettres de Saint-Dizier, XVI, 1924, 3e édition, page 13

Auteur : « Valck, Nancy ».

Légende : « Passage souterrain près la porte de France.
Rendit faciles les sorties meurtrières des assiégés »

 

 

 

« Au vieil pot ».

Photo publiée par René GOUTHIERE dans « La Mothe et ses ruines », Mémoires de la Société des lettres de Saint-Dizier, XVI, 1924, 3e édition, page 49.

Auteur : « Valck, Nancy ».

Légende : « Au Viel Pot» – Cabaret Cliquot. Chalet élevé non loin du monument et pouvant servir d'abri aux visiteurs, ouvert du 15 mai au 15 octobre. Restaurant, fêtes, jeux, tir de salon, théâtre de verdure, etc ».





Le pont Cinq-parts

Photo publiée par René GOUTHIERE dans « La Mothe et ses ruines », Mémoires de la Société des lettres de Saint-Dizier, XVI, 1924, 3e édition, page 9.

Auteur : « Valck, Nancy ».

Légende : « Considéré par plusieurs auteurs comme remontant à l'époque de l'invasion romaine, tombe en ruines.. Vainement la commune a sollicité à plusieurs reprises une subvention de l'Rtat pour le réparer. Tous ceux qui s'intéressent à La Mothe sont d'accord pour en désirer le classement ».

Vu depuis le Sud.

Une cave

Photo publiée par René GOUTHIERE dans « La Mothe et ses ruines », Mémoires de la Société des lettres de Saint-Dizier, XVI, 1924, 3e édition, page 57.

Auteur : « Valck, Nancy ».

Légende : « Cave mise à jour dans la Grande rue. L'escalier a douze marches ».

 

 

Entrée de la ville par la porte de France

Photo publiée par René GOUTHIERE dans « La Mothe et ses ruines », Mémoires de la Société des lettres de Saint-Dizier, XVI, 1924, 3e édition, page 51.

Auteur : « Valck, Nancy ».


Légende :« Entrée de ville par la porte de France, découverte en 1922 ».

 

 

 

 

 

l'image d'Epinal

Dessinée par Thierry DESSAILLY, elle est disponlble en deux états :

- une édition originale limitée à 200 exemplaires : imprimée au pochoir à la main sur papier Velin spécial filigrané, chaque exemplaire est numéroté et signé par l'artiste. Elle est vendue 60 €.

- une édition ordinaire : elle est imprimée sur velin normal, et vendue 20 €.

43 – « Vue cavalière de La Mothe d’après une gravure allemande du ...(1861)

Format : 34,1 x 20,6 cm hors marge.

Mentions : « Imp. et Lith. Cavaniol à Chaumont, Ch. Lith. ».

Reprise de la gravure dite de Merian (n° 7), incluant une légende des lieux référencée de A à Q.

XIX.10 : « Vue cavalière de La Mothe et des environs, d’après une gravure allemande du commencement du XVIIème siècle »

 

Format :          21,4 x 34,6 cm.

Date :              1861.

Extraite de :    « Relations des sièges et du blocus de La Mothe (1634 –1642- 1645), suivie des relations officielles des trois sièges publiées dans le Mercure et la Gazette de France, augmentée d’une introduction à l’histoire de La Mothe et de nombreux document inédits » par DU BOYS DE RIOCOUR, publiée par Jules SIMONNET chez Charles CAVANIOL à CHAUMONT en 1861.

 

Autre reprise de la composition dite de MERIAN (n° XVII.3), déjà copiée par THERIAT (n°XIX.1).

 

 

 

44 – « LA MOTHE EN BARROIS, Prife le 5 Jvillet 1645 & razée le 26 dvdit mois,d’a ...

Format : 34,1 x 20,6 cm hors marge.

Mentions : en haut : sont indiqués les villages d’Outremécourt, Vaudrecourt, Soulaucourt, Médonville, Offrécourt, ainsi que Fréhaut.

En bas : « J. Simonnet del. » et « Lith. Cavaniol à Chaumont, Hte-Mne ».

Format : 34,1 x 20,6 cm hors marge.

Mentions : en haut : sont indiqués les villages d’Outremécourt, Vaudrecourt, Soulaucourt, Médonville, Offrécourt, ainsi que Fréhaut.

En bas : « J. Simonnet del. » et « Lith. Cavaniol à Chaumont, Hte-Mne ».

46 – « LAMOTHE au XVIIe SIECLE »

Format : 9,1 x 15,5 cm.

Date : 1878 ou années antérieures.

Extrait de : « Les chevaliers de l’arquebuse », par Alcibiade Cousin, Chaumont, 1878.

Mentions : en bas à gauche : « A. Cousin del. », en bas à droite : « Lith. C. Cavaniol ».

Vue profil fantaisiste de La Mothe médiévale.

47 – Lithographie de Demay

Format : 31,2 x 51,4 cm.

Date : 1894.

Mentions : Vue de la ville de La Mothe sous Charles IV. En bas à droite : « Ch. Demay ».

Vue profil. Tentative de restitution de l’aspect de la ville avant 1645. Cette vue a été reproduite sur carte postale après 1920 (plusieurs éditions) et reprise par l’agence Peerless de Nancy en format 28,1 x 37,9 cm.

XIX.13 : « Vue de la ville de La Mothe sous Charles IV » par Charles DEMAY

 

Date :              1889 ou années antérieures.

 

Charles DEMAY, originaire de SOULAUCOURT, était professeur à l’école normale de PRIVAS. Il réalisa cette vue profil en ou avant 1889, année qui vit sa publication dans « Souvenirs du Bassigny » de Jules MARCHAL (au format 25,2 x.16,2 cm marges comprises). Cette vue fut ensuite lithographiée au format 31,2 x 51,4 cm puis reproduite à de nombreuses reprises, notamment sur carte postale après 1920 (plusieurs éditions) et par l’agence PEERLESS de NANCY sous forme d’affiche au format 28,1 x 37,9 cm.

45 - LA MONTAGNE DE LAMOTTE

Lithographie publiée dans la Revue des Vosges.

Légende : la montagne de Lamotte

Le chêne des partisans

Le pont Cinq-parts

Mention : Pont Cinq Parts 1909

Vu depuis le nord.

La chapelle d’Offrécourt

Mentions : La chapelle d’Offrécourt, sous La Mothe, en 1894.

en haut : souvenirs du Bassigny

en bas : Photo J.Royer, Nancy

Extrait de : Souvenirs du Bassigny – La dernière délibération de la communauté de La Mothe, Nancy, Crépin-Leblond, 1894, par Jules Marchal (HT page 41)

38 - Plan de la Forteresse de la Mothe (1839)

Mentions : Plan de la Forteresse de La Mothe et des travaux du sioège de 1645.

Echelle de 600 mètres.

Lith. de Verrannais, à Metz.

Suit une légende allant de 1 à 15.
Plan publié pour illustrer un article paru dans L'Austrasie, revue du Nord-Est de la France, Metz, chez Verronnais, 1839.

L'article, signé de Baillot à Ligny, est une adaptation de la Relation des sièges de Nicolas Duboys de Riocour.

Le plan est une interprétation libre du plan n° 36 ou du n° 37.

35 - Plans manuscrits

Les plans manuscrits, copiés et recopiés au cours du XIXe siècle sont nombreux. Tous sont copiés ou inspirés du plan du « petit BEAULIEU » n° 28.

Citons parmi les plus anciens :


Les Archives Départementales de Haute-Marne conservent trois plans manuscrits non datés :

- ADHM 19 J 8 : ce plan ayant appartenu à Emile JOLIBOIS est conservé aux ADHM dans le fonds JOLIBOIS. Il est antérieur à 1839.

- ADHM C 470 il est accompagné d'un feuillet précisant : "Ce plan a été trouvé parmi des documents appartenant au chapitre de Bourmont. Il doit être classé avec les anciens titres se rapportant à la ville de Lamothe qui sont conservés à Bourmont et qui doivent être versés aux archives départementles" : ce qui ne préjuge en rien de sa datation.

- ADHM 69 J 31 : ce plan parait annoté de la main de Jules MARCHAL.

 

Les Archives départementales de Meurthe-&-Moselle conservent deux plans anciens :

- Ms SAL151 : il a été copié sur le plan du "petit Beaulieu" et est annexé à une copie de la "Relation des Sièges" ayant appartenu à l'abbé Marchal.

- Ms SAL 246 : plan en noir et blanc copié sur le plan n° 36 ou sur le plan n° 37.

La Bibliothèque municipale de LANGRES conserve sous ms 153 un "plan de la ville et forteresse de La Mothe"

Format :          44 x 30 cm.

Date :              après 1840 ?

Mentions :       manuscrite : « Outremécourt ».

 En bas à droite se trouve une représentation de l’église d’Outremécourt.

 

Aucun de ces plans ne parait antérieur à 1820, voire à 1830.

 

 

 

 

 

36 - Plan de La Mothe

Date : avant 1837.

Localisation : Service Historique de l’Armée (SHD) à Vincennes. Cote : 1 M 1192, article 15, section 2, La Mothe, carton 7, pièce n°1 (document extrait du rapport de Mr de BEAUMONT auquel il était joint).

Plan manuscrit en couleur copié sur « le petit Beaulieu » (n° 28). Ce plan a été dessiné lors des levées de terrain effectués par la 5ème subdivision chargée d’établir la carte d’état-major de Mirecourt

Gravure de Ch. Demay

Cordillière

Véritable liqueur

La fontaine de fer

Elle est située près de

Le carré de La Mothe

Le registre des baptêmes de La Mothe

Le registre paroissial de La Mothe ne conserve aujourd'hui que les baptêmes pour la période du 28 mars 1641 au 8 septembre 1645.

 

Au début du XXe siècle, il débutait au 1er janvier 1641, mais le premier feuillet est aujourd'hui manquant. Nous en donnons la copie réalisée par Louis BOSSU en 1912. Son manuscrit est aujourd'hui conservé à la Bibliothèque municipale de Nancy sous ms 1580.

 

Roger DOUCHE a par ailleurs réalisé une synthèse alphabétique des baptêmes de La Mothe, et a bien voulu nous autoriser à la publier.

 

Télécharger :



Baptêmes de La Mothe en 01 et 02 1641

Table des baptêmes de la Mothe

Aperçu sur la population de La Mothe entre 1641 et 1645

Les confréries de La Mothe

Plusieurs confréries existaient à La Mothe :

 

  • La confrérie de l'Immaculée Cobception de la Vierge Marie, fondée en 1557, puis transférée à Outremécourt en 1667,
  • La confrérie du Saint-Sacrement, fondée le 14 avril 1619,
  • La confrérie Notre Dame, sous le titre du Saint-Rosaire, puis transférée à Outremécourt en .1674.

 

Sont conservés, dans le registre paroissial 'disparu" d'Outremécourt, les documents qui suivent. Le plus intéressant est le catalogue des membres de la confrérie de l'Immaculée Conception qui donne, pour la période 1557-1644, une longue liste de confrères et consoeurs.  

 

Louis BOSSU, originaire de Jainvillotte et passionné d’histoire locale, avait consulté ce registre en 1912 et avait fait une copie du « cathalogue » des membres de la confrérie de l'Immaculée Conception. Cette copie est à présent conservée à la bibliothèque Municipale de Nancy sous la cote Ms 1581.

 

Nous donnons pour chacun de ces documents la copie numérique.

 

La confrérie de l'Immaculée Conception de Notre-Dame 

 

  • Les statuts de la Confrérie de l'Immaculée Conception de la Mothe :
  • Les indulgences obtenues du pape Clément VIII par les membres de la Confrérie de l'Immaculée Conception de la Mothe :
  • Le « Roolle et cathalogue » des membres de la Confrérie de l'Immaculée Conception de la Mothe à compter de 1557 : 
  • La liste des paroissiens d'Outremécourt membres de la confrérie de 1667 à 1687 :

 

La confrérie de Notre-Dame sous le titre du Saint Rosaire

 

  • Les « Reigles et Statutz de la Confrairie de n(ot)re Dame soub le Tiltre du sacré Rosaire ordinaire et perpetuelle estably en Leglise de n(ot)re dame Jadis de la motthe, a present Doultremescourt pour y avoir été transferé par Monseigneur de Toul le cinqe mars 1674… » :
  • Le « Cathalogue des noms des freres et soeurs Receus dans la confrairie du sacré rosaire… » du 2 février 1675 jusqu’en 1749:

 

 

Télécharger :



Les statuts de la confrèrie de l'IC

Les indulgences des confrères de l'IC

Le catalogue des membres de l'IC

La confrérie de l'IC après 1674

La confrérie du Saint-Rosaire

Les registres paroissiaux d'Outremécourt

Aux  Archives départementales de Haute-Marne à Chaumont, sont aujourd’hui conservés, à compter de 1647, les registres paroissiaux d’Outremécourt.

 

Ils comportent les lacunes suivantes :

 

  • B 1670-1675, 1678-1684
  • M 1648-1664, 1678-1685
  • S 1648-1664, 1678-1685
  • BMS 1721-1730

 

La paroisse d’Outremécourt conservait autrefois un important registre, dans lequel avaient été reliés, sans logique précise :  

 

  • Les baptêmes de 1678 à 1690,
  • Les confirmations de 1678 à 1779,
  • Les mariages de 1678 à 1689, et la table des mariages de 1692 à 1776,
  • Les décès de 1678 à 1689,
  • Les actes de baptêmes, mariages et décès de 1720 à 1730, avec lacunes,
  • « L'Index memorabilium », soit la description de ce qui s'est passé de mémorable dans la paroisse d'Outremécourt de 1732 à 1776 (consécration de l'église, vérification des reliques...),

 

Le registre original appartenant à la commune d’Outremécourt est à présent conservé dans une collection particulière.


A l’intérieur, se trouve un courrier de l'abbé Liébaut, curé d'Outremécourt, daté du 27 septembre 1912, confirmant à Louis Bossu la possibilité de consulter ce registre.



Les baptêmes d'Outremécourt de 1678 à 1690

Les confirmés de 1678 à 1779

Les mariages de 1678 à 1689, et la table des mariages

Les décés de 1678 à 1689

L'obituaire de La Mothe

Aujourd'hui conservé aux Archives départementales de la Haute-Marne à Chaumont sous la cote 2 G 1178, ce registre recense les fondations de messes et d'anniversaires de décès, que l'on appelaient alors les "obit" (en latin : il est mort) sur la période 1617-1645. Le registre a ensuite été poursuivi par les curés d'Outremécourt.

 

Ce document est une mine de renseignements généalogiques sur les familles bourgeoises de La Mothe.

Bibliothèque

Nous donnons ici quelques liens vers des ouvrages anciens relatif à La Mothe ou au Bassigny :

 

  • MARCHAL Jules – « Description de la ville et forteresse de La Mothe : 1634, 1745, 1884 » in Revue de Champagne et de Brie, 1885-1886, tome XX, pp. 124-136, tome XXI, pp. 418-433, tome XXI, pp. 26-31.

 http://lamothe-bassigny.fr/client/document/description-de-la-ville_140.pdf

  • MARCHAL Jules – « Souvenirs du Bassigny  - Fragments détachés de l’histoire de La Mothe » RALLET-BIDEAUD, LANGRES, 1889.

 http://lamothe-bassigny.fr/client/document/souvenirs-du-bassigny_141.pdf

  • MARCHAL Jules – « La dernière délibération de la communauté de La Mothe » in Mémoires de la Société d’Archéologie Lorraine, tome XLIV1894, pp. 175-210.; Elle est consultable sur le site Gallica de la BnF.


Description de la ville....

Souvenirs du Bassigny

Les généalogies rédigées

 

 

Le généalogiste intéressé à la reconstitution d’une famille de La Mothe ou du Bassigny consultera tout d’abord les notes établies par le baron de l’Horme. Elles donnent des informations sur 2702 familles. Les notes originales sont conservées aux Archives départementales de Haute-Marne (sous la cote 22 J 1-10), et ont été publiées sur CD en 2005.

 

 

Si la famille recherchée est noble, le chercheur consultera d’abord le Nobiliaire de Lorraine de Dom Ambroise PELLETIER, publié à Nancy en 1758, puis éventuellement, avec prudence cependant car les généalogies fantaisistes abondent, les armoriaux et nobiliaires publiés au niveau national.

 

Nous nous limitons donc ici à lister, par ordre alphabétique des familles, les articles publiés dans des revues savantes locales. Pour chaque famille, les références sont classées par ordre chronologique, ce qui permet d’apprécier les emprunts successifs effectués aux ouvrages antérieurs, ou inversement, les informations apportées par des publications plus récentes.

 

Les abréviations suivantes sont utilisées :

            J. SAL : Journal de la Société d’Archéologie lorraine

            B. SAL : Bulletin mensuel de la Société d’Archéologie lorraine

            M. SAL : Mémoires de la Société d’Archéologie lorraine

            R. SAL : Revue Historique de la Lorraine et du Musée historique lorrain

            B. SHAL : Bulletin de la Société Historique et Archéologique de Langres

            A. SEV : Annales de la Société d’Emulation des Vosges

            M. SLSA Bar : Mémoires de la Société des Lettres, Sciences et Arts de Bar-le-Duc

 

Les revues de la Société d’Archéologie lorraine, de la Société d’Emulation des Vosges et de la Société des Lettres, Sciences et Arts de Bar-le-Duc  sont consultables sur Gallica, le site numérique de la Bibliothèque nationale de France. 

 

 

Télécharger la liste :



Généalogie des familles de La mothe

La population de La Mothe

 

Aperçu sur la population de La Mothe

 

Jules Marchal a, le premier, tenté une approche de la population de La Mothe, sur la base du registre des baptêmes [1]. Il conclut : « Je dois faire remarquer qu'en mars et avril 1644, par suite de la perte d'un feuillet, je n’ai pu constater exactement les naissances, mais les autres feuilles du registre comportant toutes de 16 à 22 actes par recto et verso, j'ai adopté le chiffre le plus faible pour le total de ces deux mois. Dans ce tableau, j'ai omis les trois naissances du commencement de juillet 1645 pour n'opérer que sur un semestre complet. Avec ce document officiel, il est facile de se rendre compte, avec une assez grande certitude de la population de la ville pendant les dernières années de son existence. Admettant, qu'à cette époque, le rapport de la population aux naissances était de 28,75, c'est-à-dire qu'on comptait une naissance par 28,75 habitants, on obtiendrait :

 

en 1641, 64 naissances, soit 1840 habitants

en 1642, 100 naissances, soit 2875 habitants

en 1643, 96 naissances, soit 2760 habitants

en 1644, 110 naissances, soit 3162 habitants,

en 1645, 118 naissances, soit 3392 habitants


La moyenne de ces cinq années donnerait une population de 2.850 habitants. Ce chiffre est certainement exagéré. On était alors dans une période de troubles et de guerre. La ville restituée au Duc de Lorraine ne cessait d'être en alarme et était tour à tour menacée par du Hallier, le comte de Grancey, Arnault et enfin par Magalotti. La garnison augmentait ou diminuait suivant le péril et faisait dominer la population civile par la population flottante. L'année 1641 pourrait seule donner un résultat à peu près normal et satisfaisant. En effet, la garnison française qui était peu nombreuse venait de quitter la ville, laissant la place aux troupes lorraines, d'abord une, puis deux compagnies. La plupart de ces soldats, il est vrai, étaient mariés et avaient leurs femmes avec eux. C'était donc un effectif de 4 à 500 étrangers. Ce nombre déduit nous aurions, à notre avis, le chiffre de la population réellement municipale qui aurait été de 1340 à 1440 habitants.

Des recensements indiquent qu'en 1600, il y avait 215 conduits ou ménages à La Mothe » [2].

 

Jules Marchal a trouvé, en l’abbé Liébaut, un contradicteur. Ce dernier estimait la population de la ville entre 3000 et 4000 habitants [3]. S’il étaie fortement son argumentation, elle ne nous paraît pas convaincante ; nous préférons en rester aux conclusions de Jules Marchal.

 

A noter que, contrairement aux villages environnants qui font l’objet de « dénombrements » réguliers, La Mothe, du fait de sa qualité de ville franche, n’a fait l’objet d’aucun recencement.

 

 

Les habitants de La Mothe

 

La population de La Mothe peut être classée en quatre groupes : les officiers ducaux en poste à La Mothe mais qui n’en sont pas originaires, la population civile, le clergé et les militaires.

 

 

  • Les officiers ducaux

 

Les officiers ducaux sont, pour les uns, titulaires d’une charge ou d’un office et, pour les autres, nommés par le duc. Certaines fonctions sont généralement confiées à des nobles, mais beaucoup sont exercées par des roturiers. Dès le XVIe siècle d’ailleurs, le duc semble faire plus confiance à des roturiers lettrés, qui s’avèrent être de fidèles serviteurs, espérant d’ailleurs l’anoblissement pour leur lignée en fin de carrière pour les remercier de leurs bons et loyaux sevices, plutôt qu’à des nobles rebelles et souvent peu lettrés.

 

Les officiers ducaux étaient parfois issus de la noblesse ou de la bourgeoisie locale, mais d’autres étaient originaires d’autres contrées lorraines et ne résidaient à La Mothe que le temps de leur affectation.

 

Les familles des officiers nobles ont été pour la plupart étudiées, et font l’objet de publications. Celles des membres de la bourgeoisie sont étudiées avec les autres familles de bourgeois.

 

Sources :

 

  • ADHM B 1-117 : les lettres patentes des ducs de Lorraine font l’objet d’un inventaire. Le lecteur y trouvera tant les lettres d’anoblissement que de nomination.

     

    Orientation bibliographiques :

     

  • DELCAMBRE E. Lettres patentes des ducs de Lorraine et de Barrois, 1473-1676 : inventaire sommaire sous forme d’index alphabétiques des personnes, lieux et matières, des lettres patentes des ducs René II à Charles IV. 1949-1963, 7 tomes.

  • PELLETIER (Dom) Ambroise. Nobiliaire ou armorial général de la Lorraine et du Barrois. Nancy, Thomas père & fils, 1758 (tome I contenant les annoblis seul paru). Le tome II contenant l’ancienne chevalerie est resté à l’état de manuscrit et est conservé à la Bibliothèque Nationale de Vienne (Autriche). Les deux tomes ont été réédités en fac simile, Paris, éditions du Palais Royal, 1974.

  • LEPAGE Henri. Les offices des duchés de Lorraine et de Bar, Mémoires de la Société d’Archéologie lorraine, 1869.

     

     

  • La population civile

 

Les bourgeois

 

La charte d’affranchissement de La Mothe, donnée par le comte de Bar Thiébaut II en juillet 1258, prévoyait la nomination d’un maire (ou mayeur) et de quatre échevins pour représenter la communauté. Elle se réunissait périodiquement pour gérer les affaires municipales, pour autant qu’elle ait préalablement demandé l’autorisation du bailli qui assistait aux réunions ou s’y faisait représenter. Les procès-verbaux des réunions citent les noms des bourgeois présents. On y retrouve très régulièrement les noms des familles les plus riches et les plus influentes, parmi lesquelles nombre de robins mais aussi de commerçants ou d’artisans aisés.

 

Les généalogies de ces familles sont les plus faciles à suivre. Les mentions sont nombreuses. D’une manière plus prosaïque, posons le postulat suivant : si la famille est aisée, et possède des biens immobiliers, on rencontrera des transactions immobilières, des tutelles, des inventaires après décès… . Dans le cas contraire, les mentions d’archives risquent de se limiter à des amendes, voire des condamnations.

 

Au sein de ces familles bourgeoises qui recherchaient l’élévation sociale, on relève bien sûr nombre de prêtres, mais aussi de fils effectuant des études de droit pour devenir avocat ou intégrer la magistrature.

 

Orientation bibliographique

 

  • LIÉBAUT A. Les notables, habitants et défenseurs de La Mothe. Nancy, Crépin-Leblond, 1912.

  • MARCHAL Jules. Souvenirs du Bassigny - Fragments détachés de l’histoire de La Mothe. Langres, Rallet-Bideaud, 1889. Cet ouvrage rassemble plusieurs études parues dans le Bulletin de la Société Historique et Archéologique de Langres, et notamment : I « Quelques monuments funéraires de l’église de La Mothe » pp. 5-24, VII « Défenseurs qui ont signé la capitulation de 1645 », pp. 39-46.

  • PALASI Philippe. Armorial historique et monumental de la Haute-Marne. Le Pythagore, Chaumont, 2004.

  • PELLETIER (Dom) Ambroise. Nobiliaire ou armorial général de la Lorraine et du Barrois. Nancy, Thomas père & fils, 1758 (tome I contenant les annoblis seul paru). Le tome II contenant l’ancienne chevalerie est resté à l’état de manuscrit et est conservé à la Bibliothèque Nationale de Vienne (Autriche). Les deux tomes ont été réédités en fac simile, Paris, éditions du Palais Royal, 1974, complétés d’une réédition de :

  • Collin de Paradis Félix. Nobiliaire de Lorraine et barrois ou dictionnaire des familles anoblies et de leurs alliances d’après l’armorial général de dom Pelletier, Nancy, 1878.

  • LEPAGE Henri et GEMMAIN Léon. Complément au nobiliaire de Lorraine de Dom PELLETIER, précédé d’une dissertation sur la noblesse et suivi de listes chronologiques et alphabétiques des anoblis depuis l’origine jusqu’en 1790, Nancy, Crépin-leblond, 1885. La liste des anoblis permet de connaître si une lettre patente conforte l’anoblissement.

  • LALLEMAND Paul. Table héraldique facilitant les recherches dans le nobiliaire de Lorraine (anoblis) de dom PELLETIER.

  • VILLA-SÉBLINE Nicole. La sénéchaussée de La Mothe et Bourmont des origines à 1645. Langres, Dominique GUENIOT, 2002, 269 pages. On y trouvera la liste des maires de La Mothe (pages 238-241) et de fondeurs de cloches (pages 244-246).

      

    Sources :

     

    Le chercheur pourra consulter :

     

    Aux ADHM :

  • Le registre de baptêmes de La Mothe [4],

  • L’obituaire de La Mothe : il répertorie les fondations de messes célébrées pour les anniversaires de décès. Il débute en 1617 [5].

  • Le registre des confrères et consoeurs de l’Immaculée Conception [6] : la confrérie accueillait les conjoints en couple, mais aussi les veuves et veufs et célibataires. Le registre conserve, à compter de 1557, l’inscription de 860 membres, dont 349 hommes et 511 femmes. Au total, sont rédigées 1001 mentions, 487 hommes et 514 femmes. Parfois est mentionnée la profession.

  • Le registre des délibérations de la communauté qui couvre la période allant du 14 juin 1642 au 23 mai 1645 (voir à cette date la dernière délibération et le vœu de la communauté, suivi des signatures) et les délibérations antérieures conservées dans les registres du bailliage [7],

  • Les tutelles, curatelles et inventaires[ 8] : une constitution de tutelle commence toujours par l’énumération de tous les membres du conseil de famille, le plus souvent avec leur lien de parenté aux mineurs, eux aussi ¨mentionnés avec généralement leur âge. Une tutelle permet de progresser de deux, voire trois générations. A noter par contre que les événements judiciaires liés à la vie de la tutelle sont relatés dans les registres du bailliage ou de la sénéchaussée, selon la compétence requise.

  • Les procès et actions en justice diverses, relatées dans les registres d’audiences.

  • Les notaires : les minutes concernant Bourmont et environs conservées en série 4 E ne sont pas antérieures à 1660, mais on y trouve dans les registres du bailliage des actes plus anciens.

  • Les registres des paroisses environnantes avant 1645 : on y trouve mentions de parrains et marraines « demeurant à La Mothe », ce qui permet de retrouver leur village d’origine.

  • La liste des réfugiés dans les villages environnants après 1645.. Elle a été reconstituée sur la base des registres du bailliage et de la sénéchaussée des années 1646 à 1648.

  • Les registres des paroisses environnantes après 1645 ; ils permettent parfois de faire le lien avec La Mothe des familles déplacées après 1645.

  • Les listes de bouchers et  boulangers cités dans les ordonnances du bailli sur le prix des denrées [9].

  • Les censes dues au chapitre [10].

  • Les notes manuscrites de Jules Marchal [11].

      

    Aux AD Meuse :

     

  • Les comptes des sénéchaux font état des recettes (amendes…), et dépenses (pensions, traitements…).

     

    Aux ADMM :

  • Le rôle des taverniers et cabaretiers de La Mothe en 1598[12].

  • Les notes manuscrites de Jules Marchal [13].

     

     

    - Orientation bibliographique :

     

  • Villa-Sébline Nicole. La sénéchaussée de La Mothe et Bourmont des origines à 1645. Langres, Dominique Gueniot, 2002, 269 pages. On y trouvera la liste des sénéchaux (pages 235-236), de leurs lieutenants (pages 236-237) et des capitaines et gouverneurs de La Mothe (pages 237-238), et plus généralement l’exposé des missions et prérogatives de chacun.

 

- Sources d’archives

 

  • Le registre de baptêmes de La Mothe [14].
  • Les registres du bailliage et de la sénéchaussée, ainsi que les comptes des sénéchaux donnent, registre après registre, les noms des titutaires en fonction et leurs actions.

 

 

  • Le clergé

 

Le clergé se compose :

  • des chanoines, au nombre de 10, des chapelains et des vicaires de la paroisse nommés par les chanoines : pour une part issus de la bourgeoisie locale, ils toujours cités collectivement (« messieurs les vénérables.. »), sauf dans le cas où la mention concerne leur intérêts familial propre. Il n’en existe donc pas de liste exhaustive.
  • Les religieux et religieuses : les couvents s’étant implantés tardivement à La Mothe, les informations sont globalement inexistantes en dehors de la Congrégation Notre-Dame.

Il y avait des Récollets, mais installés tardivement (après 1640).

 

 

  • Les militaires

 

Les officiers étaient le plus souvent originaires d’autres contrées et ne résidaient à La Mothe que le temps de leur affectation. Quelques-uns cependant étaient des fils de familles nobles des villages environnants.

 

Les soldats étaient par contre pour beaucoup originaires du Bassigny. Il est par contre difficile d’étudier leur généalogie car est rarement mentionné leur village d’origine. Qui plus est, nombre sont désignés par un surnom et leur patronyme restent inconnus. Quelques villages d'origine sont cependant précisé dans les rôles de constitution des régiments.

 

Lors des sièges, des compagnies de bourgeois furent établies [15].

 

 

Sources d’archives :

 

  • Le registre de baptêmes de La Mothe [16].

  • Les rôles de soldats [17].

     

     

    Orientation bibliographique :

     

  • Simonnet Jules. Relation des sièges et du blocus de La Mothe (1634-1642-1645), par Nicolas du Boys de Riocour, (ouvrage cité).

  • Chapellier Jean-Charles. « Les défenseurs de La Mothe – Notices historiques et biographiques » dans Annales de la Société d’Emulation des Vosges, XI, 1862, pp. 189-299, et Auguste Aubry, Paris, 1863.

  • Marchal Jules. Souvenirs du Bassigny - Fragments détachés de l’histoire de La Mothe. Langres, Rallet-Bideaud, 1889. Cet ouvrage rassemble plusieurs études parues dans le Bulletin de la Société Historique et Archéologique de Langres, et notamment : VII « Défenseurs qui ont signé la capitulation de 1645 », pp. 39-46.

Les prestations de serment de la garnison de la Mothe en dates des 15 novembre 1643 et 25 avril 1644, sont signées par respectivement 16 et 27 officiers [18].

 

 

 

[1]Marchal Jules. Souvenirs du Bassigny - Fragments détachés de l’histoire de La Mothe. Langres, Rallet-Bideaud, 1889. Cet ouvrage rassemble plusieurs études parues dans le Bulletin de la Société Historique et Archéologique de Langres, dont : X « Aperçu sur la population de La Mothe », pp. 56-59.

 

[2] Il est dommage que, sur ce dernier point, Jules Marchal n’ait pas cité sa source. Le brouillon préparatoire à cet article nous est conservé (ADMM Ms SAL 466) et est plus explicite : « en 1600, un rôle avait été dressé pour le paiement des frais des prédicateurs qui avaient annoncé la parole de Dieu au carême précédent. Personne n’était exempté de cette contribution, saufs quelques juifs et luthèriens allemands et étrangers, et chaque ménage devait sa quote-part. Or, il s’est trouvé dans la ville 215 conduits ou ménages, dont 47 conduits non entiers c’est-à-dire les veuves. En se basant sur ce rôle et comptant 5 habitants par conduit entier, et 4 seulement par conduit non entier, la population de La Mothe aurait du être de 1028 habitants en négligeant le petit nombre de ceux qui ne possédaient absolument rien et les personnes de cultes dissidents. ». Ceci étant, il semble bien qu’il faille rapprocher ce document prétendûment daté de l’an 1600 de celui conservé aux ADHM sous E dépôt 3054. S’y trouve un inventaire des lettres, titres et papiers produits par les habitants de La Mothe lors d'une procédure devant la Chambre des comptes du duché de Bar pour confirmation de ses privilèges. Or les pièces jointes, sous la plume de J. Rouyer et Brochard, semblent dater de 1574 et reprenne les mêmes informations que celles données par Jules Marchal.

 

[3] LIEBAUT (abbé). La Mothe, Ses sièges, sa destruction. 1ère éd, Nancy, Louis Kreis, 1896, 126 pages + plan dépliant, 2ème édition complétée, Nancy, A. Crépin-Leblond, 1904, 134 pages + plan dépliant.

 

[4] ADHM E dépôt 397 ou 5 Mi 374, et à présent disponible en ligne.

Roger Douche, dans Généalogie Lorraine, n° 120, juin 2001, en a dressé la table alphabétique.

 

[5] ADHM 2 G 1178.

 

[6] "Roole et cathalogue des devotz confrères et consoeurs de la Salutaire confrairie de la Sacrée conception de la Glorieuse et immaculée Vierge Marie… instituée en cette ville de la Mothe". L’original, emprunté à la paroisse d’Outremécourt, se trouve aujourd’hui dans une collection particulière, mais des copies circulent. Son examen est préférable à celui de la copie réalisée par Louis Bossu, conservée à la bibliothèque municipale de Nancy sous ms 1581, et qui comporte quelques omissions et erreurs de transcription.

Roger Douche, in Racines haut-marnaises n° 37, 1er trimestre 2001, pp. 28-31, et n° 40, 4ème trimestre 2001, pp. 9-10, en a dressé la table alphabétique.

 

[7] ADHM E dépôt 3054 chemise 25.

 

[8] B Bourmont 7 (inventaires et partages ac 1604), B Bourmont 15 (inventaires ac 1625), B Bourmont 53 (inventaires et tutelles ac 1568), B Bourmont 127 (inventaires ac 1575), B Bourmont 246 (inventaires et comptes de tutelles ac 1580). On peut également consulter les registres des villages environnants B Bourmont 21, 31, 37, 50, 60, 65, 78 ter, 97, 116, 150, 154, 155, 178, 197, 283, 320, 331. A noter que nombre de tutelles et d’inventaires n’ont pas été transcrites dans les registres « spécialisés » mais se trouvent dans les registres du baillage ou de la sénéchaussée.

 

[9] Par exemple B Bourmont 32, 97, 97 bis.

 

[10] ADHM B Bourmont 287/4 et 2 G 924.

 

[11] ADHM MF 414 1 à 6. Jules Marchal, juge de paix à Bourmont (1829-1895), a dépouillé l’ensemble des registres du bailliage et de la sénéchaussée, alors conservés à Bourmont, et a rédigé 6 tomes de notes de lecture qui constituent un inventaire détaillé de ces registres.

 

[12] ADMM 6 F 124/2

 

[13] A la mort de Jules Marchal en 1895, Alcide Marot hérita de ses notes de lecture. Une partie est aujourd’hui conservée aux ADHM, son histoire manuscrite de La Mothe aux ADV, et le solde aux ADHM, parmi les manuscrits de la Société d’Archéologie lorraine (notamment ADMM Ms SAL 400, 405, 424, 425,426, 427, 436, 443, 444, 459, 463, 486/1, 486/2 et suivants).

 

[14] Roger Douche, dans Généalogie Lorraine, n° 120 , juin 2001, en a dressé la table alphabétique.

 

[15] Voir la relation des sièges de Nicolas du Boys de Riocour.

 

[16] Roger Douche, in Généalogie Lorraine, n° 120 , juin 2001, en a dressé la table alphabétique.

 

[17]ADMM B 1379 et 1401 : deux rôles des soldats de la compagnie de monsieur Diche, des 7 mai 1615 et 14 novembre 1618. Ces deux rôles donnent les noms, âges, couleur de barbe des soldats, souvent leur village d’origine et parfois même le nom de leur père. La très grande majorité des soldats est originaire des villages de la sénéchaussée de la Mothe ; et éventuellement ADMM B 1387 (« Rolle des soldats de la compagnie de Monsieur de Haraucourt » contrôlée le 12 août 1617) et ADMM B 1388 et B 1450 (notamment la Compagnie du Sr de Tantonville tenant garnison à La Mothe en 1625).

 

[18]Journal de la Société d’archéologie lorraine, 1862, pp.144-146).

 



"Le Musée lorrain sort de son palais"

Dans le cadre des festivités du 250e anniversaire du rattachement de la Lorraine et du Barrois à la France,  a été célébré, en l'église d'Outremécourt, le retour à La Mothe de la croix reliquaire d'Antoine Sarazin de Germainvilliers, défenseur de la ville au cours du siège de 1645.

 

Le programme de l'après-midi était le suivant :

 

14 H 45 –Accueil à l’église d’Outremécourt (52)

 

15 H 00 – L'église d'Outremécourt

par Jean Charles, secrétaire de l’Association pour la Mothe.

 

15 H 40 – « Par ce signe tu vaincras ». Le retour à La Mothe de la croix reliquaire d'Antoine Sarazin

par Pierre-Hippolyte Pénet, conservateur du patrimoine au musée Lorrain

 

16 H 20 – Présentation de la croix-reliquaire

 

16 H 45 – Pot de l’amitié

 

17 H 30 – Visite de la forteresse de la Mothe

 

Prés de 150 personnes ont asisté à la manifestation.

 

Un compte-rendu détaillé de la manifestation, ainsi que la synthèse de l'exposé de Pierre Hippolyte Penet, seront publiés dans le n° 8 des Cahiers de La Mothe, à paraître en août 2016.

 

Télécharger l'affiche de la manifestation :

.52-affiche-manifestation_1 ... jpg



 

 

 

Régulièrement convoquée par courrier en date du 15 mars 2016, l’Association a tenu samedi 30 avril 2016 à 10 H, en la salle des fêtes de Soulaucourt, son Assemblée Générale annuelle.

Le président François DEPINAL ouvrit la séance en remerciant de leur présence MM. Luc GERECKE, vice-président du Conseil départemental des Vosges, Conseiller départemental du canton de Vittel et maire de Contrexéville, Gilles GODARD, maire d’Orquevaux, président de la commission « tourisme, culture et patrimoine » de la Communauté de Communes de Bourmont-Breuvannes-Saint-Blin, François CHAPITEL, maire de Soulaucourt qui prête gracieusement la salle de réunion, Daniel MAULBON, maire d’Outremécourt, André DEGUIS, ancien conseiller général du canton de Bourmont, ainsi que tous les participants. Il excusa Fabienne SCHOLLHAMMER, conseiller départemental du canton de Bourmont.

Il fit circuler la liste d’émargement : 29 participants y assistaient, 27 membres avaient donné pouvoir. Les membres à jour de cotisation étant au nombre de 48, le président constata que le quorum était largement atteint, et que l’assemblée pouvait donc valablement délibérer.

 

I – Rapport moral et d’activité du président

François DEPINAL présenta tout d’abord le rapport moral et d’activité de l’année 2015. L’exercice a été particulièrement riche en réalisations de toute nature.

 

1.1 - La signalétique du site

Après une longue phase de gestation, le plan de financement a été bouclé, ce qui a permis de finaliser la conception des panneaux et du dépliant de visite, et de lancer la fabrication des panneaux. Ils ont été livrés au printemps, ce qui a permis leur pose avant l’été. Les visiteurs disposent à présent d’une signalétique digne de ce nom. François DEPINAL détaille le coût des travaux et les subventions qui les ont rendus possible. Ils sont rappelés dans le bilan annexé au présent PV.

En complément de la signalétique, a été conçu un dépliant de visite, qui répond à une double motivation :

  • être diffusé largement auprès des offices du tourisme de la région pour faire connaitre le site et attirer les visiteurs,
  • permettre au visiteur de préparer sa visite grâce à la partie « historique », puis l’accompagner sur le site grâce au plan, qui lui permet d’y retrouver ensuite les panneaux de la signalétique.

 

1.2 - La publication du n°7 des Cahiers de La Mothe

Le n°7 des Cahiers de la Mothe est sorti fin juin des presses de l’Imprimerie BIALEC à Nancy, à temps pour être présenté à la fête de La Mothe. La revue est appréciée. Elle est l’occasion de toucher, dans toute la France, des personnes originaires du Bassigny et heureuses de renouer avec leurs racines. Elle est rendue possible grâce au subventionnement de la Région Lorraine.

 

1.3 La rencontre avec la DRAC

En 2015, la DRAC nous a informé que ses subventions étaient désormais réservées aux maitres d’ouvrages propriétaires des lieux, donc aux deux communes d’Outremécourt et Soulaucourt. Le rôle de l’Association se limite donc à une simple assistance à maitrise d’ouvrage, autrement dit à une aide dans le montage des dossiers, et éventuellement  à un accompagnement financier du projet, notamment par exemple en apportant son écot au plan de financement ou en contribuant au succès d’une souscription par l’intermédiaire de la Fondation du Patrimoine.

Votre Association a donc souhaité réunir sur le site tous les acteurs concernés. Cette rencontre a eu lieu le 29 janvier 2016. Y participaient Mmes & MM. Jonathan TRUILLET, conservateur général des Monuments historiques, Pauline LANGLAIT, technicien du patrimoine chargée de la Haute-Marne, Arnaud DESCHAMPS, directeur du STAP de la Haute-Marne à Chaumont, Gilles GODARD, représentant la communauté de communes, François CHAPITEL, maire de Soulaucourt, et des représentants de l’Association.

Tous se rendirent au bastion saint-Nicolas, avec retour par le monument. Les préconisations de la DRAC sont consignées dans un courrier signé de monsieur TRUILLET, que François DEPINAL lut aux participants. Des études détaillées s’avèrent nécessaires avant la prise de toute décision. Des préconisations de sécurité sont par ailleurs largement détaillées.

Sur le chemin du retour, le groupe s’est arrêté devant le monument, pour connaitre les prescriptions de la DRAC relatives à sa rénovation. Des recommandations verbales y furent effectuées, qui devaient faire l’objet d’un courrier de confirmation de la part du STAP de Haute-Marne. François CHAPITEL intervient alors pour préciser qu’il reste dans l’attente d’une réponse du STAP.

 

1.4 - L’entretien du site

Robert CHEVALLIER rappela les actions entreprises, comme chaque année, pour assurer le fauchage du site : l’intervention de François CHAPITEL et de l’ouvrier communal de Soulaucourt, des brigades rurales et la participation des jeunes de l’IME de Neufchâteau. Le président DEPINAL les remercia de leur implication.

 

1.5 - La fête de La Mothe

François DEPINAL passa la parole à François CHAPITEL et Pierre AMOURIQ, président et trésorier des « Chemins du Mouzon », organisateur de la manifestation. La traditionnelle fête de La Mothe a eu lieu le 23 août 2015, mais n’a pas été favorisée par la météo. La matinée fut consacrée aux visites guidées et aux échanges généalogiques. Après le traditionnel repas lorrain sous chapiteau, place au spectacle. En fin d’après-midi et en soirée, le traditionnel barbecue et le feu d’artifice clôturèrent la journée.

 

1.6 - Les visites guidées

Robert CHEVALLIER et Fabrice FONTAINE ont effectué sur le site des visites guidées à destination de groupes ou d’écoles. Le Président les remercia chaleureusement.

 

1.7 Le site internet

Pour un problème technique, l’Association a dû changer le nom de domaine du site de www.la-mothe.eu en www.lamothe-bassigny.fr. Des autocollants, avec le fond de page du dépliant, ont été fabriqué pour actualiser discrètement les dépliants de visite. Le site est aujourd’hui globalement achevé. Sa consultation est régulière, puisque le nouveau nom de domaine est passé en quelques mois de l’anonymat à la seconde place du référencement Google, juste derrière Wikipedia. Reste à y présenter les photos des fêtes passées et si possible la vidéo de l’interview de Fabrice FONTAINE.

N’hésitez-pas à proposer vos fichiers, et à faire part de toutes remarques, corrections, etc… en écrivant à redaction@la-mothe.eu. Il en est de même pour le fichier des cartes postales et documents. Nous recherchons notamment des photos anciennes, et plus généralement, tout document ancien relatif à l’histoire de La Mothe.

Mis au vote, le rapport d’activité est approuvé à l’unanimité.

 

II – Rapport financier

Le trésorier Pierre AMOURIQ présenta ensuite les comptes de l’association pour 2015, selon document annexé au présent procès-verbal. Le total des recettes s’est élevé à 41.042,44 €, celui des dépenses à 46.270,53 €, dégageant un résultat déficitaire de 5.228,09€, généré par l’autofinancement de la signalétique du site. La trésorerie reste, au 31/12/2015, excédentaire de 17.404,56 €. Grâce à la déductibilité fiscale des cotisations et dons, le total de ces deux postes a atteint 3.426,84 € en 2015, contre 2.493 € en 2014. Le président DEPINAL félicita les généreux donateurs, et les incita à poursuivre leur geste en 2016.

Micheline LAURENT, reviseur aux comptes, lut ensuite son rapport reconnaissant l’exactitude et la sincérité des comptes.

Le président DEPINAL remercia Pierre AMOURIQ de sa présentation des comptes, et Micheline LAURENT de son rapport. Il proposa alors à l’assemblée de donner quitus au trésorier, ce qu’elle fit à l’unanimité.

 

III – Le renouvellement partiel du Conseil d’Administration

Les statuts de l’Association prévoient le renouvellement des membres du Conseil d’Administration par tiers tous les deux ans.

Sont sortants : Robert CHEVALLIER, François DEPINAL, Micheline LAURENT et Marcel PETIT. François BERGER ne souhaite par ailleurs plus se représenter. Cinq postes sont donc proposés au vote.

Les quatre membres sortants sollicitent le renouvellement de leur mandat. Jean-Marie SALZARD fait par ailleurs acte de candidature. Tous sont élus à l’unanimité.

 

IV - Les projets pour 2016

Le président DEPINAL présenta ensuite les projets pour l’exercice 2016.

 

3.1 - Les Cahiers de La Mothe

Le 7ème numéro est en phase de finalisation. Il sera de bonne tenue. Le nombre de rédacteurs se maintient. L’Assemblée décide de poursuivre la publication en 2017, et autorise le Président à formuler une demande de subvention auprès de la Région Grand-Est.

 

3.2 - L’entretien du site

François CHAPITEL et Robert CHEVALLIER acceptent de poursuivre l’entretien du site et d’assurer la coordination des intervenants. Sont ensuite évoqués les travaux à faire au chalet. Il est décidé de remplacer la fenêtre cassée par les vandales. Pierre AMOURIQ s’en occupera.

 

3.3 - Les visites guidées du site

Robert CHEVALLIER et Fabrice FONTAINE acceptent de poursuivre les visites guidées, et Jean ROGUE ses permanences sur le site. Plusieurs visites sont programmées pour cet été. Le Président les remercia de leur implication.

 

3.4 - Les chantiers de jeunes

Comme chaque année, Marcel PETIT accepte d’assurer la maitrise d’un chantier avec des jeunes de l’IMP de Neufchâteau. Un des travaux envisagés est la réfection des marches descendant au bastion saint-Nicolas. La venue d’une troupe de scouts est également envisagée.

 

3.5- La fête de La Mothe 2016

La fête de La Mothe 2016 aura lieu, comme chaque année, le 3ème dimanche d’août, donc le 21 août. Le programme est en cours d’élaboration.

 

V - Questions diverses

  • Fête médiévale à Chaumont les 11 et 12 juin 2016

Pierre AMOURIQ présente ces festivités, qui se tiendront le samedi de 11 H à 23 H, et le dimanche de 11 H à 18 H 30, et annonce qu’il y tiendra un stand avec Fabrice FONTAINE et Dominique BRICARD. Toutes les bonnes volontés sont invitées à se joindre à eux.

 

  • Salon vosgien du livre à Dompaire le 4 septembre 2016

Ce salon, organisé par la Fédération des Sociétés Savantes des Vosges, dont l’association pour La Mothe est membre, aura lieu le 4 septembre 2016 à Dompaire (88). Il offre l’occasion, outre de vendre nos ouvrages et publications, de rencontrer tous les acteurs œuvrant sur le patrimoine vosgien. Les personnes intéressées à participer à la tenue du stand de l’association voudront bien se faire connaitre.

 

L’ordre du jour étant épuisé, François DEPINAL remercie les membres de l’association pour leur implication dans les différentes actions. Il donne ensuite la parole à Luc GERECKE, qui confirme l’intérêt qu’il porte au site et à l’association, puis à Gilles GODARD, qui expose notamment les modalités de fusion de la Comcom Bourmont-Breuvannes-Saint-Blin avec celle de ANDELOT, prévue au 1er janvier 2017. Restera alors à définir la délégation de compétence relative au tourisme (et donc entre autres à La Mothe) par les communes à la Comcom.

 

Le président donne ensuite la parole aux membres présents, puis clôt la séance, et l’Assemblée se termine sur le traditionnel verre de l’amitié.

 

                                                                                 

Le président : François DEPINAL                 Le secrétaire : Jean CHARLES

 

L'entrée de la porte souterraine avant 1967

Pour permettre de laisser entrer une mini-pelle afin de dégager les déblais qui encombraient la porte souterraine, fut partiellement détruit, vers 1967, le mur construit en 1589-90 qui barrait l'accès à l'ancien porte souterraine (qui fut alors transformée en casemate d'artillerie).

Le bastion Saint-Nicolas en juillet 1955

le

La porte souterraine en juillet 1955

 

Régulièrement convoquée par courrier en date du 5 avril 2017, l’Association a tenu samedi 12 mai 2017 à 10 H, en la salle des fêtes de Soulaucourt, son Assemblée Générale annuelle.

 

Le président François DEPINAL ouvrit la séance en excusant Madame Fabienne SCHOLLHAMMER, conseiller départemental du canton de Bourmont, et MM. Luc GERECKE, vice-président du Conseil départemental des Vosges, Conseiller départemental du canton de Vittel et maire de Contrexéville, Gilles GODARD, maire d’Orquevaux, président de la commission tourisme, culture et patrimoine de la Communauté de Communes Meuse et Rognon, et Daniel MAULBON, maire d’Outremécourt. Il accueillit François CHAPITEL, maire de Soulaucourt qui prête gracieusement la salle de réunion, et André DEGUIS, ancien conseiller général du canton de Bourmont, ainsi que tous les participants.

 

Il fit circuler la liste d’émargement : 23 participants y assistaient, 32 membres avaient donné pouvoir. Les membres à jour de cotisation étant au nombre de 48, le président constata que le quorum était largement atteint, et que l’assemblée pouvait donc valablement délibérer.

 

 

I – Rapport moral et d’activité du président

 

François DEPINAL présenta tout d’abord le rapport moral et d’activité de l’année 2016.

 

1.1 - La publication du n°8 des Cahiers de La Mothe

 

Le n°8 des Cahiers de la Mothe est sorti fin juin des presses de l’Imprimerie BIALEC à Nancy, à temps pour être présenté à la fête de La Mothe. La revue est appréciée. Elle est l’occasion de toucher, dans toute la France, des personnes originaires du Bassigny et heureuses de renouer avec leurs racines. Elle est rendue possible grâce au subventionnement de la Région Lorraine.

 

1.2 Les prémices de la restauration du bastion saint-Nicolas

 

En 2015, la DRAC nous a informé que ses subventions étaient désormais réservées aux maîtres d’ouvrages propriétaires des lieux, donc aux deux communes d’Outremécourt et Soulaucourt. Le rôle de l’Association se limite donc à une simple assistance à maîtrise d’ouvrage, autrement dit à une aide dans le montage des dossiers, et éventuellement  à un accompagnement financier du projet, notamment par exemple en apportant son écot au plan de financement ou en contribuant au succès d’une souscription par l’intermédiaire de la Fondation du Patrimoine.

 

Votre Association a donc souhaité réunir sur le site tous les acteurs concernés. Cette rencontre a eu lieu le 29 janvier 2016. Y participaient Mmes & MM. Jonathan TRUILLET, conservateur général des Monuments historiques, Pauline LANGLAIT, technicien du patrimoine chargée de la Haute-Marne, Arnaud DESCHAMPS, directeur du STAP de la Haute-Marne à Chaumont, Gilles GODARD, représentant la communauté de communes, François CHAPITEL, maire de Soulaucourt, et des représentants de l’Association.

 

Tous se rendirent au bastion saint-Nicolas. Les préconisations de la DRAC sont consignées dans un courrier en date du 15 février 2016, signé de monsieur TRUILLET, que François DEPINAL lut aux participants. Des études détaillées s’avèrent nécessaires avant la prise de toute décision. Des préconisations de sécurité sont par ailleurs largement détaillées.

 

Sur le chemin du retour, le groupe s’est arrêté devant le monument, pour connaître les prescriptions de la DRAC relatives à sa rénovation.

 

Depuis, le dossier est resté en l’état. Arnaud DESCHAMPS, chef de l’UDAP de Haute-Marne, et Pauline Langlait, de la DRAC à Châlons-en-Champagne, ont relancé la Comcom et la mairie de Soulaucourt, respectivement en date des 4 et 5 mai 2017.

 

1.3 - L’entretien du site

 

Robert CHEVALLIER rappela les actions entreprises, comme chaque année, pour assurer le fauchage du site, l’intervention de François CHAPITEL et des brigades vertes. Le président DEPINAL les remercia de leur implication.

 

1.4 - La fête de La Mothe

 

Pierre AMOURIQ, au nom de l’association« Les Chemins du Mouzon », organisateur de la manifestation, rappela que la traditionnelle fête de La Mothe a eu lieu le 21 août 2016, mais n’a pas été favorisée par la météo. Le bar n’a notamment pas connu son succès habituel. La matinée fut consacrée aux visites guidées et aux échanges généalogiques. Après le traditionnel repas lorrain sous chapiteau, place au spectacle. En fin d’après-midi et en soirée, le traditionnel barbecue et le feu d’artifice clôturèrent la journée.

 

1.5 - Les visites guidées

 

Robert CHEVALLIER et Fabrice FONTAINE ont effectué sur le site des visites guidées à destination de groupes ou d’écoles. Le Président les remercia chaleureusement.

 

 

II – Rapport financier

 

Le trésorier Pierre AMOURIQ présenta ensuite les comptes de l’association pour 2016, selon document annexé au présent procès-verbal. Le total des recettes s’est élevé à 9.540,43 €, celui des dépenses à 12.253,62 €, dégageant un résultat déficitaire de 2.713,19 €. La trésorerie reste, au 31/12/2016, excédentaire de 14.691,37€. Grâce à la déductibilité fiscale des cotisations et dons, le total de ces deux postes a atteint en 2016 4.020,00 €, contre 3.426,84 € en 2015 et2.493 € en 2014. Le président DEPINAL félicita les généreux donateurs, et les incita à poursuivre leur geste en 2017.

 

Micheline LAURENT, reviseur aux comptes, lut ensuite son rapport reconnaissant l’exactitude et la sincérité des comptes.

 

Le président DEPINAL remercia Pierre AMOURIQ de sa présentation des comptes, et Micheline LAURENT de son rapport. Il proposa alors à l’assemblée de donner quitus au trésorier, ce qu’elle fit à l’unanimité.

 

 

III - Les projets pour 2017

 

Le président DEPINAL présenta ensuite les projets pour l’exercice 2017.

 

3.1 - Les Cahiers de La Mothe

 

Le 9ème numéro est en phase de finalisation. Il sera de bonne tenue. Le nombre de rédacteurs se maintient. L’Assemblée décide de poursuivre la publication en 2018, et autorise le Président à formuler une demande de subvention auprès de la Région Grand-Est.

 

3.2 - L’entretien du site

 

François CHAPITEL et Robert CHEVALLIER acceptent de poursuivre l’entretien du site et d’assurer la coordination des intervenants. Sont ensuite évoqués les travaux à faire au chalet. Il est décidé de remplacer les fenêtres cassées par des vandales. Pierre AMOURIQ s’en occupera.

 

3.3 - Les visites guidées du site

 

Robert CHEVALLIER et Fabrice FONTAINE acceptent de poursuivre les visites guidées, et Jean ROGUE ses permanences sur le site. Le Président les remercia de leur implication.

 

3.4 - Les chantiers de jeunes

 

Comme chaque année, Marcel PETIT accepte d’assurer la maîtrise d’un chantier avec des jeunes de l’IMP de Neufchâteau.. La venue d’une troupe de scouts est également envisagée.

 

3.5- La fête de La Mothe 2017

 

Traditionnellement, les Amis de l’abbaye de Morimond organisent leur fête annuelle le 3ème dimanche d’août, dimanche le plus proche du 20 août, jour de la fête de Saint-Bernard. Cette année, c’est une date tout à fait importante pour l’association puisqu’elle fête le 900e anniversaire de la fondation de l’abbaye. Elle organise donc sur le site de l’ancienne abbaye, les samedi 19 et dimanche 20 août, deux journées festives. L’Association pour La Mothe s’est associée à cette manifestation et y tiendra son stand habituel. Les Cahiers de La Mothe 2017 y seront présentés. Ce sera pour notre Association l’occasion de toucher un nouveau public.

 

Pierre AMOURIQ est mandaté pour vérifier que notre stand permettra d’accueillir les panneaux présentant les généalogies des familles de la Mothe, et que les grilles nécessaires sont bien réservées.

 

Les membres de l’Association sont pressentis pour tenir, à tour de rôle, le stand. Ils peuvent se signaler dès à présent auprès du Président.

 

Est ensuite évoquée le devenir de la fête annuelle. Il apparaît que l’association des « Chemins du Mouzon » n’a pas encore adopté une position claire sur cette question.

 

3.6 - La restauration du monument

 

François DEPINAL passe la parole à François CHAPITEL, qui expose alors ses discussions avec le Service départemental de l’Architecture, dont il lit un courrier en date du 6 décembre 2016, précisant que « la banquette maçonnée située au pied de la colonne présente de nombreuses désagrégations. Au regard des photographies anciennes du site, le monument était à l'origine encadré d'un parterre fleuri, auquel a succédé un dispositif en dallage de pierres de faible épaisseur. Ce dernier revêtement, très étanche et rigide, peu compatible avec les conditions de préservation à long terme en empêchant la libre évaporation de l'humidité ambiante des sols, s'est peu à peu déformé jusqu'à sa dégradation.

il convient aujourd'hui de proposer un dispositif permettant les libres échanges gazeux de vapeur d'eau, mais aussi la préservation de la colonne ainsi que sa mise à distance.

Aussi, un retour à une plate-bande végétalisée périphérique permettrait d'assurer convenablement ces exigences.

A défaut, un dallage périphérique en pierre calcaire (une remise à niveau du sol apparaît indispensable) d'épaisseur minimale de 8 cm et hourdées au mortier de chaux et sable (ciment proscrit) pourrait être une alternative envisageable.

Quant au monument en lui-même, un hydrogommage (pression inférieure à 3 bars) et un traitement à l'ammonium quaternaire avant reprise des jointoiements au mortier de chaux et sable (ciment proscrit) lui offriront un nettoyage qualitatif ».

 

François CHAPITEL informe alors l’Assemblée que les deux maçons pressentis ont refusé d’intervenir dans ces conditions, jugeant un encadrement en béton, éventuellement armé, indispensable. Est-ce cependant incompatible avec une finition par un dallage de pierre calcaire hourdées au mortier de chaux et sable, ainsi que souhaité par la DRAC ?

 

En tout état de cause, il serait opportun de trancher rapidement, la base du monument poursuivant inexorablement sa dégradation.

 

 

3.7 - La restauration du bastion saint – Nicolas

 

La commune de Soulaucourt, seule habilitée à assurer la maîtrise d’ouvrage du projet, n’a jusqu’à présent apporté aucune réponse au courrier de la DRAC proposant la mise en place d’une AMO (aide à maîtrise d’ouvrage) ou demande de devis de maîtrise d’œuvre.

 

En séance, François CHAPITEL informe l’Assemblée qu’il ne donnera jamais son accord à cette restauration, car il considère préférable de concentrer les moyens sur la porte de Soulaucourt (ou porte de France) dont les parements latéraux s’effondrent de plus en plus, et qui est quand même l’impression première que laisse le site aux visiteurs. Un long débat s’ensuit, sans conclusion cependant.

 

Il souhaite par ailleurs que la compétence culturelle de la Comcom soit étendue à La Mothe, ainsi qu’il en a été pour le château de Lafauche.

 

 

V - Questions diverses

 

  • Salon vosgien du livre à Dompaire le 3 septembre 2017

 

Ce salon, organisé par la Fédération des Sociétés Savantes des Vosges, dont l’association pour La Mothe est membre, aura lieu le 3 septembre 2017 à Dompaire (88). Il offre l’occasion, outre de vendre nos ouvrages et publications, de rencontrer tous les acteurs œuvrant sur le patrimoine vosgien. François DEPINAL accepte de tenir le stand en matinée, et Lucette HUSSON l’après-midi. Jean-François MICHEL propose que notre stand soit contigu à celui de Saône-Lorraine, ce qui facilitera la tenue du stand, notamment à l’heure du repas. Reste néanmoins qu’il est fortement souhaitable que le stand soit en permanence tenu par deux personnes. Les personnes acceptant de participer à la tenue du stand de l’association voudront bien se faire connaître auprès du président.

 

  • Les Journées d’études vosgiennes les 12, 13, 14 et 15 octobre 2017

 

Jean-François MICHEL présente le programme de ces Journées, qui seront détaillées sur le site internet de notre Association dès qu’il sera définitivement arrêté.

La synthèse du programme est la suivante :

 

-       Jeudi 12 après-midi : À La Marche des Leuques, de la Lorraine et du Barrois

-       Vendredi 13 matin : Un chef-lieu de bailliage au XVIIIe siècle

-       Vendredi 13 après-midi : Visites du pays de Lamarche Expositions aux halles

-       Samedi 14 matin : Un canton rural

-       Samedi 14 après-midi : Le canton de Lamarche et les conflits

-       Dimanche 15 matin : Le thermalisme à Martigny-les-Bains,

-       Dimanche 15 après-midi : Ruralité et nouveau territoire

 

 

L’ordre du jour étant épuisé, François DEPINAL remercie les membres de l’association pour leur implication dans les différentes actions. Il donne ensuite la parole aux membres présents, puis clôt la séance, et l’Assemblée se termine sur le traditionnel verre de l’amitié.

 

 

 

 

                                        Le président : François DEPINAL                                    Le secrétaire : Jean CHARLES

 

La Mothe sur Radio-France

Jeudi 6 septembre, a été diffusé sur Radio-France Diffusion, un intéressant reportage sur la cité de La Mothe.
 

 La Fabrique de l’Histoire :

 

CI-GÎT LA MOTHE (1258-1645)

L’anéantissement d’une ville lorraine durant la guerre de Trente ans

 

Ce documentaire d’Olivier Chaumelle  est réalisé par Marie-Laure Ciboulet

Prise de son : Florent Layani et Éric Boisset

 

Avec la participation de Robert Chevallier, guide bénévole - Gilles Laporte, écrivain, auteur de Les dernières violettes de La Mothe aux éditions Eska - François Dépinal, président de l’Association pour La Mothe - Fabrice Fontaine, historien - Laurent Jalabert, historien, maître de conférence à l’Université de Lorraine

Textes lus par Hélène Lausseur

 

Pour l'écouter :

 

https://www.franceculture.fr/emissions/la-fabrique-de-lhistoire/histoire-de-la-guerre-de-trente-ans-1618-1648-44-ci-git-la-mothe-1258-1645-laneantissement-dune

 

Compte-rendu de l'Assemblée Générale du 6 avril 2019

Procès-verbal de l’Assemblée Générale

de l’Association pour La Mothe

en date du 6 avril 2019

 

______

 

 

Régulièrement convoquée par courrier en date du 10 mars 2019, l’Association a tenu samedi 6 avril 2019 à 10 H 30, en la salle des fêtes de Soulaucourt, son Assemblée Générale annuelle.

 

Le président François Dépinal ouvrit la séance en remerciant monsieur François Chapitel, maire de Soulaucourt, qui prête et chauffe gracieusement la salle, puis en accueillant monsieur Jonathan Haselwander, maire de Bourmont, Vice-président de la Communauté de Communes Meuse et Rognon en charge du tourisme, de la culture et du patrimoine.

 

Il excusa ensuite messieurs Luc Gerecke, vice-président du Conseil départemental des Vosges, conseiller départemental du canton de Bulgnéville et maire de Contrexéville, et André Deguis. Il remercia enfin de leur présence les membres de l’Association qui ont fait le déplacement.

 

Il fit ensuite circuler la liste d’émargement : 19 participants sont présents, 28 membres ont donné pouvoir. Les membres à jour de cotisation en 2018 étant au nombre de 64, le président constata que le quorum était largement atteint, et que l’assemblée pouvait donc valablement délibérer.

 

 

I – Rapport moral et d’activité du président

 

François Dépinal présenta tout d’abord le rapport moral et d’activité de l’année 2018.

 

1.1 – Les manifestations

 

Il n’y a pas eu de fête de la Mothe en 2019, mais l’Association pour La Mothe a participé à la fête médiévale de Montsaugeon, qui a connu un grand succès. Notre Association y tenait un stand, conjointement avec la SHAB et les Amis de Morimond. Ce fut pour notre Association l’occasion de toucher un nouveau public.

 

Pour les Journées du patrimoine, notre Association était présente sur le site de la Mothe où elle a organisé des visites guidées. Suite à l’intervention de Christine Le Maréchal, proposant de favoriser les synergies avec Bourmont et Morimond, Jonathan Haselwander précise qu’un flyer commun pourrait être réalisé l’an prochain.

 

1.2 - La publication du n°10 des Cahiers de La Mothe

 

Le n°10 des Cahiers de la Mothe est sorti fin juin des presses de l’Imprimerie BIALEC à Nancy, à temps pour être présenté lors des festivités de Montsaugeon. La revue est l’occasion de toucher, dans toute la France, des personnes originaires du Bassigny et heureuses de renouer avec leurs racines. Elle est rendue possible grâce au subventionnement de la Région Grand-Est.

 

1.3 - L’entretien du site

 

François Dépinal rappela les actions entreprises, notamment par la commune de Soulaucourt, les jeunes de l’IMP de Neufchâteau et Robert Chevallier. Il remercia l’ensemble des participants pour leur implication.

 

1.4 - Les visites guidées

 

Robert Chevallier et Fabrice Fontaine ont, comme chaque année, effectué sur le site des visites guidées à destination de groupes ou d’écoles. Le Président les remercia chaleureusement.

 

 

II – Rapports financiers

 

Le trésorier Pierre Amouriq présenta ensuite les comptes de l’association pour 2018, selon document annexé au présent procès-verbal. Le total des recettes s’élève à 10.501,18 €, celui des dépenses à 10.486,40 €. La trésorerie reste, au 31/12/2018, excédentaire de 12.984,46 €. Grâce à la déductibilité fiscale des cotisations et dons des membres, le total de ces deux postes a atteint en 2018 3.820 €.

 

Michel Willaume, reviseur aux comptes, lut ensuite son rapport reconnaissant l’exactitude et la sincérité des comptes. Il exposa ensuite les préconisations envisagées avec le trésorier pour améliorer encore la présentation des comptes.

 

Le président Dépinal remercia Pierre Amouriq de sa présentation des comptes, et Michel Willaume de son rapport. Il proposa alors à l’assemblée de leur donner quitus, ce qu’elle fit à l’unanimité.

 

 

III - Les projets pour 2019

 

Le président Dépinal présenta ensuite les projets pour l’exercice 2019.

 

3.1 – Les manifestations

 

L’Assemblée valide la proposition de renouveler l’opération « Journée du Patrimoine », à l’instar de l’an passé.

 

3.2  – Les travaux de restauration des vestiges

 

Sur proposition de François Dépinal, Jonathan Haselwander rappelle les modalités de transfert de la « compétence La Mothe » à la Communauté des Communes Meuse et Rognon. Après un vote favorable au transfert par les conseils municipaux des deux communes d’Outremécourt et de Soulaucourt, le dossier a été pris en charge par la Commission Tourisme, Culture et Patrimoine de La Comcom, qui a marqué un avis favorable dans les mêmes conditions que celles signées avec le château de Lafauche. Le dossier a ensuite été transmis au bureau de la Comcom, qui l’a validé sans aucune opposition. Reste à présent à le faire valider en Assemblée plénière, a priori à l’automne prochain.

 

Pour ne pas perdre de temps, l’Association va commencer à entame les démarches avec la Drac sur le montage d’un dossier pour la restauration de la porte de Soulaucourt (ou de France), la porte souterraine, et la courtine qui les sépare. Si le dossier est prêt à temps, il pourra être proposé à l’opération « Stéphane Bern » et à la Fondation du Patrimoine.

 

3.3 - Les Cahiers de La Mothe

 

Le 11ème numéro est en phase de finalisation. Il sera de bonne tenue. Le nombre de rédacteurs se maintient. L’Assemblée décide de poursuivre la publication en 2020, et autorise le Président à formuler en son temps une demande de subvention auprès de la Région Grand-Est.

 

3.4 - L’entretien du site

 

Le fauchage du site sera conduit en 2019 dans les mêmes conditions qui l’an passé. Une journée de travail sera par ailleurs organisée le samedi 22 juin 2019. Elle sera terminée par un barbecue offert aux participants.

Les jeunes de l’IMP Neufchâteau viendront à La Mothe les 8-9, 15-16 et22-23 juillet prochain.

La commune de Soulaucourt a restauré des bancs. Ils pourront être mis en place le 22 juin.

 

3.5 - Les visites guidées du site

 

Robert Chevallier et Fabrice Fontaine acceptent de poursuivre les visites guidées. Le Président les remercie de leur implication.

 

3.6 – L’adhésion à l’union REMPART en vue d’un chantier en 2020

 

Afin d’organiser un chantier de jeunes par l’intermédiaire de cette association, l’assemblée vote le règlement de la cotisation pour l’année 2019.

 

 

IV - Questions diverses

 

L’ordre du jour étant épuisé, François Dépinal remercia les membres de l’association pour leur implication dans les différentes actions. Il donna ensuite la parole aux membres présents, puis clôtura la séance, et l’Assemblée se termina sur le traditionnel verre de l’amitié.

 

 

 

 

Le président : François DEPINAL                 Le secrétaire : Jean CHARLES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Procès-verbal de l’Assemblée Générale

de l’Association pour La Mothe

en date du 3 mars 2018

 

 

Régulièrement convoquée par courrier en date du 5 février 2018, l’Association a tenu samedi 3 mars 2018 à 10 H, en la salle des fêtes de Soulaucourt, son Assemblée Générale annuelle.

 

Le président François Dépinal ouvrit la séance en remerciant monsieur François Chapitel, maire de Soulaucourt, qui prête et chauffe gracieusement la salle, et en accueillant madame Jeanne Vo Huu Lé, sous-préfet de Neufchâteau, M. Luc Gerecke, vice-président du Conseil départemental des Vosges, conseiller départemental du canton de Bulgnéville et maire de Contrexéville, M. Michel Fournier, maire de Les Voivres et président de l’association des maires ruraux des Vosges, M. Jonathan Haselwander, maire de Bourmont, ainsi que tous les participants qui ont fait le déplacement, malgré une météo défavorable, puis en excusant Madame Fabienne Schollammer et M. Bruno Sido, conseillers départementaux du canton de Poissons, M. Jean-Jacques Gauthier, député des Vosges, M. Bernard Guy, président de la Communauté de communes Meuse et Rognon, M. Daniel Maulbon, maire d’Outremécourt et M. Claude Dubois, maire de Saint-Ouen-lès-Parey.

 

Il fit ensuite circuler la liste d’émargement : 19 participants sont présents, 32 membres ont donné pouvoir. Les membres à jour de cotisation étant au nombre de 63, le président constata que le quorum était largement atteint, et que l’assemblée pouvait donc valablement délibérer.

 

 

I – Rapport moral et d’activité du président

 

François DEPINAL présenta tout d’abord le rapport moral et d’activité de l’année 2017.

 

1.1 - La fête de La Mothe

 

Le 3ème dimanche d’août est traditionnellement le jour de la fête de La Mothe. En 2017, compte tenu du grand anniversaire que représentait le 900e anniversaire de la fondation de l’abbaye de Morimond, célébrée lors de la fête de Saint Bernard, nous y avons installé notre habituel stand d’histoire et de généalogie, ce qui fut l’occasion de rencontrer une nouvelle clientèle.

 

1.2 - La publication du n°9 des Cahiers de La Mothe

 

Le n°9 des Cahiers de la Mothe est sorti fin juin des presses de l’Imprimerie BIALEC à Nancy, à temps pour être présenté lors du 9ème centenaire de la fondation de l’abbaye de Morimond. La revue est appréciée. Elle est l’occasion de toucher, dans toute la France, des personnes originaires du Bassigny et heureuses de renouer avec leurs racines. Elle est rendue possible grâce au subventionnement de la Région Grand-Est.

 

1.3 – Les travaux de restauration des vestiges

 

En 2015, la DRAC a informé l’Association que ses subventions étaient désormais réservées aux maîtres d’ouvrages propriétaires des lieux, donc aux deux communes d’Outremécourt et de Soulaucourt. Le rôle de l’Association se limite donc à une simple assistance à maîtrise d’ouvrage, autrement dit à une aide dans le montage des dossiers, et éventuellement à un accompagnement financier du projet, notamment par exemple en apportant son écot au plan de financement ou en contribuant au succès d’une souscription par l’intermédiaire de la Fondation du Patrimoine. Les projets de restauration, tant du bastion Saint-Nicolas que de la porte de France se trouvant tous les deux sur le territoire de de la commune de Soulaucourt, sont donc désormais entre ses mains. Pour éviter aux deux communes le nécessaire autofinancement lié à toute opération de restauration, le transfert de la compétence « la Mothe » à la communauté de communes est envisagé. Les deux communes auraient déjà pris des délibérations en ce sens, mais celle de la commune de Soulaucourt a été refusée par la préfecture et doit donc être revue. La confirmation de la commune d’Outremécourt ne nous est pas encore parvenue. Restera ensuite à obtenir une décision favorable de la communauté de communes Meuse & Rognon. Notre interlocuteur habituel, Gilles Godard, maire d’Orquevaux et président de la commission tourisme ayant démissionné, reste à nouer de nouvelles relations avec son successeur.

 

1.4 - L’entretien du site

 

Robert Chevallier rappelle les actions entreprises, comme chaque année, pour assurer le fauchage du site, et notamment l’intervention des brigades vertes.

 

1.5 - Les visites guidées

 

Robert Chevallier et Fabrice Fontaine ont effectué sur le site des visites guidées à destination de groupes ou d’écoles. Le Président les remercia chaleureusement.

 

1.6 – Le renouvellement du tiers des membres du conseil d’Administration

 

Le Conseil d’Administration de l’Association est renouvelable par 1/3 tous les deux ans. Sont renouvelables cette année les mandats de Geneviève Truong, Pierre Amouriq, Edouard Charroyer, Claude Dubois et Daniel Maulbon. Edouard Charroyer, Claude Dubois et Daniel Maulbon n’ont pas fait acte de candidature.

Micheline Laurent, nouvelle candidate, Geneviève Truong et Pierre Amouriq sont élus à l’unanimité.

 

1.7 – La nomination d’un nouveau réviseur aux comptes

 

La nomination de Micheline Laurent au Conseil d’Administration étant incompatible avec sa fonction de réviseur aux comptes, un successeur doit lui être désigné. Michel Wuillaume se porte candidat, et est élu à l’unanimité.

 

 

II – Rapports financiers

 

Le trésorier Pierre Amouriq présente ensuite les comptes de l’association pour 2017, selon document annexé au présent procès-verbal. Le total des recettes s’élève à 8.975,33 €, celui des dépenses à 9.530,55 €. Des ventes de revues, effectuées en 2017 mais encaissées seulement au printemps 2018 et représentant 1612 €, compensent la consommation de trésorerie constatée l’an passé, qui s’élève à 1691,89 €. La trésorerie reste, au 31/12/2017, excédentaire de 12.999,68 €. Grâce à la déductibilité fiscale des cotisations et dons des membres, le total de ces deux postes a atteint en 2017 2.634 €.

 

Micheline Laurent, reviseur aux comptes, lut ensuite son rapport reconnaissant l’exactitude et la sincérité des comptes.

 

Le président Dépinal remercia Pierre Amouriq de sa présentation des comptes, et Micheline Laurent de son rapport. Il proposa alors à l’assemblée de leur donner quitus, ce qu’elle fit à l’unanimité.

 

 

III - Les projets pour 2018

 

Le président Dépinal présenta ensuite les projets pour l’exercice 2018.

 

3.1 – le point sur les travaux de restauration envisagés

 

Tout dossier est pour l’instant suspendu à l’agrément de la compétence « La Mothe » par la communauté de communes. François Dépinal expose néanmoins ce que pourrait être le dossier de restauration de la porte de Soulaucourt. Un premier devis avoisine les 70.000 €.

 

3.2 - le point sur la restauration du monument

 

Le dossier n’a pas progressé, la commune de Soulaucourt et la DRAC n’étant pas parvenues à un accord sur les modalités de l’intervention.

 

3.3 - Les Cahiers de La Mothe

 

Le 10ème numéro est en phase de finalisation. Il sera de bonne tenue. Le nombre de rédacteurs se maintient. L’Assemblée décide de poursuivre la publication en 2019, et autorise le Président à formuler en son temps une demande de subvention auprès de la Région Grand-Est.

 

3.4 - L’entretien du site

 

Robert Chevallier accepte de poursuivre sa mission d’entretien du site et d’assurer la coordination des intervenants. L’idée de journées conviviales de travail est évoquée.

 

3.5 - L’entretien du local

 

Pierre Amouriq s’occupera des nécessaires réfections à faire aux fermetures du local.

 

3.6 - Les visites guidées du site

 

Robert Chevallier et Fabrice Fontaine acceptent de poursuivre les visites guidées. Le Président les remercie de leur implication.

 

3.7 - La fête de La Mothe 2018

 

Micheline Laurent intervient, en sa qualité de présidente de l’association « les Chemins du Mouzon » : faute de bénévoles, la fête ne pourra avoir lieu. L’Association décide alors de participer aux fêtes médiévales de Montsaugeon, qui auront lieu ce même troisième week-end d’août.

 

3.8 – L’adhésion à l’union REMPART en vue d’un chantier en 2019

 

Jean-Michel Languard et Bérénice Rondot exposent le but et le fonctionnement de l’Union REMPART. Si nous souhaitons organiser un chantier à La Mothe en 2019, il convient de formaliser l’adhésion à cette association, dont la cotisation devrait avoisiner les 200 euros. L’assemblée vote l’adhésion à l’unanimité.

 

3.9 - Intervention de madame Jeanne Vo Huu Lé

 

François Dépinal donne ensuite la parole à Madame Jeanne Vo Huu Lé, sous-préfet de Neufchâteau, qui félicite l’association pour son action et reste à sa disposition pour toute assistance en ingénierie territoriale, en montage de dossier et en soutien pour faire avancer les projets.

 

 

IV - Questions diverses

 

            4.1 – La confection d’une bannière

 

Geneviève Truong propose la confection d’une bannière pour rendre nos stands plus visible dans les fêtes et salons. La décision favorable est prise à l’unanimité.

 

 

4.2 – « Opération Stéphane Bern »

 

Le président passe la parole à Etienne Marasi, délégué régional Haute-Marne de la Fondation du Patrimoine, qui rappelle la genèse de l’opération, ses buts et les moyens dont elle sera dotée, grâce au produit d’un « Loto du patrimoine ». Quatorze monuments emblématiques, un par région, seront dans un premier temps choisi pour en bénéficier. Dans un second temps, d’autres monuments seront éligibles. La Mothe souhaiterait être l’un d’entre eux.

 

 

L’ordre du jour étant épuisé, François Dépinal remercie les membres de l’association pour leur implication dans les différentes actions. Il donne ensuite la parole aux membres présents, puis clôt la séance, et l’Assemblée se termine sur le traditionnel verre de l’amitié.

 

 

 

 

Le président : François DEPINAL                 Le secrétaire : Jean CHARLES